Grillés aux pommes, myrtilles et amandes

J’ai encore craqué et je me suis offert un petit coffret  » Friands et feuilletés maison  » avec la roulette magique à l’intérieur, qui fait ce joli quadrillé . J’étais comme une gamine , impatiente d’essayer mon nouveau jouet quand je me suis souvenue des grillés aux pommes que j’achetais à la boulangerie en rentrant de l’école . Une douceur toute simple mais tellement délicieuse avec sa pâte feuilletée et sa compote de pommes !
Maintenant je suis devenue addict, j’ai la roulette dans la poche et je dégaine plus vite que mon ombre . Je quadrille tout ce qui bouge: brioche , sablés , quiche, rôti , yaourt, purée de patate, la tête du chat…
Quand il faut utiliser de la pâte feuilletée dont je ne suis pas fan pourtant ( et je ne me suis pas encore lancée à la faire à cause de la quantité astronomique de beurre ) , je prends de la pâte brisée ou feuilletée bio qui est ( je trouve ) plus légère et dont j’aime bien le goût ( oui je sais je radote ) .
Je vous donne aussi quelques conseils pour utiliser la roulette qui nécessite un petit coup de main mais quand vous l’aurez utilisée une ou deux fois , ça deviendra un jeu d’enfant .

grillé-aux-pommes

Grillé aux pommes , myrtilles et amandes

Pour 4 feuilletés ( plus 5 tartelettes avec les chutes de pâte car j’utilise des pâtes feuilletées rondes )

2  pâtes feuilletées bio
6 pommes
100 g de sucre
200 ml d’eau
1 gousse de vanille
Quelques myrtilles ( ici surgelées )
Amandes effilées

Pour le dorage :

1 jaune d’oeuf
Un peu de lait

Eplucher, enlever le trognon et couper les pommes en petits dés. Les mettre dans une casserole anti-adhésive avec le sucre, l’eau et l’intérieur de la gousse de vanille ( les graines ). Faire compoter sur feu doux jusqu’à ce que toute l’eau soit évaporée.
Dans la pâte feuilletée , découper 4 rectangles de 10 x 11 cm . Piquer avec une fourchette . Ce sera la base des grillés.
Découper 4 autres rectangles de 11 x 5 cm ( la pâte va être étirée pour former le quadrillage ) . Ce sera le dessus des grillés .
Avec les chutes de pâte ( j’utilise des pâtes rondes ) et comme il va rester de la compote, je fais des tartelettes de la même manière .
Déposer sur les 4 rectangles de base un peu de compotée de pommes, quelques myrtilles et quelques amandes effilées.
Pour le dessus des grillés , faites quelques essais sur des chutes de pâte si possible . Voici quelques astuces. Il faut que la pâte soit bien froide , sinon elle va être difficile à étirer . Donc n’hésitez pas à la remettre au frigo avant l’opération. Ensuite avec la roulette , appuyer très fortement sur la pâte  , en partant du milieu et en allant vers le bord ( sinon la pâte va s’enrouler dans la roulette ). Etirer ensuite la pâte très délicatement et la poser sur la base du grillé sur la compotée . Souder les bords .
Mélanger le jaune d’oeuf avec le lait ( 1 ou 2 cuillère à soupe ) et dorer les grillés au pinceau. Saupoudrer d’amandes effilées.
Enfourner pour 25 mn à 180°.

 

Gougères au St Nectaire et piment d’Espelette

Maman quéquonmange ? Des gougères mon chéri . Des fougères ? Non des gougères . Tu sais c’est une spécialité Bourguignonne, plus précisément de Flogny-la-Chapelle, c’est de la pâte à choux avec du fromage râpé dedans .
Les gougères peuvent avoir différentes formes : en couronne, à découper en parts, ou en petits choux individuels. On utilise généralement des fromages à pâte cuite assez forts en goût, comme le comté ou le gruyère. Ici c’est du St Nectaire . Du St Nectaire fermier au lait crû qui arrive tout droit du Puy de Dôme grâce à tonton Sébastien. Il faut 13 à 14 litres de lait pour un faire un fromage …
Tu veux faire la mère cultivée , tu te la joues à la Wikipédia , tu expliques gentiment, mais les enfants ça n’écoutent pas souvent, surtout quand ils ont l’estomac vide et les yeux rivés sur le plat .
Là, tu as comme un grand moment de solitude … et tu lui sers ses fougères .

gougères-au-st-nectaire

Gougères au St nectaire et piment d’Espelette

Pour une vingtaine de gougères

250 ml d’eau
100 g de beurre
1/2 cuillère à café rase de piment d’Espelette ( ça ne pique pas , rassurez-vous )
150 g de farine
4 oeufs
200 g de St Nectaire fermier

Dans une casserole, faire bouillir l’eau avec le beurre et le piment d’Espelette . Ajouter la farine d’un seul coup et mélanger à la spatule en bois pour assécher la pâte. Hors du feu , ajouter les oeufs un à un en mélangeant bien pour que chaque oeuf soit bien incorporé .
Raper le St Nectaire et ajouter à la pâte .
Mettre la pâte dans une poche à douille et couper le bout à 2,5 cm ( ou sinon former des petits tas de pâte à l’aide de 2 cuillères .
Dresser des petites boules de pâte sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Couper au ciseau , c’est plus facile et redonner une forme de boule avec le dos de la cuillère .
Enfourner pour 25 mn à 180°. Déguster de suite avec une salade .

Chelsea buns

Quand j’ai découvert cette recette de buns rappelant les petits pains aux raisins dans mon magazine chouchou , je savais qu’un jour ou l’autre j’allais la tester .  Visuellement c’est vrai que les miens ressemblent un peu à un chinois au final mais c’est parce que j’ai utilisé un moule rond et que j’ai fais un nappage avec de l’oeuf pour bien dorer le tout .
J’ai d’abord cherché l’origine de ce classique Anglais et j’ai découvert que Les Chelsea buns ont été créés au Chelsea Bun House, coffee shop située sur Pimlico Road, près de Sloane Square à Londres.
Les britanniques consomment très peu de brioche ( comme on la fabrique en France avec pas mal de beurre ) mais beaucoup de buns, roulés ou non, sous toutes ses formes.
La recette originale est composée de raisins secs et d’un nappage à la cannelle mais cette version n’a pas fait l’unanimité chez moi ( perso j’ai adoré mais bon… ), j’ai donc retenté l’expérience avec des pépites de chocolat qui cette fois a eu un succès fou.
Ces petits buns sont parfaits , moelleux avec peu de beurre , pas trop sucrés , c’est une vrai réussite !

chelsea-buns1

Chelsea buns

Pour la pâte :

250 g de farine
1 cuillère à café de sucre
10 g de levure fraîche de boulangerie
90 ml de lait
1 oeuf
20 g de beurre mou
1/2 cuillère à café de sel

Pour la garniture :

30 g de beurre
50 g de sucre cassonade
80 g de raisins de Corinthe ( ici une version au pépites de chocolat )
1 pomme

Pour le nappage :

1 oeuf
3 cuillère à café de sucre en poudre
2 cuillères à soupe de lait

Dans un grand saladier ( ou comme ici dans le bol du robot pâtissier avec la feuille ) , mélanger les ingrédients de la pâte . Malaxer jusqu’à obtenir une belle boule de pâte . Ajouter un peu de lait si nécessaire mais elle ne doit pas être trop liquide pour pouvoir la travailler ensuite . Si vous la préparez à la main , vous pouvez faire tiédir le lait ( mais pas chaud ) et émietter la levure dedans, ce sera plus facile .
Couvrir le saladier d’un torchon et laisser lever dans un endroit chaud ( à côté d’un radiateur ou d’une cheminée ) pendant 2 heures à température ambiante .
Dans une casserole mettre le sucre, le beurre et la pomme râpée pendant quelques minutes jusqu’à ce que la pomme ait lâchée toute son eau et que la préparation soit asséchée .
Sur une feuille de papier sulfurisée farinée , déposer la pâte et l’étaler au rouleau sur un rectangle de 23 cm sur 30 cm.
Verser dessus la préparation à la pomme en laissant 2 cm sans compote sur les bords . Saupoudrer des pépites de chocolat .
Rouler le rectangle dans la longueur ( je me suis aidée avec une grande spatule longue en inox ) .
Avec un grand couteau bien aiguisé, couper 9 rouleaux de 4 cm .
Poser dans un moule ( normalement carré mais j’ai fais dans un moule à manqué ) recouvert de papier sulfurisé et laisser gonfler à nouveau 2 heures à côté d’une source de chaleur . Ils doivent être bien gonflés .
Battre l’oeuf avec le sucre et le lait et verser sur les chelsea buns . Etaler au pinceau.
Enfourner pour 20 mn à 180°. Déguster tiède ou le jour même .

Cordons bleus au Beaufort

Si je vous dis  cordon bleu vous pensez à quoi ? L’expression pour désigner un fin cuisinier ( non pas moi ) , un magnifique oiseau exotique ( et wouai ) ou une escalope de viande panée avec du jambon et du fromage à l’intérieur comme ici ?  Le doute plane d’ailleurs sur l’explication du nom …
Personnellement je n’achète plus les cordons bleus du commerce . Pour la petite histoire , il faut savoir que l’escalope de veau de la recette initiale a été remplacée par de la viande de moins en moins chère , puis par une pâte à base de viande reconstituée avec des arômes et des colorants pour rappeler le goût du jambon . Le gruyère intérieur est devenu un liquide gluant rappelant le fromage fondu. On a recouvert le tout d’une chapelure molle et huileuse, de plus en plus épaisse dont il faut éviter de détailler la composition .
Vous ne voyez plus ce que vous achetez tout faits de la même manière , hein?
Aujourd’hui on peut même réchauffer les cordons bleus au micro-ondes . On est bien loin de la recette de base qui pourtant est des plus simple et qui a quand même un autre goût . Ici du poulet ( mais on peut utiliser du veau  ) , du jambon de qualité , du Beaufort parce que c’est un fromage de caractère et de la chapelure maison , que j’ai toujours d’avance ( je ne jette jamais  le pain devenu sec … ).
L’astuce pour bien les faire cuire est de les paner à la poêle puis de finir la cuisson au four . Le poulet du coup est uniformément cuit et la panure ne crame pas. Ils sont bien moelleux , on s’est régalé !

cordon-bleu

Cordons bleus au Beaufort

Pour 4 cordons bleus

6 fines escalopes de poulet
4 tranches de jambon blanc
100 g de Beaufort
1/2 bol de chapelure ( je mixe du pain sec tout simplement )
1/2 bol de farine
2 oeufs battus
Sel, poivre
Huile d’olive

Ecraser les escalopes de poulet entre 2 feuilles de film alimentaire pour les faire assez fines . Si vous utilisez des escalopes de poulet épaisses , il faut les recouper en 2 dans la longueur . Couper les tranches de jambon un peu plus petites que les escalopes de poulet . Découper des fines tranches de Beaufort avec une mandoline ( attention aux doigts ! ) et poser les tranches de fromage afin de recouvrir le jambon .
Préchauffer le four à 180°.
Replier le poulet en deux . Bien appuyer pour faire adhérer puis tremper les morceaux de poulet dans la farine en mettant partout . Secouer pour enlever l’excédent .
Tremper ensuite le poulet dans les oeufs battus ( salés et poivrés ) puis les tremper dans le bol avec la chapelure . Enduire de chapelure toutes les faces ( enfin c’est à dire dessus et dessous, il n’y a pas 10 faces  ) .
Faire chauffer un fond d’huile dans une poêle puis déposer les cordons bleus pour 1 ou 2 minutes environ sur chaque face . Ils doivent être bien dorés .
Les mettre dans un plat allant au four et enfourner pour 20 mn. Déguster de suite  .

 

Muffins à la pâte à tartiner chocolat – noisettes

Oui je boycotte depuis quelques temps le Nut… , oui je vous vante la pâte à tartiner maison ou bio si vous ne voulez pas vous prendre la tête à la faire et oui je persiste. Après les délicieux cookies à la pâte à tartiner , je vous propose les muffins dans le même esprit. Parce que nous sommes tous des grands enfants et que nous sommes tous gourmands à nos heures perdues ( vers 16h30 – 17h en général… ).
Pour tout vous avouer c’est une recette des début du blog qui va avoir 3 ans, que je fais régulièrement et qui avait grand besoin d’un relooking photo !
Bon ok la pâte à tartiner tombe au fond du muffins mais on s’en fiche , on ne fait pas le concours du plus grand pâtissier et vu à la vitesse où les enfants les engloutissent , on ne va chipoter, hein ?

muffins-nutella

Muffins à la pâte à tartiner chocolat – noisettes

Pour 8 muffins ( moyen )

100 g de farine
70 g de sucre
1 cuillère à café bombée de levure
1 pincée de fleur de sel
100 ml de lait
50 g de beurre fondu
2 oeufs
Pâte à tartiner au chocolat et à la noisette ( 8 grosses cuillères à café )

Faire fondre le beurre. Ajouter le sucre, les oeufs, le lait et la pincée de sel. Mélanger puis incorporer la farine et la levure tamisées .
Beurrer et fariner les moules à muffins ( sinon ça accroche au démoulage ).
Déposer la plaque à muffins ou les moules dans une lèche-frite ou sur une plaque à pâtisserie ( c’est important car la pâte est liquide et vous allez avoir des surprises pour transporter jusqu’à votre four ) et remplir les moules de pâte ( c’est mieux d’avoir un récipient avec un bec verseur ou un siphon ).
A l’aide de deux cuillères à café, déposer sur chaque muffins une bonne cuillère bien remplie de pâte à tartiner .
Enfourner pour 5 mn à 200° ( pour le choc thermique et que le muffins gonfle dessus ) puis baisser le four à 180° pour 18 mn. Ils doivent être bien dorés. Personnellement je retourne ma plaque à mi-cuisson pour qu’ils soient cuits uniformément .
Si vous utilisez des petits moules à muffins , il faudra les cuire un peu moins longtemps .

Saucisson brioché

Un petit coup d’oeil dans le rétro et une séquence «  souvenirs, souvenirs  » pour cette recette de saucisson brioché un peu vintage mais qui ne se démode pas au fond et qui reste un grand classique de la cuisine Lyonnaise .
C’est la première fois que j’en fais donc je n’ai pas de comparatif mais tout ce que je peux vous dire c’est la pâte était moelleuse et que ce n’était pas bourratif du tout. Il y a pas mal de crème fraîche dans la préparation mais j’ai utilisé de la crème épaisse allégée et la brioche était légère et très bonne comme ça . Je l’ai servi avec une salade en entrée et à la maison tout le monde a aimé .
Par contre il faut absolument utiliser une saucisse avec une peau épaisse comme la saucisse de Morteau qui avec son goût fumé convient parfaitement .  Ou dans tous les cas une saucisse à cuire de qualité , comme la saucisse Lyonnaise pistachée.

saucisson-brioché

Saucisson brioché

1 saucisse de Morteau
3 oeufs
200 g de farine
20 cl de crème fraîche
1 sachet de levure chimique
50 g de fromage râpé
Muscade , sel , poivre

Faire pocher la saucisse 10 mn dans de l’eau bouillante sans la percer et l’égoutter .
Battre les oeufs avec 2 pincées de sel, une pincée de muscade et quelques tours de moulin à poivre .
Ajouter la crème et mélanger .
Tamiser la farine et la levure et les verser sur les oeufs . Mélanger , ajouter le fromage et mélanger à nouveau pour former une pâte homogène .
Verser 1/3 de la pâte dans un moule à cake anti-adhésif ou beurré , poser la saucisse égouttée dessus et recouvrir de pâte .
Enfourner pour 40 mn à 180°.
Déguster tiède ou froid avec une salade .

Moelleux à la pralinoise

Une recette 100 % cocooning ce matin pour bien aborder le week-end et se détendre un peu, dénichée dans le dernier Marmiton  . Ce moelleux est si simple que vous pourrez le réaliser en quelques minutes avec un enfant sur les bras , tout en donnant un coup d’aspirateur à la maison, en lisant votre journal préféré et en réalisant quelques exercices d’abdominaux .
Pour vous expliquer rapidement la différence entre le pralin , le praliné et la pralinoise c’est tout simple : mixez un mélange de noisettes, d’amandes et de sucre , vous obtenez une poudre fine qui s’appelle le pralin ( excellent sur une glace à la vanille par exemple ou dans des cookies ).  Continuez de mixer et la pâte huileuse qui va se former sera du praliné ( à condition d’avoir  un bon robot ! ) . Ajoutez au praliné du chocolat et vous obtenez une pralinoise . Voilà vous savez tout .
On peut fabriquer sa pralinoise maison bien sûr mais sinon vous trouverez des plaques toutes faites au rayon du chocolat . C’est bien pratique et ça convient parfaitement  .
Ce moelleux est juste délicieux et si vous aimez la noisette et le chocolat, vous allez l’adopter c’est sûr !

moelleux-pralinoise

Moelleux à la pralinoise

Pour 6 – 8 parts

4 oeufs
100 g de beurre ( ici demi-sel )
250 g de chocolat au praliné ( ici  » La pralinoise  » 1848 de Poulain )
150 g de sucre
100 g de noisettes en poudre
30 g de farine
1 sachet de levure chimique
2 cuillères à soupe de rhum
Sucre glace

Casser le chocolat en morceaux et le faire fondre avec le beurre ( ici au micro-ondes ). Verser le sucre et mélanger . Ajouter la poudre de noisettes , les oeufs , la farine , la levure chimique tamisées et le rhum. Remuer pour obtenir une pâte homogène .
Verser dans un moule à manqué tapissé de papier sulfurisé et enfourner à 180° pour 35 à 40 minutes .
Piquer le gâteau avec un pic à brochette ou la lame d’un couteau, elle soit ressortir sèche .
Déguster le jour même si possible .

Petits moelleux au chèvre et au cumin

Pas envie de cuisiner ? Manque de temps après de grosses journées au boulot ? ou comme moi clouée au lit avec la grippe ( le nez qui coule et la tête comme une pastèque ) mais avec des enfants à la maison qui réclament à manger quand même? Cette recette est faite pour vous car elle est prête en quelques minutes et fera une excellente entrée ou un repas léger avec une salade .
Il y a quelques années , les cakes de Sophie avaient fait fureur , plus récemment les éditions Mango publiait une série intitulée  » Craquez pour moelleux sucrés  » suivi de  » Craquez pour les moelleux salés  » d’Isabel Brancq Lepage ou l’auteur laissait son imagination  parler au gré de ses envies . Je suis tombée sur ce livre à la bibliothèque et j’ai eu envie de tester la version au chèvre . Ici le fromage  se marie parfaitement avec le cumin et lui donne une petite note originale et très parfumée !

petits-moelleux-chèvre-cumin

Pour 6 petits moelleux

80 g de fromage de chèvre ( ici en bûche fondante )
3 oeufs
80 g de gruyère rapé
60 g de farine tamisée
1 cuillère à soupe de cumin en graines
20 cl de lait
20 g de beurre
Poivre

Préchauffer le four à 180°.
Dans une casserole, faire chauffer le lait avec le beurre et le gruyère râpé jusqu’à ce que le fromage soit fondu.
Dans un saladier , battre les oeufs en omelette . Ajouter la farine tamisée et mélanger.
Verser le lait au fromage dessus, le cumin et mélanger le tout afin d’obtenir une pâte homogène. En dernier ajouter le chèvre en petits morceaux, le poivre et mélanger .
Verser dans 6 ramequins beurrés et enfourner pour 15 minutes .
Déguster chaud avec une salade par exemple .

Note : ils sont un peu difficiles à démouler alors je vous conseille de les manger dans le ramequin , avec une fourchette .

Cheese naan

Quand j’étais en formation «  cuisine nomade  » l’année dernière , j’ai rencontré Delphine , une passionnée de cuisine Indienne .
Depuis des mois elle cherchait LA recette des cheese naan au fromage et quand je dis LA recette je veux dire THE recette ( oui c’est plus fort en Anglais ) , celle qui effacerait tous ses essais et tentatives plus ou poins ratées .
Jamais une recette testée n’était à la hauteur de ses espérances. Je pense d’ailleurs qu’elle est la championne et la geek internationale de la recherche Google à ce sujet . C’est simple quand si on lui ouvre internet , elle tape  » Naan  » systématiquement .
Moi de mon côté à part en avoir goûté au restaurant Indien et beaucoup aimé, je ne pouvais pas lui être d’une grande aide .
Nous avons fini notre formation en septembre et je lui ai dit de me tenir au courant si elle trouvait le Graal . Et puis un jour j’ai reçu un mail : elle avait trouvé le bon dosage , la bonne manière, la bonne cuisson … ( oui parce qu’il paraît le secret de la réussite est le four à naan mais va trouver l’engin , toi )
Du coup de mon côté je n’ai eu juste qu’à tester sa recette et vous la dévoile à mon tour ( avec son accord bien sûr ).
J’avais un peu peur que la pâte soit compliquée à travailler ou que ce soit super long mais que nenni ! Simplicité , efficacité , déliciosité ( quoi j’invente des mots ), je mets cette recette dans mes favoris, tout simplement !
A tester avec un poulet Korma par exemple . Dépaysement assuré …

cheese-naan

Cheese naan

Pour 8 cheese naan

500 g de farine bio si possible
1 œuf
50 g d’huile de tournesol ( ici huile de pépins de raisin )
1 cuillère à café de sel
1 yaourt nature type bulgare ( ici  » Perle de lait  » )
10 g de levure boulangère fraîche de boulangerie mélangée avec 150 g d’eau tiède ( pas chaud !!! )
1 pinçée de levure chimique
16 portions de vache qui rit ( soit 2 par naan )

Pour la finition:

Huile d’olive
Coriandre fraîche

Mettre la farine dans un saladier, creuser un puits au centre et y mettre tous les ingrédients ( sauf la vache qui rit ). Mélanger à la main: il faut obtenir une pâte homogène tout en la travaillant le moins possible.
Recouvrir le saladier d un film alimentaire et laisser reposer 30 minutes à température ambiante ( pour moi 2 heures ).
Sur un plan de travail fariné,former 8 boules de pâte à naan d environ 110 g et les étaler avec la paume de la main sur un diamètre de 10 cm environ. Placer 2 vache qui rit au milieu des disques de pâte et rabattre la pâte de manière a former des aumônières. La pâte doit être bien soudée. Retourner les aumônières et les rouler sous la paume de la main pour reformer une belle boule bien fermée avec le fromage à l’intérieur. Laisser reposer 30 minutes à température ambiante.
Vérifier que le plan de travail est toujours fariné. Étaler chaque boule avec un rouleau à pâtisserie sur un diamètre de 15 cm ( attention a ne pas faire sortir le fromage ).
Faire chauffer une poêle sans matière grasse sur feu moyen et quand elle est chaude , poser un naan au milieu de la poêle ( 1 naan par poêle ). Faire dorer pendant 2 minutes environ et retourner le naan . Couvrir la poêle pour cuire le 2ème côté et refaire cuire environ 2 minutes . La cuisson totale dure environ 4 ou 5 minutes par naan.
Eteindre la poèle , attendre qu’elle refroidisse une ou deux minutes et reprendre la cuisson du reste des naan ainsi ( pour ne pas qu’il brûlent ).
Déguster de suite bien chaud , badigeonnés d’huile d’olive au pinceau et de la coriandre fraîche hachée.
Je pense que si vous les cuisez tous d’un coup, il est possible de les mettre dans un four tiède recouverts de papier aluminium, pour ne pas qu’ils refroidissent le temps de servir tout en même temps .

Cake au lemon curd, amandes et graines de pavot .

Choquée et très triste comme tout le monde aujourd’hui, je n’ai pas le coeur à écrire des bêtises ce soir, pas le coeur à écrire tout court après la tuerie de Charlie Hebdo hier midi et j’ai hésité avant de publier cet article dont la recette était déjà écrit d’avance .
La liberté d’expression et la liberté tout court a été mise à rude épreuve avec ces actes de barbarie complètement ahurissants et incompréhensibles .
Mais tout comme il va falloir continuer de dessiner , de s’exprimer de toutes les manières possibles , d’expliquer et d’enseigner à nos enfants la tolérance , qu’il va falloir continuer de cuisiner et de vivre malgré les injustices et les horreurs du quotidien , j’ai décidé de cliquer sur  » publier  » et vous laisse simplement ce soir avec la photo et cette recette.
Et puis le citron , ce petit fruit jaune et dodu, c’ est un peu comme un rayon de soleil dans ce monde de brutes …

cake-au-lemon-curd

Cake au lemon curd, amandes et graines de pavot

110 g de farine
150 g de sucre roux
30 g de poudre d’amandes
50 g de beurre
60 g de purée d’amandes ( en magasin bio )
1 cuillère à soupe rase de graines de pavot
2 citrons bio
3 œufs
1 sachet de levure chimique
4 cuillères à soupe de lait ( on peut utiliser du lait de soja )

Prélever le zeste des citron et pressez le jus. Ajouter les oeufs et le sucre . Battre au fouet. Ajouter le beurre fondu , mélanger et mettre le tout dans une casserole sur feu doux pendant quelques minutes . Faire épaissir. Eteindre le feu puis ajouter la purée d’amandes . Mélanger puis laisser refroidir .
Dans un saladier , mettre la farine, la levure , la poudre d’amandes, les graines de pavot et le lait . Mélanger puis ajouter le contenu de la casserole . Mélanger pour obtenir une pâte homogène ( ajouter un peu de lait si c’est trop compacte mais pas trop, la pâte doit être dense ) puis verser dans un moule à cake beurré .
Enfourner pour 30 – 35 minutes à 180°.
Vérifier la cuisson du cake en enfonçant la lame d’un couteau ou d’un pic à brochette, elle doit ressortir sèche .

NB : Le cake reste très moelleux pendant plusieurs jours