Tartiflette pommes de terre – poireaux au cidre

Je ne sais pas vous, mais moi je n’ai qu’une envie le soir après le boulot, c’est de rentrer chez moi et de m’empiffrer de choses réconfortantes, un peu caloriques et surtout qui réchauffent.
Parce qu’à bosser dehors malgré le froid et les rafales de vent comme aujourd’hui, j’ai mon petit nez qui rougeoie à vue d’oeil.
Cette petite tartiflette revisitée avec du cidre à la place du vin blanc et un peu de poireau pour le côté rustique a très bien fait son travail de cocooning et a été ultra réconfortante ! J’ai été inspirée par une recette du chef Savoyard à chapeau, Marc Veyrat.
La recette est un peu plus longue que la traditionnelle mais le résultat est à la hauteur avec une onctuosité en bouche et une répartition des saveurs incomparables !
Merci à Pierre de cuisine à l’Ouest d’avoir pensé à moi pour cuisiner le cidre Kerné car ils sont d’une très grande qualité . Une autre recette suivra dans quelques jours …

gratin-pommes-de-terre-cidre

Tartiflette pommes de terre – poireaux et cidre

200 g de reblochon fermier
1,2 kg de pommes de terre
1 blanc de poireau
350 g d’oignons
150 g de lardons allumettes fumés
150 ml de crème liquide entière
250 ml de cidre Kerné
125 ml de bouillon de volaille
Poivre du moulin

Éplucher et rincer les pommes de terre. Faire cuire à la vapeur une dizaine de minutes ou dans une grande quantité d’eau salée environ 15 mn. Elles doivent être cuites mais encore un peu fermes. Egoutter et laisser refroidir.
Dans une poêle, faire dorer les oignons et le poireau émincés finement avec les lardons. Déglacer avec un peu de cidre. Le tout doit être bien fondant.
Couper les pommes de terre en lamelles et mettre la moitié dans un plat à gratin. Recouvrir des oignons / poireaux / lardons dorés à la poèle. Recouvrir du restant de pommes de terre.
Faire chauffer 125 ml d’eau avec 1/2 cube de bouillon de volaille jusqu’à ce que le cube soit fondu.
Coupez le reblochon en petits cubes. Le faire fondre dans une casserole avec la crème et le reste de cidre. Une fois le fromage fondu, mettre le tout ( c’est à dire le fromage fondu avec la crème et le cidre ainsi que le bouillon de volaille ) dans un blendeur. Mixer pour obtenir une crème.
Verser cette crème sur les pommes de terre, poivrer et enfourner pour 45 mn à 1 heure.
Déguster bien chaud avec de la salade verte.

Cake aux pommes et à la confiture 3 agrumes

Dès l’été fini ( après m’être gavée de fraises, cerises, pêches, abricots, melons et autres délices mûris au soleil / jusqu’à ce que je pleure sur les étals vides / toutes les bonnes choses ont une fin /  en Anglais : all good things must come to find to an end ), je me rue sur les pommes pour faire des tartes et des gâteaux. A la maison, ils sont assez difficiles sur les pâtisseries donc il faut les surprendre et surtout varier les plaisirs ( je t’en ficherai moi … )
Pour cette recette, je me suis inspirée d’un cake aux pommes d’Hervé, mais j’ai modifié quelques proportions et surtout j’ai remplacé son nappage sucre – cannelle ( ils ne sont pas fan chez moi / quel dommage en passant ) par de la confiture aux 3 agrumes. Pas n’importe quelle confiture attention, de la Extra Artisanale, cuite au chaudron en cuivre de chez Ederki.
Je vous avez dit que j’avais été inspirée par leurs produits, et je ne m’en lasse pas.
Allez, filez à vos fourneaux préparer ce cake … moi je fais chauffer le thé !

cake-aux-pommes-a-l'ancienne

Cake aux pommes et à la confiture 3 agrumes

250 g de farine
3 oeufs
180 g beurre fondu
1 gousse de vanille
125 g de cassonade
8 cuillères à soupe de confiture aux 3 agrumes Ederki
1 pincée de sel
1/2 sachet de levure chimique
3 pommes bio

Préchauffer le four a 180°. Battre les oeufs avec les graines de vanille et le sucre pour obtenir un mélange mousseux et blanc.
Rajouter la farine tamisée, le sel et la levure au mélange oeufs – sucre, puis verser le beurre fondu et mélanger jusqu’à obtenir une pâte bien lisse.
Eplucher et couper les pommes en lamelles fines.
Verser la moitié de la pâte dans un moule à cake beurré et fariné puis déposer la moitié des lamelles de pommes dessus. Mettre 4 cuillères à soupe de confiture puis recouvrir du reste de pâte. Finir en enfonçant à moitié le reste des lamelles de pommes puis recouvrir de 4 autres cuillères à soupe de confiture. Enfourner 45 / 50 minutes de cuisson. Vérifier en enfonçant la lame d’un couteau ou d’un pic à brochette, il doit ressortir bien sec.

Croustillants d’Ossau – Iraty au lard et compotée de piment d’Espelette au miel

J’espère que vous avez bien profité de ces quelques jours d’été Indien, parce que la pluie et le froid reviennent nous plomber le moral dès demain. Je sais, c’est toujours sympa de me lire .
Bon vous l’avez remarqué avec ma recette précédente, je suis dans ma période fromage de brebis et piment d’Espelette mais pour tout vous avouer, j’ai failli de jamais poster cette recette. J’ai du ruser et cacher ce pot de compotée au piment d’Espelette et miel ( autant dire mission impossible avec mes estomacs sur patte ).
Tout le monde chez moi se précipitait sur cette confiture dès qu’on sortait le plateau de fromage ( c’est à dire matin, midi et soir / sans oublier le goûter … ).
Très légèrement épicée, très subtilement sucrée, cette compotée Ederki est juste une petite tuerie avec du fromage et notamment du brebis ! Un truc addictif, à se lever la nuit …
L’association avec une feuille de brick et un petit morceaux de lard fumé ne pouvait être que fonctionner. Ces croustillants façon samoussa se laissent grignoter avec une petite salade verte de votre choix. C’est simple, délicieux et sans chichi … comme les recettes de chouchie !

croustillants-ossau-iraty (1)

Croustillants d’Ossau Iraty au lard et compotée de piment au miel

Pour 10 croustillants

5 feuilles de brick
5 fines tranches de lard fumé
1 fromage Ossau Iraty
1 pot de compotée de piment d’Espelette au miel ( Ederki )

Couper les feuilles de brick en 2 ( pour les feuilles rondes ).
Couper les tranches de lard en deux. Couper des morceaux de fromage. Badigeonner le fromage avec la compotée de piment d’Espelette au miel à l’aide d’un pinceau.
Enrouler le fromage avec le lard . Plier la feuille de brick pour former un samoussa, mettre le fromage lardé à l’intérieur et refermer le samoussa ( c’est ma méthode mais certain font différemment, notamment en pliant le samoussa avec la garniture déjà à l’intérieur.
Mettre un fond d’huile dans une poèle et faire dorer les croustillants en les retournant 2 ou 3 fois. Ils doivent être bien dorés !

Gougères au brebis et piment d’Espelette

Nous voilà déjà au mois d’octobre mes poussins, le temps défile à une vitesse de folie folle et comme d’habitude je n’ai le temps de rien. J’ai organisé mon premier mariage avec le food truck la semaine dernière et je peux vous dire que ca m’a pris une sacré énergie ! J’espère pouvoir souffler un peu ce mois ci et pouvoir vous poster des recettes plus souvent …
En attendant on continue dans la série  » apéro party  » ( on est encore officiellement en été,  si, si )  avec ces gougères au brebis et le piment d’Espelette de mon partenaire Ederki. J’ai découvert leurs produits grâce à la très gentille Alexandra et je peux vous dire que j’ai adoré tout ce que j’ai goûté. Les produits sont d’une excellente qualité, si vous voulez découvrir de véritables produits Basques, je vous les recommande sans hésiter ! J’ai déjà plein d’idées pour d’autres recettes, je vous réserve plein de surprises …

gougères-au-brebis1 (1)

Gougères au brebis et piment d’Espelette :

Pour une quarantaine de gougères, 30 mn de préparation, 30 minutes de cuisson

7 oeufs
140 g de beurre
200 g de farine
210 g de fromage pur Brebis râpé
1/2 cuillère à café rase de piment d’Espelette Ederki
1 bonne pincée de sucre
1 pincée de bicarbonate alimentaire
400 ml d’eau
Sel ( 1 pincée )

Dans une casserole, portez à ébullition l’eau avec le beurre, le sel, le piment d’Espelette et le sucre. Retirez du feu et ajouter la farine et le bicarbonate en une seule fois. Remuez énergiquement avec une spatule en bois. Remettre sur le feu et  » desséchez  » la pâte en continuant de remuer jusqu’à ce que le mélange se détache de la casserole ( l’opération dure 2 à 3 minutes, c’est important pour que les choux gonflent à la cuisson ).
Retirez du feu et versez le mélange obtenu dans le bol d’un batteur ou bien un saladier. Laissez tiédir.
Incorporez les oeufs un à un ( attendre qu’un oeuf soit incorporé avant de mettre le suivant ) , soit avec le fouet du batteur , soit avec un fouet électrique. La pâte doit être bien brillante. Ajouter les 3/4 du fromage, mélanger. Garder un peu de fromage pour le dessus des gougères.
Préchauffez le four 180°. Déposez une feuille de papier sulfurisé sur 2 plaques de cuisson ou des grilles.
Versez la pâte dans une poche à douille ( on peut faire aussi les gougères avec 2 cuillères à soupe ), coupez le bout à 3 cm de large et formez des tas en formant des choux. Saupoudrer avec le restant du fromage sur le dessus.
Enfourner pour 30 mn. 10 mn avant la fin, ouvrir légèrement la porte du four ( on peut bloquer la porte avec le manche en bois d’une cuillère ) pour que gougères finissent de cuire en laissant s’échapper un peu de vapeur.
Déguster tièdes à l’apéro ou avec une salade.

Madeleines à la féta, noix et pesto rosso ( apéro party )

Punaise me revoilà quelques jours seulement après ma dernière publication. Il va neiger des grains de sucre perlé ( vous en profiterez pour faire des chouquettes ! ).
Et oui il est bien loin le temps où je publiais une recette par jour, puis une recette tous les 3 jours, puis une par semaine. Maintenant si j’arrive à vous en poster deux par mois, vous êtes contents, hein ? ( si quelqu’un pouvait dire qu’il est content … )
Mais je suis un peu en vacances, enfin disons que j’arrive à prendre quelques jours par ci, par là. Parce que quand on est à son compte en restauration, c’est compliqué de s’arrêter. Surtout l’été. Je vous ferais peut être un article un jour sur mon activité de food truck si j’ai le temps et si ça vous intéresse.
En attendant je vous laisse avec une recette bien de saison car c’est encore le temps des apéros. Il va faire très chaud cette semaine alors n’hésitez pas ! On sort les verres à mojito, on prépare ces petites madeleines et on appelle les copains.
J’ai flashé sur ces petits piques à brochettes en forme de poisson, présentés dans une jolie boîte de sardine sur le site Cadeaux Folies, le spécialiste des cadeaux personalisés.
Idéal pour offrir quelque chose d’ original ou d’insolite ( maison, cuisine, lifestyle, voyage, gadgets … ) ,le site propose tous les indispensables du moment  ainsi que des cadeaux personalisés très sympa !

mini-madeleines-feta-noix

Madeleines à la féta, noix et pesto rosso

Pour une vingtaine de madeleines

Ingrédients secs :

80 g de farine
7 g de levure chimique ( 1/2 paquet )
1/2 cuillère à café de bicarbonate alimentaire
25 g d’emmental râpé
1 cuillère à soupe bombée de parmesan râpé
30 g de noix grossièrement hachées
1 cuillère à soupe d’herbes de Provence
Quelques tours de moulin à poivre
1 pincée de sel
1 cuillère à café de paprika

Ingrédients liquides :

1 yaourt nature style perle de lait
2 cuillères à soupe d’huile de noix ( ou une autre )
2 oeufs
1 bonne cuillère à soupe de pesto rosso
70 g de féta

Préparer 2 saladiers. Dans un saladier, mettre tous les ingrédients secs et mélanger. Dans l’autre saladier, mettre tous les ingrédients liquides et mélanger.
Réunir les ingrédients des deux saladiers et mélanger sans insister mais jusqu’à ce que la pâte soit homogène .
Mettre dans une poche à douille ( ou s’aider à l’aide de 2 cuillères ) puis déposer dans les empreintes d’un moule à madeleines beurré.
Enfourner pour 10 à 12 mn.
Démouler tièdes et manger de suite. Sinon si vous les cuisez à l’avance, les mettre à réchauffer quelque secondes dans un four chaud.

 

Crème glacée au chocolat ( corsée )

Vous vous souvenez de la publicité ( pas très récente / un peu comme moi ) où le petit garçon accusait son poisson rouge d’avoir mangé toutes les mousses au chocolat en disant avec la bouche pleine de cacao  » Tu pousses le bouchon un peu trop loin Maurice  » ?
J’ai revécu la scène cette après-midi. Oui parce qu’un shooting photo culinaire ça prend du temps, et une glace ça fond, ça fond. Alors j’ai été obligé de plonger ma cuillère, enfin ma louche dans le pot pour éviter de tout perdre et j’ai pratiquement tout mangé. Bien sûr comme je n’ai pas de poisson, j’ai accusé le chat, c’était plus crédible. Trop d’épreuves ce blog, moi je vous dis !

Sinon aucun rapport avec cette délicieuse crème glacée, mais j’avais envie de vous parler un peu de mon nouveau partenaire ( si comme moi vous faites partie des gens qui adorent la décoration et l’ameublement, cela devrait vous intéresser… ).
Il parait que les Français renouvellent leur déco tous les 4 à 5 ans ! Fini le temps où l’on devait se farcir le papier peint à losanges orange pendant des lustres ou le tapis offert par tonton René au mariage ( je ne vous dis pas de jeter le tapis de tonton, hein ? ). Mais on a vraiment besoin de changer régulièrement de décor, à défaut de changer d’appart ou de maison.
Du coup pour répondre aux besoins et à la tendance, des centaines de boutiques inondent la toile. Pas simple de s’y retrouver et on peut passer des heures pour comparer les prix ou trouver le bon produit. Pour nous faciliter la vie et nous faire gagner un précieux temps, le site Linvingo a crée un portail en ligne dédié à l’aménagement de la maison, qui regroupe au même endroit les articles de différentes boutiques spécialisées dans la décoration. On peut commander directement sur Amazon, Made.com, Delamaison, Kavehome & Co…

Les avantages :le choix de produits ( large ), le classement par prix ( pratique ), la possibilité d’épingler ses articles favoris ( fait gagner du temps ) , la navigation ( aisée ) et il y a la possibilité d’afficher 500 articles par page.
Mais assez de blabla, je vous laisse découvrir le site Livingo.fr par vous même …

crème glacée chocolat
source : dorian / pourquoi est ce que je vous raconte ça

Crème glacée au chocolat

250 ml de lait entier
400 ml de crème liquide entière
100 g de sucre
40 g de miel liquide ou de sirop de glucose ( j’ai mis du miel )
30 g de cacao noir non sucré en poudre –
100 g de jaunes d’œufs ( 5 jaunes )
180 g de chocolat noir bien noir haché
1cuillère à café de café lyophilisé ( j’ai mis de la Ricoré )

Verser 50 g du sucre avec le café lyophilisé et le cacao dans une casserole et mélanger bien. Ajouter un peu de lait et mélanger encore pour diluer le cacao. Ajouter le reste de lait, la crème et le miel puis fouettez à la main.
Porter le mélange à ébullition à feu moyen.
Pendant ce temps fouetter les jaunes d’œufs avec les 50 g de sucre restant.
Quand le contenu de la casserole est arrivé à ébullition, verser son contenu en filet sur les jaunes d’œufs en mélangeant sans arrêter.
Remettez le tout dans la casserole et faites épaissir à feu doux sans bouillir !
Retirez la casserole du feu et ajoutez le chocolat noir puis fouetter. Verser le tout dans un saladier, laisser tiédir puis mettre au frais.
Quand la crème est bien froide, mélanger puis mettre en sorbetière où directement au congélateur en remuant toutes les heures jusqu’à la prise complète de la glace ( j’ai fait sans sorbetière ).

Fontainebleau aux fruits rouges

Me revoilà après quelques semaines d’absence. Ce n’est pas de ma faute, en plus du boulot qui ne s’arrête jamais, je suis tombée en panne d’ordinateur. J’ai bien un petit PC de dépannage mais j’avais toutes mes photos dans le premier. D’ailleurs à ce propos, ne faites pas comme moi pensez à sauvegarder régulièrement vos photos et vos données! Perso ca fait plusieurs fois que mon ordi me plante d’un coup ( sans réparation possible ) et je n’ai toujours pas compris la leçon . C’était la minute conseil du jour.
Cette recette fait partie de la série que j’ai réalisée pour le magazine  » Le Sud Ouest gourmand  » ( hors série de juin ), sur les produits laitiers issus des circuits courts. Ici c’est la faisselle qui est mise à l’honneur et le résultat donne un dessert frais et léger !

Fontainebleau-aux-fruits-rouges

Fontainebleau aux fruits rouges

Pour 6 personnes, 30 minutes de préparation, 1 nuit d’égouttage pour la faisselle

300 g de faisselle
300 g de crème liquide entière bien fraîche ( à 30 ou 35% de matières grasses, sinon la chantilly ne montera pas )
100 g de sucre glace
1 gousse de vanille
Mélange de fruits rouges ou fraises
Un peu de coulis de fruits rouges
Quelques pistaches non salées sans la peau concassées grossièrement.

Placez la faisselle dans une passoire ou un chinois et posez là au-dessus d’un récipient. Posez un poids ( pas trop lourd ) dessus pour aider le liquide à s’écouler. Couvrir de film alimentaire et garder au frais pour une nuit.
Verser la crème liquide entière bien froide dans un saladier, ajouter l’intérieur de la gousse de vanille ( les graines ) et la monter en chantilly avec un batteur électrique ou dans le bol d’un robot avec le fouet. Ajouter le sucre glace et battre encore quelques secondes.
Dans le saladier avec la chantilly montée, verser la faisselle bien égoutée et mélanger le tout délicatement avec une spatule souple en soulevant la masse ( comme une mousse au chocolat, sans écraser la chantilly ). Mettre la crème chantilly – faisselle dans une poche à douille avec un embout cannelé.
Verser des fruits rouges ou les fraises coupées en morceaux au fond de verres. Verser de la crème sur le dessus, un peu de coulis de fruits puis des pistaches concassées.
Dégustez bien froid.

Brick à la sardine, fromage frais, citron et ciboulette

Avoue qu’une petite boîte de sardines à l’huile, ce n’est pas ce qui te donnes le plus envie de cuisiner. Et pourtant on peut faire plein de choses avec !  Bon celle-ci c’est un peu le must de la boîte de sardine. Déjà elle est jolie, un peu rétro, les sardinettes sont sélectionnées au coeur de la saison puis préparées à la main avec de l’huile d’olive extra vierge. Et il parait que plus on laisse vieillir cette boîte de sardines, meilleure elle est, comme les grands crus ( qui l’eut cru ? / un peu facile la vanne, j’avoue ). Et la conserverie qui la fabrique est une entreprise familiale qui se transmet de génération en génération, basée depuis 1959 à Concarneau en Bretagne ( qui a crié  » Vive les Bretons ? «  ).
Après une prestation en restauration avec mon petit food truck Capucine ( entre autres, on a fait 300 samoussas / faut être fou quand même ), il me restait un petit paquet de feuilles de brick . C’est pourquoi lorsque Pierre de Cuisine à l’Ouest m’a demandé si j’étais ok pour cuisiner ces sardinettes de qualité, j’ai mon cerveau ramolli à force de plier la feuille qui s’est mis à mouliner, et j’ai pensé à des petits cigares farçis, dans l’esprit des bricks marocaines qui se font avec du thon et de la pomme de terre cuite. Ici avec du St Môret, du zeste de citron, quelques épices et de la ciboulette, c’était simple, frais et délicieux. Nous on les a grignotés tièdes à l’apéro, avec les doigts bien sûr, en sirotant un petit  Mojito bien frais. Mais chacun fait comme il veut !

cigares-sardines-citron_1

Brick à la sardine, fromage frais, citron et ciboulette

Pour 10 cigares

5 feuilles de brick
80 g de pommes de terre cuite
80 g de sardines à l’huile Les Mouettes d’Arvor de la conserverie Gonidec
100 g de St Morêt ou un autre fromage frais
Une trentaine de tiges de ciboulette
1 bonne pincée de cumin
1 bonne pincée de paprika
Le zeste fin d’un citron bio
2 ou 3 gouttes de sauce pimentée style Tabasco ou Harissa ou une pointe de piment en poudre

Sauce pour trempouiller les cigares :

50 g de St Môret
3 cuillères à soupe de yaourt
Quelques brins de ciboulette hachée
sel, poivre

Dans un saladier, mettre les pommes de terre avec les sardines bien égouttées en morceaux ( couper et oter la queue au ciseaux ), le fromage frais, la ciboulette eminçée, le cumin, le paprika, le zeste du citron et la sauce pimentée. Ecraser à l’aide d’une fourchette. Goûter et rectifier l’assaisonnement si besoin ( pas besoin de sel, les sardines le sont déjà ! ).
Couper les feuilles de brick en deux, mettre une bonne cuillère à soupe de farce et rouler en forme de cigare. Pour souder le cigare, il suffit de confectionner une pâte avec de la farine et de l’eau ( une pâte très épaisse style pommade ) et de souder le cigare avec un peu de cette pâte ( ça marche aussi pour les samoussas en triangle, les nems … ). Badigeonner d’huile au pinceau les cigares sur toutes ses faces et enfourner pour 20 / 25 mn à 180°. Ils doivent être bien dorés. Déguster tièdes ou chaud en les trempant dans la sauce au St Môret ( c’est pas obligatoire mais c’est encore meilleur ! )

Feuilletés au chèvre et épinards

Comment tenir un blog ( qui se fait rare ), travailler la semaine ( le food truck ), travailler les week-end ( le food truck again ), tenir une maison ( ma famille vaisselle a besoin d’aide ), nourrir une tribu ( qui n’aime part grand chose à part les pâtes et les frites ), les copains de la tribu ( eux toujours contents ), un chat ( pénible ), une tortue ( vorace ), faire des recettes pour le Sud Ouest gourmand ( très belle expérience ), tout ça avec le sourire ? Je ne sais pas. Avec une bonne dose de café journalière, du bon chocolat ( noir of course ), un bol d’air régulier à l’océan, des promenades pieds nus dans le sable, un disque de U2, des rigolades entre potes, le sourire des clients, un peu beaucoup d’insomnie … et sûrement un peu de  folie.
Cette recette ultra facile ( même pas besoin de moule ) est la première d’une petite série que j’ai faite pour le journal le Sud Ouest Gourmand parue dans le dernier hors série de juin.

feuilletés-chèvre-épinards

Feuilletés au chèvre et épinards :

Pour une douzaine de feuilletés, préparation 30 mn, 25 à 30 minutes de cuisson

Entre 350 g et 400 g de pâte feuilletée pur beurre
400 g d’épinards frais
1 grosse bûche de chèvre ( ou 2 petites )
Oignons frits
Crème fraîche
Sel
Poivre 5 baies
Huile d’olive

Pour dorer :

1 jaune d’oeuf
1 cuillère à soupe de crème fraîche

Dans un grand faitout, faire cuire les épinards avec un petit fond d’huile, un peu de sel et de poivre . Les épinards vont réduire beaucoup, c’est normal.
Egoutter si nécessaire. Ils ne doit pas y avoir de jus.
Formez des carrés de 10 cm de côté avec la pâte feuilletée préalablement étalée. Déposez les carrés de pâte sur du papier sulfurisé étalé sur une plaque de cuisson ( ou une grille ).
Mettre de la farce aux épinards au centre de chaque carré, un peu de crème, saupoudrez d’oignons grillés puis déposer une belle rondelle de chèvre. Rabattre chacun des côtés sans souder complètement .
Mélanger le jaune d’oeuf avec la crème et dorer au pinceau .
Enfourner pour 30 minutes à 180°. Déguster de suite .

Cake marbré vanille – pâte à tartiner au gianduja

Si vous me suivez ici, vous savez que je suis une grande fan du blog de Dorian  » pourquoi est ce que je vous raconte ça « . Non seulement ses recettes sont infaillibles, ses photos sublimes ( on en baverait sur l’écran, enfin en tout cas moi je bave sur l’écran et j’assume grave ) et en plus son humour fait du bien au moral.
Et en ce moment avec la météo qui souffle du vent froid au sens littéral du terme, et le monde qui part en cacahuètes grillées ( et encore les cacahuètes c’est bon ), on a bien besoin de se remonter le moral . C’est pourquoi quand j’ai voulu tester un nouveau marbré en ayant l’idée d’y ajouter un peu de pâte à tartiner au gianduja ( pas le célèbre Nut Nut à l’huile de palme dont raffole mes lycéens mais de la bonne pâte à tartiner digne de ce nom, avec des noisettes du Piémont, du beurre concentré et du sucre point trop il n’en faut ), j’ai pensé à une recette de mon copain Dorian.
Au final ce marbré est juste parfait, moelleux, chocolaté à souhait, encore meilleur le lendemain ( comme souvent les cakes qui ont tendance à se briser quand on les coupe encore frais … ).
J’ai déjà fait la recette 3 fois et j’ai déjà envie de la refaire !

marbré-chocolat-vanille

Cake marbré vanille – pâte à tartiner au gianduja

180 g de cassonade
3 œufs
120 g de crème liquide entière à 35% de matières grasses
180 g de farine
1/2 sachet de levure chimique ( 7 g )
90 g de beurre demi-sel fondu ( ou beurre doux et ajouter une pincée de sel )
50 g de pâte à tartiner au chocolat et noisettes ANGELINA
50 g de chocolat noir ou au lait

Fouetter dans un saladier le sucre et les œufs. Ajouter 90 g de crème liquide et fouetter de nouveau. Ajouter la farine tamisée et la levure et mélanger. Verser le beurre fondu sur la pâte et mélanger pour obtenir une pâte homogène.
Séparez cette pâte en deux ( en mettant un peu moins de pâte dans celle qui sera destinée à la vanille ).
Faire fondre au micro ondes ou au bain marie 50 g de chocolat en morceaux avec la pâte à tartiner . Ajouter la préparation au chocolat dans une moitié de la pâte.
Gratter la gousse de vanille coupée en deux dans la longueur au dessus de l’autre moitié de pâte.
Versez les deux pâtes dans un moule à cake beurré et fariné, en commençant  et terminant par la pâte à la à la vanille.
Enfourner dans un four préchauffé à 180° pendant 45 à 50 minutes. Pour vérifier la cuisson, planter la lame d’un couteau ou un pic à brochette, il doit ressortir sec.