Cigares au chèvre, herbes et tomates séchées

Je vous ai déjà dit que j’aimais le chèvre les biquettes? Il y a des choses dans la vie comme ça dont on ne  se lasse pas et j’ai d’ailleurs toujours un stock d’environ 12 kilos dans mon frigo. Il vaut mieux ne pas manquer, j’ai transmis mon addiction à mes loulous qui se font régulièrement des tartines de chèvre arrosés d’un filet de miel quand ils ont un petit creux ( c’est mieux qu’une tartine de pâte à tartiner à l’huile de palme, hein ? ).
Si vous avez la même passion pour ce fromage de caractère, vous allez forcément aimer ces petits cigares qui se grignoter sans chichis… avec les doigts bien évidemment !

cigares-au-chèvre

Cigares au chèvre, herbes et tomates séchées

Pour 20 cigares

10 feuilles de brick
200 g de chèvre frais
120 g de crottin de chèvre bien sec
3 pétales de tomates séchées à l’huile
1 petit bouquet composé de persil, menthe et ciboulette frais
Environ 4 cuillères à soupe d’huile d’olive
Poivre du moulin ( pas besoin de sel, le fromage est déjà assez salé )

Couper les feuilles de brick en 2 et les badigeonner d’huile d’olive sur une face au pinceau.
Emincer les herbes finement. Dans un bol, mélanger le chèvre frais avec le crottin râpé à la grosse râpe. Ajouter les pétales de tomates séchées égouttées et coupées en petits morceaux, les herbes, du poivre et 1 cuillère à soupe d’huile d’olive.
Pour garnir les cigares, j’ai mis la farce au chèvre dans une poche à douille et j’ai dressé des petits boudins d’environ 4 cm sur 1,5 cm sur la feuille de brick et j’ai ensuite roulé des cigares mais on peux faire la même chose en déposant une cuillère de farce et procéder de la même manière.
Déposer sur une laque recouverte de papier sulfurisé et enfourner à 180° pour 15 minutes environ. Ils doivent être bien dorés.
Déguster de suite.

One pot pasta aux cèpes et lardons

La phrase que j’entend le plus à la maison, c’est évidemment  » Maman queskon mange ? Comme j’ai trois enfants et un chéri, je l’entend au minimum 16 fois par jour ( oui 2 fois par personne, midi et soir … pas compliqué ), surtout en ce moment où je n’ai pas le répit de la cantine.
Après avoir répondu inlassablement  » de l’arigardéousse à la compote de pommes  », ce qui signifie en Patois … pas grand chose en réalité mais on fait diversion comme on peut, je me mets aux fourneaux.
J’avais acheté il y a quelques temps un petit bocal de cèpes séchés et je ne savais pas quoi en faire. Mais pour ceux qui me suivent vous savez que je viens de lire deux livres sur les One pot pasta et j’ai vu qu’une des recettes utilisait des cèpes séchés.
Mais que c’est génial ! ( les cèpes séchés, pas les one pot pasta / quoique… ). Les cèpes, je dois vous avouer que je ne suis pas une grande fan. A part les petits bien fermes qui ne lâchent pas une tonne d’eau et qui ne sont pas caoutchouteux après cuisson ( mais ceux là tu ne les trouve JAMAIS dans les bois, les promeneurs qui se lèvent à l’aube – avant 11 heures, quoi – les ont déjà raflés ), je n’aime pas. Ici pas de soucis et pas de perte, ça parfume du tonnerre !  Cela marche sûrement aussi dans les risottos d’ailleurs …
Et pour répondre à ma copine de Cuisimiam , non les one pot pasta ne font pas de la bouillie de pâtes. Enfin pas ici. Il faut avoir la bonne recette ma poupoule ( oui on aime bien se donner des petits surnoms elle et moi ).
Comme sur la version des carbonara, j’ai bidouillé à ma sauce et je n’ai eu que des compliments de mes 4 ventres ambulants ( 5 avec le chat ) . Hé, hé, elle est pas belle la vie ?

one-pot-pasta-cepes

One pot pasta aux cèpes et lardons

Pour 5 personnes

500 grammes de pâtes sèches ( ici des mini conchiglie rigate )
2 gousses d’ail hachées
10 à 20 grammes de cèpes séchés
250 grammes de champignons de paris émincés
200 grammes de lardons allumettes fumés
2 échalotes hachées finement ( ou 1 gros oignon )
30 centilitres de crème liquide épaisse légère
Parmesan râpé ( ici environ 5 / 6 cuillères à soupe ) + un peu pour servir
Sel, poivre du moulin
Vin blanc ( 4 / 5 cuillères à soupe )
Eau ( une certaine quantité )
1 cuillère à café de gros sel
Persil frais ( facultatif )

Dans une grande cocotte anti-adhésive, mettre à rissoler les échalotes avec les lardons, les champignons de Paris et l’ail. Quand les champignons ont bien réduits ( ils doivent rester un peu fermes ), ajouter le vin blanc. Remuer.
Verser les pâtes, les cèpes séchés, la crème et verser de l’eau à hauteur des pâtes.
Saler ( très peu ), poivrer et verser le Parmesan. Bien mélanger et faire cuire une quinzaine de minutes ( ça peut être un peu plus long car les pâtes ont moins de liquide pour cuire ) en remuant régulièrement et en ajoutant un petit peu d’eau si besoin. On peut couvrir pour que les pâtes cuisent plus vite. Goûter pour surveiller la cuisson et servir bien chaud . Parsemer de persil et de Parmesan.

One pot pasta { Carbonara }

Je suis très longue à me mettre aux modes culinaires. C’est pour cela que je viens juste de tester le concept venu tout droit des States ( dans ma bouche ce mot est ridicule mais bon … ) du One pot pasta .
Pour ceux et celles qui seraient passées à côté ( vous étiez sur quelle planète ces derniers mois ? ) je vous explique en quelques mots : au lieu de faire cuire ses pâtes et de préparer une sauce à part, on mets tous les ingrédients dans la même cocotte et on fait cuire tout en même temps sans se prendre le choux ( mais on peut en mettre dedans si on aime ) .
A la fin il ne doit en rester qu’un on obtient un plat de pâtes en sauce à la manière d’un risotto .
Les avantages :  c’est pratique, ça évite de la vaisselle et ça donne un résultat très oncteux.
Les inconvénients: ce n’est pas la cuisson des pâtes dans les règles de l’art et il faut touiller tout le temps. Mais bon on s’en fiche, seul le résultat compte !
Les déclinaisons et possibilités sont nombreuses. Je vous conseille juste de mettre des fromages qui ont du goût ( j’ai fais une version mozarella , tomates, bof bof ), d’utiliser des pâtes sèches ( sinon ça cuit trop vite ), des légumes qui ne nécessitent pas une trop longue cuisson ( brocolis, épinards … ) et de mettre les herbes fraîches ( ciboulette, persil, basilic ) plutôt en fin de cuisson ou après, ciselées dessus.
Les livres commencent à se multiplier à ce sujet et j’en ai lu deux qui prônent deux manières différentes de cuire les One pot pasta.
Dans le premier , il fallait simplement mettre tous les ingrédients crus dans la cocotte ( dans l’ordre indiqué, c’est important ) et mettre le tout à cuire lentement pendant 15 mn environ. C’est tout.
Dans le deuxième, la recette demandait de faire revenir les oignons ( ou échalotes, etc … ) dans un premier temps avec les lardons par exemple et d’ajouter ensuite le reste des ingrédients puis de faire cuire lentement une dizaine de minutes.
Dans tous les cas, la règle est de mettre une certaine quantité d’eau, pas plus au début car il doit rester un fond de sauce en fin de cuisson ( environ 2 cm ).
En ce qui me concerne j’ai mixé ici deux recettes, autant dans les ingrédients que dans la façon de procéder. L’ajout de vin blanc est personnelle.
Et je peux vous dire que j’étais ravie du résultat. Tout le monde a aimé, même ma fille qui n’aime pas les oignons d’habitude ( le fait qu’ils soient hachés et cuits au début donc très fondants y est pour beaucoup ), l’ajout des oeufs a donné une consistance onctueuse et le vin blanc et le parmesan ont donné un goût délicieux !

one-pot-pasta-carbonara

One pot pasta – Carbonara -

Pour 4 personnes

2 oignons moyens
200 g de lardons ( dés de bacon ou de pancetta )
Un peu de vin blanc
400 g de tagliatelles sèches
2 oeufs
20 cl de crème fraîche
5 cuillères à soupe de parmesan râpé ( + un peu pour le service )
Poivre du moulin
90 cl d’eau

Peler et hacher les oignons en petits dés ( je mixe au robot ), les faire revenir avec les lardons sans matières grasses pendant quelques minutes. Ajouter un fond de vin blanc. Faire réduire.
Ajouter les pâtes puis l’eau. Remuer régulièrement. Au bout de quelques minutes (7 minutes environ ), ajouter la crème fraîche, le parmesan et les oeufs. Bien mélanger et poursuivre la cuisson en remuant tout le temps et en ajoutant un peu d’eau ( pas beaucoup ) s’il le faut ( j’en ai rajouté plusieurs fois ) pendant encore 7 / 8 minutes environ. Vérifier la cuisson. Parsemer de poivre du moulin et servir aussitôt avec un bol parmesan.

Flamiche au Cantal et aux poireaux

Cela faisait bien longtemps que je ne vous avait pas posté de recette de tarte salée ! Bien que la flamiche ne soit pas vraiment une tarte. Mais si on rentre dans le débat, ce n’est pas une quiche non plus. Enfin pas ici car il n’y a pas de crème fraîche. On peut en mettre d’ailleurs, chacun ses goûts…
C’est pareil pour les lardons, chacun fait ce qu’il veut. On peut remplacer par des dés de poulet ou ne pas en mettre du tout .
Vous pouvez aussi mettre des chaussettes pour dormir, faire des selfies en tirant la langue, vous doucher plutôt le soir que le matin et éplucher des légumes en écoutant Zazie à fond la caisse. Parce que   chacun fait, fait, fait , ce qu’il lui plait , plait , toutes les étoiles qui brillent

flamiche-aux-poireaux

Source : Magazine Marmiton

Flamiche au Cantal et aux poireaux

200 g d’allumettes de lardons fumés
500 g de blancs de poireaux
250 ml de lait
3 oeufs
75 g de Cantal ( ou d’emmental râpé, c’est moins fort )
1 pâte brisée ou feuilletée maison si possible
4 cuillères à soupe de farine
Sel, poivre

Nettoyer les poireaux sous l’eau. Emincer les blancs finement et les blanchir 10 mn dans de l’eau bouillante salée. Egoutter.
Faire revenir les lardons dans un wok ou une sauteuse . Ajouter les blancs de poireaux. Poivrer.
Verser la farine, mélanger et ajouter le lait sur feu doux pour obtenir une sorte de béchamel épaisse.
Séparer les blancs des jaunes. Ajouter les jaunes aux poireaux et mélanger.
Monter les blancs en neige et ajouter à la préparation aux poireaux avec 15 g d’emmental râpé.
Foncer un moule avec la pâte . Etaler les poireaux et parsemer le reste du fromage.
Enfourner pour 30 mn environ à four 180°. Le dessus soit être doré.
Personnellement on préfère cette version tiède , voir froide. Mais chaud c’est bon aussi …

Coleslaw aux cranberries et graines de sésame

Même si je bosse comme une folle dans mon food truck Capucine, le grand soleil depuis quelques jours m’ a reboosté le moral qui avait sacrément chuté en même temps que les températures.
On était rentrés dans l’automne de manière un peu brutale, non ? Limite à enfiler les collants, à rallumer la cheminée ( j’avoue j’ai fait ) et à remettre les bottes ( presque mais j’ai tenu bon ).
Du coup avant de se lancer dans les bonnes souplettes, voilà une petite salade d’automne qui plaira même aux réfractaires des choux ( mon grand pour ne pas le citer ! ).
En ce qui concerne l’activité avec Capucine, j’ai arrêté les marchés à côté de chez moi ( ça ne me permettait pas de vivre ) et j’ai trouvé deux emplacements fixes ( à côté de bureaux et en face d’un lycée ) ce qui est plus adapté à une demande de restauration ambulante .
Je fait aussi beaucoup d’evenementiels les week-end et quelques prestations privées.
Du coup vous l’aurez compris, j’ai un peu moins de temps pour le blog mais je reviens dès que je peux, promis …

coleslaw-cranberries

Coleslaw aux cranberries et graines de sésame

1/2 choux
500 g de carottes
250 g de fromage blanc
Mayonnaise
Vinaigrette maison
Vinaigre de cidre
Fleur de sel, poivre
Cranberries séchées
Graines de sésame

Enlever la première feuille du choux et oter la partie dure du coeur.
Peler et laver les carottes.
Au robot , hacher le choux et les carottes ( avec la grille pour les carottes râpées ).
Mélanger les deux dans un grand saladier.
Pour la sauce d’assaisonnement, je mélange le fromage blanc avec quelques cuillères de mayonnaise, je rajoute de la vinaigrette maison, un peu de vinaigre de cidre, je sale et poivre et ensuite je goûte afin de rectifier jusqu’à trouver le bon goût pour la sauce. Donc c’est au pif et selon les goûts.
C’est une version complètement personnelle. Beaucoup ne mettent que du fromage blanc , de la mayonnaise ( voir un peu de vinaigre ) mais je trouve ça très fade . C’est vous qui voyez . Faites comme moi, testez…
Mélanger les carottes et choux avec la sauce, dresser dans des bols . Couper quelques cranberries, verser sur le coleslaw et saupoudrer de graines de sésame.
Réserver au frais avant de servir ( au moins 1 heure ).

Les marinades bluffantes (1er volet ) : grillades de boeuf avec sa sauce qui déchire et poivrons à la plancha

Pour mon retour, j’ai le titre le plus long de toute l’histoire de ce blog.
Avis à la populatione ( prononcez à l’Espagnole sinon ça n’a aucun intérêt, même si dans ce cas c’est poblacion avec un accent sur le o mais j’ai pas trouvé pour l’écrire ), je ne suis pas disparue au coin de ta rue .Je manque juste un peu de temps et quelque peu de motivation, soyons honnête pour poster aussi régulièrement qu’avant . Mais je continue à cuisiner toujours autant et on a tellement adoré ces grillades que je ne pouvais pas vous laisser sans partager cette recette !!!
Tirée d’un ancien numéro de  »  Femme actuelle  » concernant plusieurs recettes de marinades bluffantes, originales et goûteuses, c’est la première d’une série que je commence ici.
Parce que c’est l’été, parce qu’il fait chaud, parce que c’est le temps des grillades, des planchas et du chabada bada. Et parce qu’avouons, une bonne viande marinée, c’est meilleur et ça en jette plus qu’une pauvre petite chipolata ou qu’une merguez qui éclate son jus sur ta belle robe, non ?

boeuf-mariné-au-whisky

Faux filet au Whisky

Pour 4 personnes

4 tranches de faux filet ( ou 4 petites entrecôtes ou une belle côte )
100 ml de Whisky ( ici du Ballantines au citron vert )
100 ml de sauce soja salée
2 cuillères à soupe de moutarde ( ici à l’ancienne )
2 cuillères à soupe de sauce Worcertershire
1 gros oignon nouveau ( ou 3 petits )
40 g de miel
Des poivrons ( vert, jaune, rouge ) épépinés et émincés
Huile d’olive
Poivre et sel du moulin

Hacher très finement l’oignon en petits morceaux.
Dans un bol, mélanger le Whisky avec la sauce soja, la moutarde, la sauce Worcertershire, le miel, l’oignon et le poivre.
Mettre la viande dans un récipient et verser la marinade dessus. L’enrober de sauce et placer au frais plusieurs heures.
Huiler une plancha, la faire chauffer et déposer la viande quand elle est bien chaude. Verser la marinade dessus.
Mettre les poivrons à côté , verser un peu d’huile dessus et un peu de sel et de poivre.
Faire cuire la viande selon les goûts en la retournant plusieurs fois avec la marinade et faire sauter les poivrons quelques minutes jusqu’à ce qu’ils soient tendres.
Servir de suite .

Poulet caramélisé à l’Orangina et graines de sésame

Pendant des années, j’ai détesté le sucré-salé. C’est bien simple, je m’enfuyais en courant quand je voyais le poulet aux pruneaux de ma maman. Fuir devant quelques pruneaux, ce n’est pas très courageux quand même. Et très vexant pour la cuisinière qui l’a préparé avec amour. Pardon maman, il devait être délicieux ton poulet. Comme tout ce que tu cuisinais d’ailleurs.
Depuis je me suis rattrapée et je vous propose régulièrement des viandes et des poissons avec des sauces à base de fruits qui ont compoté, du miel ou du sirop d’érable. Parce que maintenant … j’adore ça !
Ici je vous propose un poulet qui a cuit dans de l’Orangina. Non, ne fuyez pas vous non plus, c’est une belle découverte en cuisine.Très intéressant la caramélisation avec l’Orangina ! Et pourtant pour tout avouer, ne suis pas fan de cette boisson. Ni des autres boissons sucrées d’ailleurs.
Il parait que la recette de l’Orangina reste inchangée depuis 75 ans: du jus et de la pulpe d’orange, de l’eau gazéifiée, des agrumes ( pamplemousse, citron, mandarine ), des huiles essentielles , du sucre et des arômes naturels.
En réduisant elle compote et se transforme en une sauce délicieuse au bon goût d’agrumes, pas écoeurante, pas trop sucrée, juste comme je les aime. Par contre pas besoin d’ajouter du zeste d’orange comme dans la recette originale ( tirée du livret de recettes sur la célèbre marque ), j’ai testé et j’ai trouvé que c’était trop.
Et ce poulet est encore meilleur le lendemain !

poulet-a-l'orangina

Poulet caramélisé à l’Orangina et graines de sésame

1 poulet
200 g d’oignons
3 gousses d’ail
10 g de farine
70 cl d’Orangina ( ici 2 canettes de 33 cl )
2 cuillères à soupe de sauce soja salée
1 filet d’huile d’olive
Poivre du moulin
Graines de sésame

Peler et émincer finement les oignons. Peler et hacher l’ail.
Dans un saladier, mélanger les oignons avec l’ail, la sauce soja, l’Orangina et du poivre.
Découper le poulet et ôter la peau. Mettre le poulet dans le saladier ( tous les morceaux de poulet doivent être dans la marinade ) et laisser plusieurs heures au frigo.
Egoutter le poulet ( garder la marinade avec les oignons ) et faire dorer tous les morceaux dans une cocotte avec l’huile d’olive.
Retirer le poulet et à la place faire dorer les oignons ( garder l’Orangina ). Remettre le poulet avec l’Orangina, saupoudrer de farine et laisser mijoter environ 1 heure en remuant régulièrement .
Quand la sauce a bien réduit, stopper la cuisson.
Faire griller les graines de soja dans une poèle à sec et saupoudrer le poulet.

Rillettes aux 2 saumons

Le temps défile à toute allure depuis que j’ai commencé mon nouveau job de food- truckeuse ( si chéri lit ça, il va me dire que j’emploie le mot à la mode / donc que je suis passée du côté obscur de la Force )  et je dois vous avouer que vous me manquez. Poster des articles et partager avec vous pendant 3 ans a crée des liens avec de nombreux lecteurs et vos petits mots pour me souhaiter bonne chance m’ont beaucoup touché !
Pour vous donner quelques nouvelles, l’activité démarre tranquillement mais sûrement. Il faudra sans doute du temps pour me faire connaître, comme d’ailleurs tous les commerçants qui débutent sur les marchés . Rome ne s’est pas faite en un jour ( comment ça je me mets à parler comme mes parents ? /  Ok, un an de plus et j’écoute radio Nostalgie )
En plus des marchés, je serai ponctuellement amenée à faire de l’évènementiel et je démarre samedi 6 juin sur le parking de Dafy Moto à Bordeaux Lac pour faire des crêpes .
En attendant de revenir ici plus régulièrement, voici une recette de rillettes aux 2 saumons ultra facile et super bonne pour accompagner tous vos apéros printaniers.
Attention je vous aurai prévenu mes petits lapins, quand on commence … on finit le pot !

rillettes-aux-2-saumons

Rillettes aux 2 saumons

Pour 1 petit bol

100 g de saumon fumé
1 pavé de saumon frais de 130 g environ
60 g de fromage type St Morêt
Le jus d’un 1/2 citron vert assez gros
1 bonne cuillère à soupe de persil ou ciboulette hachée fraîche
8 tours de moulin à poivre ( ici poivre blanc et noir )

Faire cuire le saumon au micro-ondes dans un récipient adapté 1 ou 2 minutes, il doit être juste cuit, encore un peu rosé.
Dans un bol, détailler le saumon fumé en petits dés à l’aide d’un ciseau. Ajouter le saumon cuit et continuer de hacher au ciseaux. Incorporer le St Morêt, le jus du citron et le poivre et le persil ou la ciboulette à l’aide d une fourchette. Ecraser et mélanger .
Ne pas saler, le saumon fumé et le fromage le sont déjà.
Mettre au frais au moins 2 heures avant de servir.
A déguster avec du pain ou des crackers.

Brochettes de poulet au zaatar et citron

Après un périple par New York avec les pains à hot-dog et l’Italie avec la torta della nonna,  je vous propose aujourd’hui un petite escale du côté du Liban  avec des brochettes de poulet parfumées au citron et au Zaatar ( un mélange d’épices composé de thym , sumac, origan et sésame). Parce que définitivement, j’aime faire voyager mes papilles grâce à la cuisine, faute de mieux .
Très parfumées ( à condition d’avoir des épices de qualité, à dénicher dans les épiceries spécialisées ou Libanaises ), rapides à préparer , elles sont idéales pour grignoter sous forme de tapas ou lors d’un barbecue entre amis. Ca tombe bien, il va faire très chaud la semaine prochaine !

brochette-poulet-zaatar

Brochettes de poulet au zaatar et au citron

Pour une douzaine de brochettes ( ici pics en bois 18 cm )

600 g de blancs de poulet
Une petite barquette de tomates cerises
50 ml d’huile d’olive
1 citron bio ou non traité
Zaatar ( épices Libanaises – environ 4 cuillères à soupe )
Fleur de sel, poivre du moulin

Couper les blancs de poulet en gros cubes. Mettre dans un saladier avec l’huile, le zeste du citron râpé finement, le zaatar et de la fleur de sel. Remuer pour enrober tous les morceaux de poulet, filmer et mettre au frais au moins 2 heures.
Laver et couper les tomates cerises en 2.
Enfiler les cubes de poulet sur des pics à brochettes ( ici des pics en bois de 18 cm ) en alternant avec des tomates .
Faire chauffer une plancha huilée ou une poêle assez large ( ou barbecue ) et faire griller la viande en la retournant régulièrement .
Sortir de la plancha, les déposer dans un plat, remettre un peu de fleur de sel et poivrer au dernier moment ( le poivre n’aime pas la cuisson ) .
Déguster bien chaud.

Rôti de boeuf Wellington

Je vous ai déjà dit qu’il vaut mieux consommer de la viande moins souvent mais choisir de la qualité . Quelle déception quand vous avez cuisiné avec amour et que vous vous retrouvez avec des morceaux de caoutchouc ou une viande sans goût . C’est pourquoi je vais maintenant de temps en temps chez un boucher qui saura me parler de ses produits et me conseiller .
Il y a quelques temps, Harmonie m’a proposé de tester un nouveau concept de boucherie en ligne. Au départ pour tout vous avouer j’étais sceptique et je me suis dit que je n’allais pas donner suite. Pourquoi parler d’un site où je n’irai jamais ?
Mais j’ai vite changé d’avis en me penchant sur le concept et en allant me promener sur le site de Gustagora . La société, fondée en 1976, propose aujourd’hui sur internet tout son savoir-faire d’artisan boucher.
Elle propose ainsi à ses clients d’accéder à une viande de qualité 100 %  Française et préparée au sein de sa boucherie artisanale. D’ailleurs la viande est découpée et préparée le jour même de la commande.
Gustagora travaille à l’ancienne de la sélection des bêtes dans de petites fermes locales ( Drôme/Ardèche ) jusqu’à son atelier de découpe traditionnelle. Et moi j’aime bien l’idée de faire travailler des producteurs locaux.
La chaîne du froid est respectée et j’ai reçu ma commande en 24 h avec Chronopost dans un caisson isotherme avec un pain de glace. La viande est mise sous -vide et se conserve jusqu’à 9 jours au réfrigérateur.
Quant à la viande j’ai choisi un beau rôti de boeuf dans la tranche et je n’ai pas été déçue, la viande était très tendre et le goût délicieux !
Bref c’était une belle expérience et je n’hésiterai pas à recommander sur le site …

rôti-de-boeuf-welligton

Rôti de boeuf Wellington

1 rôti de boeuf de 1 kg
1 pâte feuilletée bio
500 g de champignons de Paris rosés
6 tranches de jambon cru
1 gousse d’ail
3 échalotes
3 cuillères à soupe de persil hâché
Huile d’olive
Sel, poivre
1 oeuf

Saler la viande. Chauffer une poèle avec 1 cuillère à soupe d’huile et saisir le boeuf sur feu vif sur toutes ses faces.
Réserver sur une grille pour que le jus s’écoule.
Emincer les échalotes finement , hacher l’ail et tailler les champignons en petits dés.
Chauffer 2 cuillères à soupe d’huile dans une sauteuse et faire revenir les champignons avec l’ail et les échalotes . Saler et poursuivre la cuisson jusqu’à ce que l’eau des champignons soit toute évaporée. Hors du feu, ajouter le persil, du poivre et mélanger.
Sur une feuille de film plastique alimentaire, déposer les tranches de jambon de façon à former un grand rectangle.Elles doivent se chevaucher et envelopper entièrement le rôti. Etaler ensuite les champignons froids sur le jambon.
Eponger le boeuf avec du papier absorbant et le déposer au milieu du rectangle. Envelopper le rôti en s’aidant avec le film plastique . Rabattre les côtés et déposer le tout sur la pâte feuilletée. Si vous galérez , n’hésitez pas à mettre les mains et à tasser les champignons.
Enrouler la pâte feuilletée, souder avec le bout des doigts.
Battre l’oeuf avec une pincée de sel et dorer la pâte feuilletée au pinceau.
Enfourner pour 40 mn à 180° et dorer avec l’oeuf battu toutes les 10 mn .
Sortir du four, recouvrir avec du papier alu et laisser reposer 10 mn avant de déguster.