Brownies aux framboises et pépites de chocolat blanc

Quand je passe devant des livres de cuisine, je me répète mentalement ( ou pas, c’est marrant de voir la tête des gens quand tu parles tout haut ) cette phrase complètement inutile:  » Ne pas craquer, ne pas craquer, ne pas craquer « . Chez moi cette méthode Coué ne marche pas du tout , même avec un patch contre les achats impulsifs sur la fesse droite et après une séance de plantage d’aiguille dans l’oreille gauche, chez un acupuncteur spécialisé dans la culino-dépendance.
Cette fois je ne suis repartie qu’ avec un petit exemplaire comprenant 300 recettes au chocolat ( merci de m’encourager en applaudissant un peu ), pas de quoi remplir le coffre de la voiture mais pour assez pour combler toutes les envies de mousses, biscuits, brownies et tartes chocolatées en tout genre pendant un bon moment .
Et ce brownies englouti tiède devant la série Hawaii 5.0 samedi soir, c’était juste un petit moment de bonheur !

brownies-framboises

Brownies aux framboises et pépites de chocolat blanc

Pour un grand brownies

170 g de chocolat noir pâtissier
170 g de farine
140 g de sucre
125 g de grosses pépites de chocolat blanc ( il suffit d’hacher du chocolat blanc au couteau, c’est bien moins cher que les pépites du commerce ! )
130 g de framboises surgelées
100 g de beurre
4 oeufs
1 cuillère à café d’extrait de vanille liquide
1 pincée de fleur de sel

Faire fondre le chocolat avec le beurre.
Fouetter le sucre avec les oeufs jusqu’à ce que le mélange blanchisse .Ajouter le mélange chocolat / beurre, la farine, la vanille et le sel, mélanger.
En dernier, ajouter les pépites de chocolat blanc et les framboises surgelées. Mélanger . Tapisser un grand plat avec du papier sulfurisé, verser la pâte et enfourner pour 35 à 40 minutes. Vérifier la cuisson en enfonçant la lame d’un couteau ou d’un pic à brochette, elle soit ressortir sèche.
Servir tiède avec une boule de glace à la vanille ….

Un conseil : mangez-le le jour même, il est meilleur ! 

Croque-monsieur au piquillos et fromage de brebis

Ce n’est pas tous les jours que l’on se retrouve avec un sanglier qui vous charge dans le jardin . C’est pourtant ce qui m’est arrivé cette semaine ! Bon il ne m’a pas vraiment attaqué, ça c’est pour mettre un peu de suspense à  mes trois lecteurs, j’avoue.
Le plus étrange dans cette histoire ( vraie, je vous assure ), ce n’est pas la bête en elle-même ( j’habite derrière des bois ) mais c’est la réaction de ma voisine que j’ai avertie et qui s’inquiétait pour mon chat qu’elle adore. Je ne suis pas sûre qu’à elle, en plus de se faire câliner le poil, il lui ramène des souris vivantes. Hummm, bref …
Du coup j’ai sorti mon lasso pour le capturer mais il a été plus rapide que moi. J’ai deux hypothèses à cela : soit il a reconnu la folle dont toute la forêt parle puisqu’il s’ est quand même barré en emportant le grillage ( j’ai même crû entendre «   kaï-kaï « / quoique c’était peut-être le chat ), soit il était sur-entraîné ( j’opte pour la deuxième solution ).
Bien sûr il n’y a aucun rapport avec la recette d’aujourd’hui puisque je ne peux pas vous proposer mon fameux ragoût de sanglier mais je vous promets de faire mieux la prochaine fois !

croque-monsieur-bacon-moutarde

Croque – monsieur au piquillos et fromage de Brebis

Pour 2 croques monsieur :

4 tranches de pain de mie ( recette ici de ma copine Cathy de chez Kaderick en kuisinn )
2 petits piquillos
4 tomates cerises
2 bonnes tranches de fromage de brebis (  type Ossau Iraty ) de la grandeur du pain de mie ( ou râper un morceau )
2 tranches de jambon Serrano ( ou de sanglier, c’est vous qui voyez )
4 cuillères à soupe rases de crème fraîche
2 cuillères à soupe rases de moutarde à l’ancienne

Préparer le pain de mie maison ( j’ai utilisé la recette de ma copine Cathy à la machine à pain, en mettant 270 g de farine au lieu de 250 g. Sinon il était parfait et il a beaucoup gonflé ! ) ou utiliser un pain de mie du commerce .
Couper la croûte du pain de mie pour faire faire 4 belles tranches égales. Dans un bol, mélanger la crème fraîche avec la moutarde. Tartiner l’intérieur des pains.
Egoutter les piquillos et les couper en lanières fines. Couper aussi les tomates cerises en fines tranches.
Placer la tranche de jambon, du piquillos, de la tomate et le fromage. Refermer avec le pain ( moutarde – crème à l’intérieur ) et placer dans un appareil à croque monsieur chauffé ou un grill.

Ps: si vous voulez un aspect doré à l’extérieur, il faut huiler au pinceau et à l’huile d’olive l’extérieur du croque monsieur.

Fromage de chèvre frais aux figues et noix

Si un jour on m’avait dit que je ferais du fromage de chèvre plus tard , je vous aurais répondu d’arrêter de fumer la moquette. Est-ce que sérieusement  j’ai la tête de Caroline Ingalls ( «  La petite maison dans la prairie «  / Je vous parle d’un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître ) en train de traire la biquette avec mon seau en bois et mes crocs roses à moumoute ( oui  d’accord mes sabots )?
Mais les choses ont changé ( que les fleurs ont fané / que le temps d’avant, c’était le temps d’avant ) , le home made bat son plein, on a envie de manger plus sain, de tester des petites choses soi même et en plus le lait de chèvre se trouve maintenant en grande surface !
J’ai trouvé cette recette chez Chef Nini qui recommande de le déguster avec un filet de sirop d’érable . Personnellement j’ai préféré nature ( même si je suis une grande fan du sucré-salé ) car les figues sucrent déjà pas mal …

chèvre-frais-figues-noix

Fromage de chèvre frais aux figues et noix

Pour 1 chèvre de 200 / 250 g environ :

1 litre de lait de chèvre ( en magasin bio si possible ou la marque Lactel en grandes surfaces )
6 cuillères à soupe de jus de citron (ou 3 cuillères à soupe de vinaigre de cidre)
1 cuillère à café rase de sel
1 figue séchée
6 cerneaux de noix

Pour déguster :

Fleur de sel
Poivre du moulin

Verser de l’eau dans une casserole et l’ égoutter sans l’essuyer ( ainsi le lait ne va pas s’accrocher ).
Faire chauffer le lait à 82° (on trouve des thermomètres de cuisine à une dizaine d’euros dans toutes les grandes surfaces ).
Baisser le feu au minimum et verser de suite le vinaigre ou le jus de citron. Mélanger et faire chauffer encore 2-3 min sur feu moyen pour faire monter la température à 90° environ.
Eteindre le feu, retirer et couvrir la casserole. Laisser complètement refroidir à température ambiante sans y toucher pendant plusieurs heures.
Lorsque la préparation est froide, vous allez voir une dissociation entre un liquide transparent d’un côté ( il s’agit petit lait ) et une masse blanche (le caillé).
Préparer une passoire ( type passoire à pâtes , chinois ou passoire à poignée ) et recouvrir de carrés de gazes ( que l’on achète en pharmacie ). Déposez la passoire sur un récipient plus grand.
Versez le contenu de la casserole dans la passoire. La masse blanche a beaucoup réduit et est très liquide, c’est normal.
Laisser le caillé complètement s’égoutter ( il faut retirez le petit lait au fur et à mesure pour ne pas qu’il ne touche la passoire) pendant plusieurs heures au frigo.
Une fois que le caillé a bien perdu toute son eau, rabattre les bandes de gazes et presser au maximum.
Verser le fromage dans un bol, saler et ajouter les cerneaux de noix concassés et torréfiés et la figue hachée en petit morceaux. Mélanger à la fourchette.
Préparer un cercle à pâtisserie individuel ( ou un autre récipient si vous ne voulez pas le démouler par la suite ) et le poser sur une assiette.
Verser le fromage dedans et tasser avec le dos d’une cuillère.
Recouvrir d’un film alimentaire et laisser au frigo encore quelques heures.
Passer la lame d’un couteau le long du cercle afin de démouler le fromage ou le servir dans le récipient.
Déguster bien frais avec de la fleur de sel et du poivre .

Un conseil : Ne jetez pas le petit lait , il peut servir à faire de la pâte à pizza croustillante ( en remplacement de l’eau ), de la pâte à crêpes , etc …

Keftas de boeuf à la menthe et coriandre

Une grosse envie de keftas après avoir regardé l’émission  » Mon food truck à la clé  » avec les charmantes candidates la semaine dernière qui ont revisité plusieurs recettes du Ch’Nord à la mode Orientale. Et puis j’aime bien l’idée de ces petites brochettes que l’on fait cuire rapidement sur une plancha ( j’ai une planche en fonte que je pose sur ma gazinière ) et que l’on dévore avec les doigts sans attendre qu’elles refroidissent !
J’ai fais un mix de plusieurs recettes et j’ai mis beaucoup de menthe et de coriandre car c’est comme ça qu’on les préfère à la maison … bien parfumées. J’ai juste déjà envie de les refaire .

Keftas-menthe-coriandre

Keftas de boeuf à la menthe et à la coriandre

Pour 10 brochettes

5 steaks hachés frais du boucher
1 oeuf
2 grosses gousses d’ail ou 3 petites
Des feuilles de menthe ( une vingtaine pour moi )
Des feuilles de coriandre ( idem )
1 cuillère à café de cumin moulu
1 cuillère à café d’épices à tajine
Une cuillère à café rase de sel
2 ou 3 gouttes de tabasco vert (attention c’est fort ) ou de poivre du moulin

Dans un robot hachoir, mettre la viande hachée, l’oeuf, les gousses d’ail préalablement hachées ( c’est important pour un résultat homogène ), la menthe, la coriandre , le sel et le tabasco ou le poivre. Hacher le tout et goûter la viande pour rectifier l’assaisonnement.
Former 2 boulettes un peu ovales et les enfiler sur 2 pics à brochettes ( pour pouvoir les retourner facilement ). Confectionner toutes les keftas et griller sur une plancha huilée ou dans une poêle.

Fiadone au brocciu

Aujourd’hui, c’est le printemps ( danse de la joie autour du canapé avec le chat qui me regarde d’une drôle de façon / Je sais, ce n’est pas tous les jours facile pour lui ). Pour fêter l’arrivée des beaux jours, je vous propose une recette de flan agréablement citronné que j’ai découvert dans un restaurant Corse il y a quelques années. Le fiadone est une spécialité aussi populaire sur l’île de beauté que les cannistrellis, l’alcool de myrte, le figatellu et Napoléon réunis ! Réalisé à base de brocciu, fromage frais protégé par une AOC depuis 1998, il rappelle par la consistance la ricotta Italienne ou notre brousse nationale mais contrairement aux autres, il est composé en partie par du lait de brebis . Difficile à trouver, je suis tombée dessus par hasard en faisant mes courses au rayon des fromages frais, à côté du Philaldelphia ( hé Doumé , tu le crois ça ? / C’est sûr si vous ne le dites pas avec l’accent, ça va moins bien marcher… )

fiadone

Fiadone au brocciu

500 g de brocciu frais ( ici de la marque  » Nos régions ont du talent «  )
1 citron bio
5 oeufs
120 de sucre en poudre
1 cuillère à soupe d’eau de vie Corse ( ou une autre eau de vie ou à défaut du rhum )
1 pincée de fleur de sel

Egoutter le Brocciu dans une passoire jusqu’à ce que le petit lait ne s’écoule plus.
Préchauffer le four à 180 degrés.
Séparer les jaunes des blancs d’oeufs.Fouetter les jaunes avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Monter les blancs en neige avec la pincée de fleur de sel.
Ajouter le Brocciu aux jaunes/sucre en fouettant bien puis ajouter le zeste de citron ainsi que l’eau de vie. Fouetter à nouveau.
Incorporer les blancs d’oeuf à la maryse délicatement sans casser les blancs.
Tapisser un moule de papier sulfurisé et enfourner pour 40 mn. Laisser refroidir et mettre au frais au moins 2 heures avant de déguster.

C’est très bon avec un coulis de fruits rouges !

Poulet à la moutarde, miel, citron et thym

Il ne faut jamais se moquer de sa belle – mère, JAMAIS ! Les situations peuvent très vite se retourner. Pour la petite histoire, chéri est l’aîné d’une famille nombreuse ( si,4 enfants et 2 poules à longues plumes en liberté dans le jardin, c’est nombreux ) et je me fendais discrètement la poire quand je voyais sa maman se retrouver avec une chaussette orpheline après chaque machine à laver.
Sauf que maintenant moi aussi j’ai une famille nombreuse ( si, 3 enfants et un chat qui ramène des mulots vivants, c’est nombreux ) et j’ai le même problème ! Et je peux vous dire que de retrouver, à l’aide d’une lampe frontale un vieux coton- tige usagé sous le meuble de la salle de bain en voulant chercher l’autre chaussette, ça vous passe l’envie de rire…
Aucun rapport avec la recette aujourd’hui et je sens ma fille va encore se plaindre à ses copines que sa mère raconte sa vie sur son blog , mais je n’ai rien à dire à part que ce poulet est délicieux et d’une simplicité enfantine !

poulet-moutarde-thym

Poulet à la moutarde, miel, citron et thym

Pour 4 / 5 personnes

800 g de pilons de poulets
5 cuillères à soupe de moutarde ( ici un mélange de moutarde à l’ancienne et moutarde de Dijon )
2 cuillères à soupe de sauce soja noire salée
2 cuillères à soupe de miel
2 cuillères à soupe de jus de citron
1 cuillère à soupe d’huile d’olive
1/2 citron confit
Quelques branches de thym citron frais

Déposer les pilons de poulet dans un plat à gratin. Dans un bol, mélanger la moutarde avec la sauce soja, le miel, le jus de citron et l’huile d’olive . Verser cette sauce sur le poulet.
Déposer quelques branches de thym , des tranches de citron confit et enfourner pour 1 heure à 180°.
Retourner les pilons de temps en temps pour qu’ils dorent de partout.

Mes premiers pains bagels

Quand j’étais stagiaire au lycée hôtelier (pour ceux qui ont suivi, c’était  la formation cuisine nomade de Thierry Marx sans …Thierry Marx ), on nous avait fait miroiter quelques heures d’apprentissage en boulangerie. Je me voyais déjà humer la levure ( j’adore l’odeur ! ), tâter la pâte chaude, admirer quelques belles miches ( de pain / on se calme ) et surtout apprendre … apprendre… apprendre .
Mais les cours n’ont pas pu se faire et je suis restée comme une cruche avec ma pelle à farine dans une main et mon cutter à baguette dans l’autre. Par contre on a fait irruption au beau milieu d’un cours et on a pu goûter de délicieux bagels tout chauds sortis du four. En cadeau nous avons hérité d’ une photocopie de la recette ( en pourcentage et avec les termes techniques / débrouille – toi Lucette ).
Voilà donc l’histoire  mes premiers pains bagels (toute seule comme une grande ) … mais sûrement pas les derniers !

pains-bagels

Pains bagels

Pour 6 pains bagels

500 g de farine
15 g de levure fraîche de boulangerie
10 g de sel
10 g de sucre
150 g de lait
60 g de blanc d’oeuf
100 g d’eau

Pour le dessus :

15 g de beurre fondu
Graines de sésame
Graines de pavot

Pour l’eau de pochage :

1 litre d’eau
1 cuillère à café de bicarbonate de soude
1 cuillère à café de sucre
2 cuillères à café de sel

Dans le bol du robot, mettre la farine avec la levure émiettée, le sucre, le lait, les blancs d’oeufs, l’eau et le sel. Pétrir au crochet jusqu’à obtenir une belle pâte homogène .
Mettre la boule dans un saladier, couvrir d’un torchon propre et laisser lever dans un endroit chaud pendant 1H30.
On peut aussi faire cette opération dans la MAP avec le programme  » pâte  » qui pétrit, fait lever mais ne cuit pas.
Faire 6 boules de pâte d’environ 130 à 135 g. Faire un trou ( de la taille d’une pièce de 2 euros ) dans chaque boule. Modeler une jolie forme ronde en forme d’anneau.
Poser sur une plaque et laisser lever à nouveau au minimum 30 mn, les bagels couverts d’un torchon.
Faire bouillir l’eau avec le bicarbonate, le sel et le sucre.
Quand les bagels ont repris une belle forme ronde et gonflée, les prendre délicatement avec une spatule plate et les plonger doucement dans l’eau bouillante . Les faire pocher 1 mn de chaque côté en les retournant .
Les déposer sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé. On peut à ce moment là retoucher un peu la forme avec les doigts.
Au pinceau, badigeonner de beurre fondu ( ou à l’oeuf ) et parsemer de graines de sésame et de pavot et enfourner pour 18 mn à 180°.
Déguster de suite en les garnissant de ce que vous voulez ou les congeler . Comme tous les pains à bagels, ils ne se conservent que quelques heures.
Une fois décongelés, les couper en 2 et les passer au grille-pain pour retrouver le croustillant.

Cake au yaourt, citron et orange

Je ne résiste pas et j’ai les yeux qui pétillent quand je vois des cakes à base d’agrumes sur les blogs. Cela m’ensoleille la journée. Surtout qu’un air printanier souffle sur Bordeaux en ce moment, que les oiseaux se remettent à piailler, que le chat a retrouvé son oeil vif et se remet à courser les mulots, que je me surprend à regarder les sandales sur Zalando et que la voisine sort avec son arrosoir dans une main et une bêche dans l’autre ( oui parce que moi et le jardinage … ). Plein de petits signes qui annoncent que cet hiver, pas forcément froid, mais long et humide touche à sa fin et que les journées vont peu à peu s’allonger et se réchauffer … tout ce que j’aime !
Pour vous parler de ce cake, je pourrais vous résumer en disant qu’il  est super moelleux, que le citron prend le dessus sur l’orange par contre, mais il fallait se douter que c’était l’un ou l’autre ( c’est comme les émissions de télé-réalité, à la fin il n’en restera qu’un ). Et que j’ai remplacé le romarin dans la recette originale ( j’avais peur de voir la tête de chéri qui mange souvent mes gâteaux aux petit déjeuner ) par de la cardamome qui se marie très bien avec les agrumes. Voilà, maintenant à vous de tester …

cake-au-yaourt-citron-orage
Source : Dorian  » Mais pourquoi est-ce que je vous raconte ça « 

Cake au yaourt, citron et orange

1 citron bio
1 orange bio
140 g de beurre
210 g de farine
180 g de sucre
3 oeufs
1 sachet de levure chimique
150 g de yaourt brassé à la Grecque
1 pincée de fleur de sel
1 pincée de cardamome en poudre
Sucre glace

Verser dans un saladier les ingrédients secs : le sucre en poudre, la farine  la levure, la pincée de cardamome, mélanger puis ajouter le beurre fondu, les œufs, le yaourt , les zestes de l’orange et du citron râpés finement et le sel. Mélanger à la main avec un fouet.
Verser la pâte dans un moule à cake anti-adhésif ou tapissé de papier sulfurisé. Enfourner pour 40 minutes environ . Vérifier la cuisson en enfonçant un couteau ou un pic à brochette , il doit ressortir sec.
Démouler quand le cake a un peu tiédi et laisser refroidir sur une grille. Saupoudrez de sucre glace.

Boulettes de viande aux olives { Albondigas }

Depuis quelques jours j’ai un nouvel ami. Il ne s’appelle pas Thomas, Antoine ou Hugo, c’est un robot. Un petit robot ménager qui hache merveilleusement bien ( enfin qui fait son boulot correctement mais je suis d’humeur enthousiaste ! ).
Après la  » roll – addiction  » ( je peux même rouler une tranche de cake ), je réduis en miettes fruits secs, viandes et tous les autres aliments qui me passent par les mains.
J’avais bien hérité d’un vieux Thermomix des années 80 que ma môman avait acheté un bras et à crédit sur trois générations, mais avec ses 18 kilos, il n’était pas aussi pratique à dégainer de l’étagère du cellier au plan de travail.
Et puis en ce moment j’ai des envie de boulettes de viande. C’est juste un plat qui non seulement plaît à tout le monde ( tu connais toi quelqu’un qui n’aime pas les boulettes ? ) mais qui en plus laisse place à de nombreuses possibilités entre les viandes, les épices, les herbes et tous les ingrédients que l’on peut ajouter dedans .
C’est une version Espagnole tirée du livre  » Cuisiner les tapas  » que je vous livre aujourd’hui avec la traduction dans la langue en plus pour épater vos invités : Albondigas con aceitunas abiertas … Olé !

boulettes-de-viande

Boulettes de viande aux olives

Pour 30 petites boulettes

250 g de viande de porc hachée
250 g de viande d’agneau hachée
5 cuillères à soupe de chapelure ( je mixe du pain sec tout simplement )
1 oignon haché
1 échalote hachée
3 gousses d’ail hachées
1 cuillère à café de cumin en poudre
1 cuillère à café de coriandre en poudre ( j’ai mis 2 cuillères à soupe de coriandre fraîche hachée )
1 œuf
400 g de tomates concassées en boîte
5 cuillères à soupe de xérès sec ou de bon vin rouge
1 cuillère à café rase de paprika doux
1 pincée de sucre
175 g d’olives vertes sans noyau ( ici olives farcies aux poivrons du rayon apéro )
Farine
Huile d’olive
Sel, poivre

Dans un saladier , mettre les viandes hachées avec la chapelure, l’oignon, 2 gousses d’ail, le cumin, la coriandre, l’œuf, du sel et du poivre . Mélanger avec les mains.
Façonner 30 petites boulettes avec des mains farinées.
Chauffer un peu d’huile d’olive dans une poêle et faire cuire les boulettes par petites quantités . Quand elles sont bien dorées de tous côtés, les réserver dans un plat à part.
Mettre l’échalote  dans une cocotte anti adhésive avec un peu d’huile . Faire dorer . Ajouter l’ail et faire dorer une minute. Ajouter les tomates au naturel, le xérès ou le vin rouge, le paprika, le sucre, du sel et du poivre.
Porter à ébullition, couvrir et laisser mijoter environ 10 minutes. A l’aide d’un mixeur plongeant, réduire la préparation en purée. Mettre les boulettes dans la cocotte avec la sauce, ajouter les olives coupées en lamelles et laisser chauffer le tout sur feu doux.

Escargots briochés à la crème pâtissière et aux cranberries

Elle est bien loin la fille fâchée avec la boulange qui râlait devant ses brioches compactes ou raplapla! Avec quelques règles de base ( laisser lever ses pâtes dans un endroit chaud, utiliser les bonnes levures ) et un peu d’amour ( Mercotte écrit  » je ne fais rien sans gaité « , je dis  » je ne fais rien sans amour  » / punaise c’est kitch  beau) , j’ai réussi mes dernières recettes et je me suis régalée.
Au départ je voulais faire des escargots briochés comme ceux qu’on achète dans les boulangeries, mais je me suis rendue compte que c’était de la pâte feuilletée qui était utilisée en général . Et comme je vous le disais, j’ai un peu de mal avec cette pâte assez grasse, j’en utilise le moins possible.
J’ai donc opté pour une version briochée mais ils ont beaucoup gonflés avant de les cuire et du coup la crème pâtissière s’est un peu mélangée avec la brioche . Néanmoins c’était délicieux et mon petit dernier m’en réclame maintenant à tous ses goûters !

escargots-briochés-cranberries

Escargots briochés à la crème pâtissière et aux cranberries

Pour une dizaine de brioches

Pour les escargots briochés :

250 g de farine
30 g de sucre
3 g de sel
10 g de levure fraîche de boulangerie
1 oeuf
150 g de lait
90 g de beurre mou

Pour la crème pâtissière :

125 ml de lait
25 g de sucre
1 jaune d’oeuf
25 g de farine
80 g de cranberries séchées ( ou raisins secs )

Pour la dorure :

1 jaune d’oeuf
2 cuillères à soupe de lait
2 cuillères à café de sucre

Pour la pâte j’ai utilisé ma MAP ( programme pâte ) mais on peut faire aussi au robot en mettant tous les ingrédients ( sauf le beurre mou ) dans le bol du robot muni du crochet pétrisseur et pétrir jusqu’à l’obtention d’une belle pâte lisse. Incorporer petit à petit le beurre mou ( comme pour une pâte à brioche ), pétrir une bonne dizaine de minutes jusqu’à ce que tout le beurre soit incorporé. La pâte doit être lisse, homogène et former une belle boule.
Je vous conseille de verser le lait petit à petit, d’en mettre moins s’il le faut ou d’en ajouter si besoin, tout dépend de la farine que vous utilisez … mais attention la pâte ne doit pas être trop liquide pour pouvoir s’abaisser et s’étaler comme une pâte à tarte et se rouler par la suite !
Mettre la pâte dans un bol et le couvrir de film alimentaire et le poser dans un endroit tiède à l’abri des courants d’air. Laisser lever 1 h jusqu’à ce que le pâte double de volume. Dégazer la pâte et l’étaler en un rectangle de 4 mm d’épaisseur.
Préparer la crème pâtissière : dans une casserole faire chauffer le lait . Dans un saladier, battre au fouet le sucre et le jaune d’oeuf jusqu’à blanchiment. Ajouter la farine . Mélanger et verser le lait chaud dans le saladier . Reverser la préparation dans la casserole et faire chauffer sur feu doux jusqu’à ce que le mélange épaississe ( ça va très vite, 1 ou 2 minutes ).
Mettre dans un plat , recouvrir de film alimentaire et laisser au frais jusqu’à ce que la crème pâtissière soit froide .
Etaler la crème pâtissière sur toute la surface du rectangle de pâte briochée et parsemer de cranberries. A l’aide d’une longue spatule , rouler le rectangle sur la largeur en un long boudin bien serré .
A l’aide d’un couteau à dents ( couteau à pain , c’est important sinon vous allez galérer ), découper des tronçons de 2 cm et les déposer sur une plaque à pâtisserie recouverte de papier sulfurisé et laisser lever 1 heure . Dorer avec la préparation à l’oeuf ( fouetter légèrement le lait, l’oeuf et le sucre ) et enfourner à 180° pour environ 20 mn. Ils doivent être bien dorés.
Ils se congèlent très bien.