Croûtons maison à l’huile d’olive et aux herbes

Il s’en passe des choses la nuit chez moi. Ce matin c’était un petit vomi de chat dans ma salle à manger ( oui je vous passe les détails mais avec des croquettes au milieu, je ne pense pas que c’est l’acte de chéri ou des enfants ).
Je ne suis pas sûre que ce soit mon chat d’ailleurs. Ce n’est pas que mon chat soit une princesse ( jusqu’à présent quand il pète je n’ai jamais vu jamais apparaître de paillettes ) mais surtout parce que c’est un mâle et les princesses mâles, c’est plus rare. Et pour tout vous dire ( et accessoirement vous raconter ma vie trépidante ), je laisse la baie vitrée un peu ouverte à cause de la chaleur et je sais que le chat du voisin aime bien faire un petit tour chez moi parfois . Bref, vous avez compris, c’est sûrement l’autre.
Mais la chose qui m’a fait penser qu’ il y a une vie nocturne ici, c’est la découverte d’une coupe à dessert vide dans le frigo, ( qui contenait un délicieux tiramisù aux framboises préparé la veille, c’est important de le préciser… ).
Alors deux solutions, soit c’est la princesse à moustaches qui après s’être goinfré(e) de croquettes a voulu terminer par une douceur sucrée et donc ce n’est pas passé ( la chaleur aidant, la chasse au mulot la nuit, toussa toussa ), soit c’est mon petit dernier qui voulait absoooolument manger un deuxième tiramisù alors que j’avais refusé ( ouije sais je suis une mère indigne ).
Ca peut être aussi le colonel Moutarde ou mademoiselle Rose mais on ne saura jamais.
Sinon pour en revenir à nos chandeliers, les croûtons maison c’est facile, c’est bon et ça accompagne merveilleusement bien les gaspachos bien frais que l’on a envie de déguster en ce moment !

croûtons-maison

Croûtons maison

4 tranches de pain de mie
Huile d’olive
Herbes de Provence
Fleur de sel

Oter la croûte du pain de mie. Avec un pinceau, tartiner chaque tranches généreusement d’huile d’olive. Saler et saupoudrer d’herbes de Provence.
Couper les tranches en cubes ( pas trop petits ) et mettre dans un wok ou une sauteuse anti adhésive. Remettre un petit filet d’huile ( pas beaucoup ) et faire cuire environ 15 à 20 minutes en remuant constamment . Vérifier que les croûtons les plus blancs soient un peu croustillants quand même et éteindre le feu. Laisser refroidir, ils vont finir de durcir .
Mettre sur les soupes froides ou chaudes l’hiver au dernier moment, ou sur des salades.

Les marinades bluffantes (1er volet ) : grillades de boeuf avec sa sauce qui déchire et poivrons à la plancha

Pour mon retour, j’ai le titre le plus long de toute l’histoire de ce blog.
Avis à la populatione ( prononcez à l’Espagnole sinon ça n’a aucun intérêt, même si dans ce cas c’est poblacion avec un accent sur le o mais j’ai pas trouvé pour l’écrire ), je ne suis pas disparue au coin de ta rue .Je manque juste un peu de temps et quelque peu de motivation, soyons honnête pour poster aussi régulièrement qu’avant . Mais je continue à cuisiner toujours autant et on a tellement adoré ces grillades que je ne pouvais pas vous laisser sans partager cette recette !!!
Tirée d’un ancien numéro de  »  Femme actuelle  » concernant plusieurs recettes de marinades bluffantes, originales et goûteuses, c’est la première d’une série que je commence ici.
Parce que c’est l’été, parce qu’il fait chaud, parce que c’est le temps des grillades, des planchas et du chabada bada. Et parce qu’avouons, une bonne viande marinée, c’est meilleur et ça en jette plus qu’une pauvre petite chipolata ou qu’une merguez qui éclate son jus sur ta belle robe, non ?

boeuf-mariné-au-whisky

Faux filet au Whisky

Pour 4 personnes

4 tranches de faux filet ( ou 4 petites entrecôtes ou une belle côte )
100 ml de Whisky ( ici du Ballantines au citron vert )
100 ml de sauce soja salée
2 cuillères à soupe de moutarde ( ici à l’ancienne )
2 cuillères à soupe de sauce Worcertershire
1 gros oignon nouveau ( ou 3 petits )
40 g de miel
Des poivrons ( vert, jaune, rouge ) épépinés et émincés
Huile d’olive
Poivre et sel du moulin

Hacher très finement l’oignon en petits morceaux.
Dans un bol, mélanger le Whisky avec la sauce soja, la moutarde, la sauce Worcertershire, le miel, l’oignon et le poivre.
Mettre la viande dans un récipient et verser la marinade dessus. L’enrober de sauce et placer au frais plusieurs heures.
Huiler une plancha, la faire chauffer et déposer la viande quand elle est bien chaude. Verser la marinade dessus.
Mettre les poivrons à côté , verser un peu d’huile dessus et un peu de sel et de poivre.
Faire cuire la viande selon les goûts en la retournant plusieurs fois avec la marinade et faire sauter les poivrons quelques minutes jusqu’à ce qu’ils soient tendres.
Servir de suite .

Pommes de terre nouvelles sautées et St Jacques au citron confit

Connaissez-vous les pommes de terre primeur que l’on nomme aussi pommes de terre nouvelles ?
Avant que Pierre de Prince de Bretagne ne me présente la dernière née de leur gamme, la Prima Breizh et ne me propose de réaliser une recette avec , je ne m’étais jamais penchée sur la question.
Je connaissais le Beaujolais nouveau, je le goûte régulièrement, mais je ne connaissais pas cette délicieuse pomme de terre. Pourtant elle mérite que l’on parle d’elle et en plus sa commercialisation est éphémère, alors autant en profiter !
La Prima Breizh n’est d’ailleurs sur les étals que de fin – mai à mi-août .
Les pommes de terre nouvelles sont récoltées avant leur complète maturité. Elles ont une peau fine et  pelucheuse ( au fait elles ne pèlent pas, on se contente de les rincer ou de les frotter ) qui  se détache facilement sous le doigt, et, contrairement aux pommes de terre dites « de conservation » ne se conservent pas au delà de quelques jours. Son goût est fin, un peu sucré.
Elles peuvent être cuisinées comme toutes les pommes de terre mais une cuisson douce est préférable .
Avec des noix de St Jacques et une petite sauce aux agrumes, on a beaucoup aimé !

D’autres recettes sur   » Cuisinons les légumes.com «  !

pommes-de terre-nouvelles-noix-de-st-jacques

Pommes de terre nouvelles et St Jacques au citron confit

Pour 4 personnes

600 g de petites pommes de terre nouvelles ( ici des prima Breitzh, Prince de Bretagne )
12 grosses noix de St Jacques fraîches ( demandez à votre poissonnier d’enlever la coquille )
1/2 citron confit au sel
2 cuillères à soupe de miel
50 ml de vinaigre de riz
50 ml de jus d’orange frais
50 ml d »huile d’olive
1 cuillère à soupe d’huile neutre ( arachide, pépins de raisin … )
Sel, poivre du moulin
50 g de pousses d’épinards ou de feuilles de roquette

Laver les pommes de terre avec leur peau ( la pomme de terre nouvelle ne s’épluche pas ) et les couper en deux dans leur longueur .
Les mettre dans une cocotte qui n’accroche pas avec l’huile, du sel et couvrir avec un couvercle anti-projection et faire dorer les pommes de terre pendant 15 / 20 minutes en les retournant régulièrement. Planter la lame d’un couteau pour vérifier la cuisson de la pomme de terre.
Eliminer la chair et les pépins du citron confit et couper l’écorce en petits morceaux.
Faire bouillir le vinaigre avec le miel, le jus d’orange et la cuillère à soupe d’huile dans une petite casserole anti-adhésive. Mettre dans un bol profond avec les morceaux d’écorces et mixer le tout avec un mixeur à bras ( ou dans un petit blinder ). Quand la sauce est lisse, remettre quelques minutes sur feu doux pour qu’elle épaississe.
Saler les noix de St Jacques et les faire cuire sur une plancha ou dans une poèle huilée pendant environ 30 / 40 secondes de chaque côté sur feu vif. Elles doivent être bien dorées et nacrées à l’intérieur . Poivrer hors cuisson.
Répartir les pommes de terre et les noix de St Jacques dans des assiettes. Parsemer de pousses d’épinards ou de roquette et napper de sauce au citron.
Servir aussitôt .

Poulet caramélisé à l’Orangina et graines de sésame

Pendant des années, j’ai détesté le sucré-salé. C’est bien simple, je m’enfuyais en courant quand je voyais le poulet aux pruneaux de ma maman. Fuir devant quelques pruneaux, ce n’est pas très courageux quand même. Et très vexant pour la cuisinière qui l’a préparé avec amour. Pardon maman, il devait être délicieux ton poulet. Comme tout ce que tu cuisinais d’ailleurs.
Depuis je me suis rattrapée et je vous propose régulièrement des viandes et des poissons avec des sauces à base de fruits qui ont compoté, du miel ou du sirop d’érable. Parce que maintenant … j’adore ça !
Ici je vous propose un poulet qui a cuit dans de l’Orangina. Non, ne fuyez pas vous non plus, c’est une belle découverte en cuisine.Très intéressant la caramélisation avec l’Orangina ! Et pourtant pour tout avouer, ne suis pas fan de cette boisson. Ni des autres boissons sucrées d’ailleurs.
Il parait que la recette de l’Orangina reste inchangée depuis 75 ans: du jus et de la pulpe d’orange, de l’eau gazéifiée, des agrumes ( pamplemousse, citron, mandarine ), des huiles essentielles , du sucre et des arômes naturels.
En réduisant elle compote et se transforme en une sauce délicieuse au bon goût d’agrumes, pas écoeurante, pas trop sucrée, juste comme je les aime. Par contre pas besoin d’ajouter du zeste d’orange comme dans la recette originale ( tirée du livret de recettes sur la célèbre marque ), j’ai testé et j’ai trouvé que c’était trop.
Et ce poulet est encore meilleur le lendemain !

poulet-a-l'orangina

Poulet caramélisé à l’Orangina et graines de sésame

1 poulet
200 g d’oignons
3 gousses d’ail
10 g de farine
70 cl d’Orangina ( ici 2 canettes de 33 cl )
2 cuillères à soupe de sauce soja salée
1 filet d’huile d’olive
Poivre du moulin
Graines de sésame

Peler et émincer finement les oignons. Peler et hacher l’ail.
Dans un saladier, mélanger les oignons avec l’ail, la sauce soja, l’Orangina et du poivre.
Découper le poulet et ôter la peau. Mettre le poulet dans le saladier ( tous les morceaux de poulet doivent être dans la marinade ) et laisser plusieurs heures au frigo.
Egoutter le poulet ( garder la marinade avec les oignons ) et faire dorer tous les morceaux dans une cocotte avec l’huile d’olive.
Retirer le poulet et à la place faire dorer les oignons ( garder l’Orangina ). Remettre le poulet avec l’Orangina, saupoudrer de farine et laisser mijoter environ 1 heure en remuant régulièrement .
Quand la sauce a bien réduit, stopper la cuisson.
Faire griller les graines de soja dans une poèle à sec et saupoudrer le poulet.

Rillettes aux 2 saumons

Le temps défile à toute allure depuis que j’ai commencé mon nouveau job de food- truckeuse ( si chéri lit ça, il va me dire que j’emploie le mot à la mode / donc que je suis passée du côté obscur de la Force )  et je dois vous avouer que vous me manquez. Poster des articles et partager avec vous pendant 3 ans a crée des liens avec de nombreux lecteurs et vos petits mots pour me souhaiter bonne chance m’ont beaucoup touché !
Pour vous donner quelques nouvelles, l’activité démarre tranquillement mais sûrement. Il faudra sans doute du temps pour me faire connaître, comme d’ailleurs tous les commerçants qui débutent sur les marchés . Rome ne s’est pas faite en un jour ( comment ça je me mets à parler comme mes parents ? /  Ok, un an de plus et j’écoute radio Nostalgie )
En plus des marchés, je serai ponctuellement amenée à faire de l’évènementiel et je démarre samedi 6 juin sur le parking de Dafy Moto à Bordeaux Lac pour faire des crêpes .
En attendant de revenir ici plus régulièrement, voici une recette de rillettes aux 2 saumons ultra facile et super bonne pour accompagner tous vos apéros printaniers.
Attention je vous aurai prévenu mes petits lapins, quand on commence … on finit le pot !

rillettes-aux-2-saumons

Rillettes aux 2 saumons

Pour 1 petit bol

100 g de saumon fumé
1 pavé de saumon frais de 130 g environ
60 g de fromage type St Morêt
Le jus d’un 1/2 citron vert assez gros
1 bonne cuillère à soupe de persil ou ciboulette hachée fraîche
8 tours de moulin à poivre ( ici poivre blanc et noir )

Faire cuire le saumon au micro-ondes dans un récipient adapté 1 ou 2 minutes, il doit être juste cuit, encore un peu rosé.
Dans un bol, détailler le saumon fumé en petits dés à l’aide d’un ciseau. Ajouter le saumon cuit et continuer de hacher au ciseaux. Incorporer le St Morêt, le jus du citron et le poivre et le persil ou la ciboulette à l’aide d une fourchette. Ecraser et mélanger .
Ne pas saler, le saumon fumé et le fromage le sont déjà.
Mettre au frais au moins 2 heures avant de servir.
A déguster avec du pain ou des crackers.

Pain faluche ( pour pan Bagnat et autres sandwichs )

J’attend le retour de la chaleur ( il est où le printemps ? ) pour vous proposer des vrais Pan bagnat sur les marchés où je travaille avec Capucine . Attention pas le pan Bagnat avec de la mayonnaise ( non ça c’est pour les touristes) l’authentique, le traditionnel, avec du pain imbibé à l’huile d’olive et une salade Niçoise à l’intérieur.
Pour la petite histoire, les ménagères et notamment les femmes des marins utilisaient des morceaux de pain rassis qu’elles imbibaient d’eau, de jus de tomates ou d’huile d’olive pour les plus riches ( Pan Bagnat signifie  » pain mouillé  » ) , avant de les placer avec leur salade de thon dans un récipient en plastique frotté avec une gousse d’ail. De là est né le célèbre sandwich vendu à Nice sur toute la côte d’Azur.
J’ai trouvé que le pain faluche ( je sais il y a plus glamour comme nom / ça fait un peu paluche , allez on dira que ce pain est une grosse paluche ) qui est un pain traditionnel du Nord pas de Calais était idéal  pour la confection du Pan Bagnat  car c’ est un pain blanc, moelleux et un peu dense. Il n’est ni vraiment rond, ni vraiment plat, il ressemble d’ailleurs un peu à un ballon de football écrasé…
Et pour la recette du Pan Bagnat, c’est par ici

pain-faluche

Pains faluches

Pour 5 pains

600 g de farine
1 cuillère à café de sel
25 g de levure de boulangerie fraîche ( ou 3 cuillère à café de levure sèche)
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
180 ml d’eau
180 ml de lait

Mettre les ingrédients dans la MAP et lancer un programme  » pâte  » ( s’il y a un temps de préchauffage, mettre le sel au dernier moment quand les pâles commencent à tourner ), ou mélanger tous les ingrédients dans un saladier (ou au robot) jusqu’à obtenir une pâte souple et homogène. Laisser lever 1h30.
Verser la pâte sur un plan légèrement fariné, la diviser en 5 et faire des boules. Aplatir avec la paume de la main. Laisser lever de nouveau une bonne heure.
Badigeonner à l’huile d’olive délicatement, saupoudrer d’un peu de farine puis enfourner dans un four préchauffé à 180°C pendant 15 / 18 minutes environ (les faluches doivent rester blanches).
Laisser refroidir , les couper en 2 et les garnir au choix.

Une nouvelle aventure commence : CAPUCINE { Cuisine Mobile }

3 ans déjà que j’ai ouvert ce blog, et vous avez peut être remarqué que depuis plusieurs mois  je vous glisse par ci par là quelques phrases sur mon camion cuisine en cours de restauration . Oui parce qu’une Estafette d’origine de 1975 ( même pas peur ), ca donne un peu de boulot ( enfin surtout à chéri, moi j’ai très bien fait l’inspecteur des travaux finis ).
Et bien voilà , après plusieurs mois d’aménagements, de peintures, de galères de joies pour trouver les pièces  et un peu de mécanique, j’ai la joie de vous présenter( tadââââââ / petite musique de suspense )        CAPUCINE { Cuisine Mobile } , une charmante voiture qui va m’accompagner dans ma nouvelle activité, la restauration ambulante.
Vous pourrez me retrouver le vendredi matin sur le marché de Saint Aubin de Médoc et le samedi matin ( je n’ai pas de place fixe donc ce sera au bon vouloir du placier et selon les places libres ) au marché de St Médard en Jalles en Gironde ( 33 ).
Au menu : des plats cuisinés et des desserts différents toutes les semaines ( vous avez pu vous rendre compte que j’aime varier les plaisirs ) et plein de bonnes choses que je vous laisse découvrir par vous même si vous avez l’occasion de passer par là !
Je serai moins présente sur ce blog mais je tenterai de continuer à publier quelques recettes de temps en temps si vous le souhaitez mes petits lecteurs chéris …

capucine1capucine2

Allez au boulot !

Brochettes de poulet au zaatar et citron

Après un périple par New York avec les pains à hot-dog et l’Italie avec la torta della nonna,  je vous propose aujourd’hui un petite escale du côté du Liban  avec des brochettes de poulet parfumées au citron et au Zaatar ( un mélange d’épices composé de thym , sumac, origan et sésame). Parce que définitivement, j’aime faire voyager mes papilles grâce à la cuisine, faute de mieux .
Très parfumées ( à condition d’avoir des épices de qualité, à dénicher dans les épiceries spécialisées ou Libanaises ), rapides à préparer , elles sont idéales pour grignoter sous forme de tapas ou lors d’un barbecue entre amis. Ca tombe bien, il va faire très chaud la semaine prochaine !

brochette-poulet-zaatar

Brochettes de poulet au zaatar et au citron

Pour une douzaine de brochettes ( ici pics en bois 18 cm )

600 g de blancs de poulet
Une petite barquette de tomates cerises
50 ml d’huile d’olive
1 citron bio ou non traité
Zaatar ( épices Libanaises – environ 4 cuillères à soupe )
Fleur de sel, poivre du moulin

Couper les blancs de poulet en gros cubes. Mettre dans un saladier avec l’huile, le zeste du citron râpé finement, le zaatar et de la fleur de sel. Remuer pour enrober tous les morceaux de poulet, filmer et mettre au frais au moins 2 heures.
Laver et couper les tomates cerises en 2.
Enfiler les cubes de poulet sur des pics à brochettes ( ici des pics en bois de 18 cm ) en alternant avec des tomates .
Faire chauffer une plancha huilée ou une poêle assez large ( ou barbecue ) et faire griller la viande en la retournant régulièrement .
Sortir de la plancha, les déposer dans un plat, remettre un peu de fleur de sel et poivrer au dernier moment ( le poivre n’aime pas la cuisson ) .
Déguster bien chaud.

Torta della nonna

Aujourd’hui je vais vous parler avec les mains  pour vous présenter la torta della nonna , la tarte de la grand-mère en Italien ( comment ça vous ne parlez pas Italien couramment ?  ). Une douceur que vous trouverez souvent en Toscane ou en Ligurie. A l’instar de notre tarte au citron meringuée nationale, vous pourrez déguster cette délicieuse tarte à base de pâte sablée, de crème pâtissière parfumée à la fleur d’oranger et au citron, agrémentée de pignons de pins, plutôt dans les restaurants que chez la mamma ( surtout si vous n’avez pas de grand-mère Italienne… )
Le problème dans toutes les grandes villes c’est de trouver son chemin pour ne pas finir dans un des nombreux restaurants attrape-touristes chers et pas forcément bons. La solution serait de dénicher les endroits où dînent les habitants.
Autre option :  préparer la torta della nonna soi- même !

torta-della-nonna

Torta della nonna

Pour la pâte :

250 g de farine
125 g de beurre mou
90 g de sucre
30 g de poudre d’amandes
1 oeuf
1 petite pincée de fleur de sel
2 à 3 cuillères à soupe d’eau

Pour la crème :

400 ml de lait
150 g de sucre
Le zeste d’1/2 gros citron ou d’un petit citron entier
1 cuillère à soupe d’eau de fleur d’oranger
20 g de farine tamisée
20 g de Maizena
4 jaunes d’oeufs
1 petite pincée de fleur de sel
75 g de pignons de pin
Sucre glace

Pour la pâte : au robot avec la feuille ( ou à la main ), mélanger tous les ingrédients et ajouter l’eau progressivement au bout de 2 mn et cuillère par cuillère. Dès qu’une belle boule se forme, déposer la pâte sur un film plastique ou une toile cirée alimentaire, étaler au rouleau et la placer ainsi étalée au frigo le temps de préparer la crème.

Pour la crème :

Dans une casserole, verser le lait dans une petite casserole, ajouter le zeste râpé finement et porter à ébullition en surveillant. Battre eu fouet les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à ce qu’ils doublent de volume;
Verser la Maïzena et la farine, remuer avec le fouet, puis peu à peu verser le lait sur le mélange toujours en remuant avec le fouet.
Remettez la casserole sur feu doux, remuez avec le fouet jusqu’à ce que a crème épaissie. Ensuite déposer la crème dans un récipient comme par exemple un plat à gratin en verre, couvrir avec du film alimentaire et laissez refroidir complètement la crème.

Sortir la pâte du frigo, la déposer dans un moule à manqué de 25 cm ou un moule à tarte, recouper les bords, verser la crème refroidie et les pignons dessus.
Enfourner pour 35 mn environ. Le dessus doit être bien doré.
Une fois refroidie, saupoudrer de sucre glace .

Pains à hot-dog

Si vous vous promenez à New-York, vous ne pourrez pas passer à côté des chariots à hot-dog colorés qui se trouvent  à chaque coin de rue. Vous pourrez déguster ce sandwich très populaire aux Etats – Unis ( encore plus consommé que le burger ! ) avec très souvent, une compotée d’oignons, de la salade, des tomates, du relish ( sauce à base de concombre ou de cornichon introuvable en France ), une bonne moutarde légèrement acidulée et du ketchup si vous le souhaitez.
Bien sûr il ne faut pas oublier la saucisse , une sorte de Knacki que personnellement je n’achète jamais. Elle est plutôt bonne au goût, ce n’est pas la question mais il ne faut pas regarder la composition. Attention je ne deviens pas une psycho-rigide traquant les ingrédients sur les étiquettes, mais je fais attention c’est un peu différent .
Donc pour le pain on oublie ceux du commerce bourrés d’additifs, on met la main à la pâte, et pour la garniture on ajoute ce que l’on veut ( laissez marcher votre imagination et vos goûts ) mais de la qualité s’il vous plait !
Merci encore à Delphine pour la recette.

pains-a-hot-dog
Source : Cuisine Américaine

Pains à hot-dog

Pour 6 pains

350 g de farine type 55
1 cuillère à café de levure de boulangerie sèche
2 cuillères à soupe de sucre en poudre
1 cuillère à café de sel
25 g de beurre
70 ml d’eau
100 ml de lait
2 jaunes d’oeufs

Pour le dessus :

2 cuillères à soupe de lait ou du blanc d’oeuf mélangé avec un peu d’eau
Graines de pavot ou flocons d’avoine ou graines de sésame

On peut faire la pâte au robot en mettant tous les ingrédients avec le crochet et quand elle est bien homogène ( au bout de 15 mn environ ) , la mettre dans un récipient pour la faire monter pendant 1H30 puis reprendre à l’étape 2 ( ci-dessous )

A la machine à pain :
1 ) Mettre dans la cuve la farine avec le sucre, le sel, le beurre en petits morceaux, l’eau et les jaunes d’oeufs.
Faire tiédir ( pas chaud ) le lait et ajouter la levure. Mélanger .
Enclencher le programme  » pâte  » qui pétrit, fait lever mais ne cuit pas ( il dure 1H50 ). Quand les pâles de la machine à pain se mettent à tourner ( quelquefois il y a 15 mn de préchauffage ), ajouter le lait et la levure ( le sel et la levure ne doivent pas être ensemble avant le pétrissage ). Vérifier au bout de 15 / 20 mn que la pâte est homogène et forme une belle boule. Toucher avec le doigt, la pâte ne doit pas coller . Ajouter un petit peu de farine si besoin.
Laisser le programme finir puis sortir la pâte.

2)Découper 6 morceaux de pâte de 100 g. Rouler en 6 boudins assez fins de 15 cm de long . Déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, recouvrir d »un torchon et laisser monter à nouveau 1H30 ( j’ai mis sur des moules à baguette pour qu’ils ne s’étalent pas ).
Badigeonner les pains avec du lait au pinceau et saupoudrer de graines au choix.
Enfourner à 180° pendant 15 mn.