Soupe à l’ancienne ( comme un minestrone à l’orge perlé et fromage à raclette )

Je suis une fille motivée, très motivée même. C’est pourquoi aujourd’hui, jour de tempête avec des rafales de vent à 100 km / heure, j’ai voulu aller bosser quand même.
Je rappelle pour ceux qui débarquent ici que j’ai un petit food truck et que je fais à manger devant un lycée.
J’ai donc ( entre deux averses ), équipé ma petite Estafette Capucine avec de quoi nourrir ma horde d’adolescents affamés ( c’est bien simple, ils ont tout le temps  » gavé  » faim / c’est une expression Bordelaise pour dire qu’ils ont la dalle ) et je suis partie en chantonnant du Zazie comme d’habitude ( comme d’habitude pour dire comme à chaque fois / pas la chanson de Claude Francois reprise par Matt Pokora, vous suivez ou bien ? ).
Je me suis quand même dit que je n’allais pas rester bien longtemps, au vu des nuages noirs qui passaient ( motivée mais pas folle, quoique … ). Et puis en voulant refermer ma porte arrière du camion, une rafale de vent s’est engouffrée, refermant violemment le haillon sur le crâne, me projetant le cul-cul par terre et me broyant le doigt au passage.
Je peux vous dire que ça a calmé net mon enthousiasme à bosser par tous les temps ainsi que mon envie de chanter, à part peut être  » Rodéo, c’est la vie pas le paradis  » ( oui, oui toujours Zazie ). Du coup, je suis rentrée vite fait dans mon home, sweet home en sentant une bosse pousser sur ma tête ( comme dans les dessins animés, mais je ne sais pas pourquoi ça ne m’a fait rire que moyennement ).
Heureusement à la maison m’attendait ce petit minestrone à l’orge perlé et au fromage que j’avais préparé pour le soir, et ça m’a fait beaucoup de bien !
J’ai toujours une belle bosse sur la tête et un pouce en vrac ( même pas sûre de pouvoir aller bosser lundi ) mais j’ai le ventre plein et c’était délicieux ( comme quoi dans la vie, il n’y a pas que le chocolat … )

minestrone-orge-perlé

Soupe à l’ancienne ( comme un minestrone à l’orge perlé et fromage à raclette )

Pour 8 personnes

150 g d’orge perlé ( magasin bio )
150 g d’allumettes de lardons fumées
100 g de fromage à raclette ( ou d’emmental râpé )
1 courgette
3 carottes
1 poireau
Sel, poivre
1 pointe de noix de muscade.

Eplucher et couper les légumes en petits dés.
Faire revenir les dés de légumes dans un wok ou une cocotte anti-adhésive avec les lardons sans colorer.
Transvaser dans un faitout ou une cocotte, verser l’orge perlé, ajouter 2 litres d’eau, saler, poivrer et faire cuire sur foux doux pendant une heure. Goûter pour voir si l’orge perlé est cuit.
10 mn avant la fin, ajouter le fromage coupé en dés, ajouter une pointe de noix de muscade, remuer et réserver au chaud jusqu’au moment de servir .

Facultatif : ajouter une cuillère à soupe de crème et servir avec du pain grillé .

Muffins aux lardons, butternut et Comté

Au départ je n’avais pas prévu de publier cette recette. Du coup on a tout mangé englouti à l’apéro avec des amis et je n’ai pas pris de photo. Mais ils ont eu tellement de succès, ils étaient  tellement moelleux, tellement parfumés que je me suis dit qu’il fallait que je partage avant d’oublier les proportions !
Je suis arrivée à faire ces muffins parce que j’avais une courge butternut depuis quelques temps et je ne savais pas comment la cuisiner pour changer un peu. J’ai farfouillé sur le net et pris quelques idées.
Je vous avais déjà proposé des muffins à la butternut mais en version sucrée avec de la pomme et des épices et grâce à elle j’avais acquis une  » fan  » ( Manue si tu passes par ici je t’embrasse… ). J’espère que ces muffins salés vous plairont tout autant !

muffins-butternut-comté
Crédit photo : Pixabay

Muffins aux lardons, butternut et Comté

Pour 12 muffins

200 g de courge butternut ( testé aussi avec de la carotte, c’est très bon ! )
100 g de farine
1 sachet de levure
3 œufs
50 g de beurre fondu
100 g de lardons ou de dés de jambon
1 oignon
50 g de Comté ou d’un autre fromage râpé
Quelques feuilles de persil

Peler et couper la courge en gros dés. Les mettre dans une cocotte avec de l’eau à hauteur. Saler et porter à ébullition pendant environ 10 mn. Pour vérifier la cuisson, planter un couteau dans la chair, elle doit être tendre.
Egoutter avec une écumoire, mettre dans une assiette et écraser à la fourchette. Réserver.
Hacher l’oignon ( je ne m’embête pas je le fais au mixer ) en petits morceaux et le mettre dans une poèle avec les lardons. Faire dorer .
Dans un saladier, tamiser la farine . Ajouter la levure et mélanger. Râper le Comté et ajouter avec les oeufs . Mélanger.
Ajouter l’oignon rissolé avec les lardons, le beurre fondu puis la courge butternut et le persil haché. Mélanger. Déposer des caissettes en papier dans un moule à empreintes à muffins et verser la pâte aux 3/4.
Enfourner pour 20 / 25 minutes. Vérifier la cuisson en plantant un pic à brochette, il doit ressortir sec.
Servir tiède ou froid .

One pot pasta aux cèpes et lardons

La phrase que j’entend le plus à la maison, c’est évidemment  » Maman queskon mange ? Comme j’ai trois enfants et un chéri, je l’entend au minimum 16 fois par jour ( oui 2 fois par personne, midi et soir … pas compliqué ), surtout en ce moment où je n’ai pas le répit de la cantine.
Après avoir répondu inlassablement  » de l’arigardéousse à la compote de pommes  », ce qui signifie en Patois … pas grand chose en réalité mais on fait diversion comme on peut, je me mets aux fourneaux.
J’avais acheté il y a quelques temps un petit bocal de cèpes séchés et je ne savais pas quoi en faire. Mais pour ceux qui me suivent vous savez que je viens de lire deux livres sur les One pot pasta et j’ai vu qu’une des recettes utilisait des cèpes séchés.
Mais que c’est génial ! ( les cèpes séchés, pas les one pot pasta / quoique… ). Les cèpes, je dois vous avouer que je ne suis pas une grande fan. A part les petits bien fermes qui ne lâchent pas une tonne d’eau et qui ne sont pas caoutchouteux après cuisson ( mais ceux là tu ne les trouve JAMAIS dans les bois, les promeneurs qui se lèvent à l’aube – avant 11 heures, quoi – les ont déjà raflés ), je n’aime pas. Ici pas de soucis et pas de perte, ça parfume du tonnerre !  Cela marche sûrement aussi dans les risottos d’ailleurs …
Et pour répondre à ma copine de Cuisimiam , non les one pot pasta ne font pas de la bouillie de pâtes. Enfin pas ici. Il faut avoir la bonne recette ma poupoule ( oui on aime bien se donner des petits surnoms elle et moi ).
Comme sur la version des carbonara, j’ai bidouillé à ma sauce et je n’ai eu que des compliments de mes 4 ventres ambulants ( 5 avec le chat ) . Hé, hé, elle est pas belle la vie ?

one-pot-pasta-cepes

One pot pasta aux cèpes et lardons

Pour 5 personnes

500 grammes de pâtes sèches ( ici des mini conchiglie rigate )
2 gousses d’ail hachées
10 à 20 grammes de cèpes séchés
250 grammes de champignons de paris émincés
200 grammes de lardons allumettes fumés
2 échalotes hachées finement ( ou 1 gros oignon )
30 centilitres de crème liquide épaisse légère
Parmesan râpé ( ici environ 5 / 6 cuillères à soupe ) + un peu pour servir
Sel, poivre du moulin
Vin blanc ( 4 / 5 cuillères à soupe )
Eau ( une certaine quantité )
1 cuillère à café de gros sel
Persil frais ( facultatif )

Dans une grande cocotte anti-adhésive, mettre à rissoler les échalotes avec les lardons, les champignons de Paris et l’ail. Quand les champignons ont bien réduits ( ils doivent rester un peu fermes ), ajouter le vin blanc. Remuer.
Verser les pâtes, les cèpes séchés, la crème et verser de l’eau à hauteur des pâtes.
Saler ( très peu ), poivrer et verser le Parmesan. Bien mélanger et faire cuire une quinzaine de minutes ( ça peut être un peu plus long car les pâtes ont moins de liquide pour cuire ) en remuant régulièrement et en ajoutant un petit peu d’eau si besoin. On peut couvrir pour que les pâtes cuisent plus vite. Goûter pour surveiller la cuisson et servir bien chaud . Parsemer de persil et de Parmesan.

One pot pasta { Carbonara }

Je suis très longue à me mettre aux modes culinaires. C’est pour cela que je viens juste de tester le concept venu tout droit des States ( dans ma bouche ce mot est ridicule mais bon … ) du One pot pasta .
Pour ceux et celles qui seraient passées à côté ( vous étiez sur quelle planète ces derniers mois ? ) je vous explique en quelques mots : au lieu de faire cuire ses pâtes et de préparer une sauce à part, on mets tous les ingrédients dans la même cocotte et on fait cuire tout en même temps sans se prendre le choux ( mais on peut en mettre dedans si on aime ) .
A la fin il ne doit en rester qu’un on obtient un plat de pâtes en sauce à la manière d’un risotto .
Les avantages :  c’est pratique, ça évite de la vaisselle et ça donne un résultat très oncteux.
Les inconvénients: ce n’est pas la cuisson des pâtes dans les règles de l’art et il faut touiller tout le temps. Mais bon on s’en fiche, seul le résultat compte !
Les déclinaisons et possibilités sont nombreuses. Je vous conseille juste de mettre des fromages qui ont du goût ( j’ai fais une version mozarella , tomates, bof bof ), d’utiliser des pâtes sèches ( sinon ça cuit trop vite ), des légumes qui ne nécessitent pas une trop longue cuisson ( brocolis, épinards … ) et de mettre les herbes fraîches ( ciboulette, persil, basilic ) plutôt en fin de cuisson ou après, ciselées dessus.
Les livres commencent à se multiplier à ce sujet et j’en ai lu deux qui prônent deux manières différentes de cuire les One pot pasta.
Dans le premier , il fallait simplement mettre tous les ingrédients crus dans la cocotte ( dans l’ordre indiqué, c’est important ) et mettre le tout à cuire lentement pendant 15 mn environ. C’est tout.
Dans le deuxième, la recette demandait de faire revenir les oignons ( ou échalotes, etc … ) dans un premier temps avec les lardons par exemple et d’ajouter ensuite le reste des ingrédients puis de faire cuire lentement une dizaine de minutes.
Dans tous les cas, la règle est de mettre une certaine quantité d’eau, pas plus au début car il doit rester un fond de sauce en fin de cuisson ( environ 2 cm ).
En ce qui me concerne j’ai mixé ici deux recettes, autant dans les ingrédients que dans la façon de procéder. L’ajout de vin blanc est personnelle.
Et je peux vous dire que j’étais ravie du résultat. Tout le monde a aimé, même ma fille qui n’aime pas les oignons d’habitude ( le fait qu’ils soient hachés et cuits au début donc très fondants y est pour beaucoup ), l’ajout des oeufs a donné une consistance onctueuse et le vin blanc et le parmesan ont donné un goût délicieux !

one-pot-pasta-carbonara

One pot pasta – Carbonara -

Pour 4 personnes

2 oignons moyens
200 g de lardons ( dés de bacon ou de pancetta )
Un peu de vin blanc
400 g de tagliatelles sèches
2 oeufs
20 cl de crème fraîche
5 cuillères à soupe de parmesan râpé ( + un peu pour le service )
Poivre du moulin
90 cl d’eau

Peler et hacher les oignons en petits dés ( je mixe au robot ), les faire revenir avec les lardons sans matières grasses pendant quelques minutes. Ajouter un fond de vin blanc. Faire réduire.
Ajouter les pâtes puis l’eau. Remuer régulièrement. Au bout de quelques minutes (7 minutes environ ), ajouter la crème fraîche, le parmesan et les oeufs. Bien mélanger et poursuivre la cuisson en remuant tout le temps et en ajoutant un peu d’eau ( pas beaucoup ) s’il le faut ( j’en ai rajouté plusieurs fois ) pendant encore 7 / 8 minutes environ. Vérifier la cuisson. Parsemer de poivre du moulin et servir aussitôt avec un bol parmesan.

Filet mignon de porc aux fruits secs

Bonne nouvelle , je vais  arrêter de vous saouler avec mes histoires internet car j’ai enfin récupéré ma connexion  ( danse de la joie dans le salon  ). Pour combien de temps, je ne sais pas mais nous allons positiver et dire que c’est rétabli . Vous m’avez un peu rassurée en m’avouant pour certains d’entre vous que vous étiez un peu addict aussi…
Du coup , pour fêter la bonne nouvelle , je poste deux jours de suite , histoire de me rattraper un peu .
Pour cette recette j’ai fait quelques infidélités à mon magasine  » Saveurs  » avec cette viande dénichée sur un des derniers  » Marmiton « , qui entre nous n’est pas mal aussi d’ailleurs, bien que je préfère le graphisme de mon mag chouchou .
Cette recette est dans la version originale préparée avec de la dinde et des châtaignes mais j’ai voulu changer de viande et je n’avais pas de châtaignes ( c’est ballot  ).
Pour être franche, j’avais un peu peur que ce ne soit trop sucré avec les fruits secs . Bien que je sois fan du sucré-salé , quand c’est trop ça gâche tout mais là,  c’est juste parfait . Le dosage est bien équilibré , les fruits secs se fondent avec la viande et avec un riz sauvage comme ici , ça donne vraiment un résultat délicieux  . A refaire sans hésitation !

_MG_4349

Filet mignon de porc aux fruits secs

700 g de filet mignon de porc
2 oignons
100 g de lardons fumés
1 cuillère à café de miel
1 petite pincée de cannelle
1 filet de vinaigre balsamique
1 verre de bouillon de volaille
3 dattes
3 abricots secs
2 figues
1 poignée de raisins secs
sel, poivre
Un peu d’herbes de Provence

Faire dorer dans une cocotte à fond épais les oignons émincés, les lardons fumés, puis la viande coupée en gros cubes.
Y joindre le filet de vinaigre, le bouillon, la cannelle et le miel.
Couper en morceaux les fruits secs (dattes, abricots, figues) et les ajouter au bouillon avec les raisins secs et les herbes de Provence. Saler, poivrer.
Laisser cuire doucement environ 40 minutes en veillant à ce qu’il y ait toujours un jus de cuisson ( j’ai ajouté plusieurs fois un petit verre d’eau ).
Déguster bien chaud avec un riz sauvage ou basmati

Poulet à la moutarde , champignons et nouilles sautées

Ce n’est pas un scoop mais le froid est bel et bien arrivé nous laissant fatigués , le nez rougi ( trop sexy ) et la peau sèche (enfin pas moi car je suis parfaite et ni le temps qui passe ni la météo n’a d’effet sur moi, héhé… )
Pour se réchauffer il faut se confectionner des bons petits plats mijotés mais faciles à préparer car entre les enfants , le boulot et les heures passées à faire le ménage au téléphone avec ses copines , le temps défile à toute allure !
J’ai trouvé cette recette originale et délicieuse (un classique revisité avec ses nouilles Asiatiques ) dans un numéro de  » Saveurs » mais j’ai remplacé le lapin ( va dire à tes gosses toi, que dans la cocotte y a un lapinou ) par du poulet , évitant ainsi le drame …

poulet-à-la-moutarde

Poulet à la moutarde, champignons et nouilles sautées

Pour 4 – 5 personnes

1 poulet coupé en morceaux
4 bonnes cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne
4 cuillères à soupe de crème fraîche épaisse en pot
4 échalotes
500 g de champignons de Paris
250 g de nouilles Chinoises
4 carottes
200 ml de vin blanc sec
200 g de lardons fumés allumette
2 gousses d’ail
2 cuillère à soupe d’herbes de Provence
2 cuillères à soupe persil hâché
Huile d’olive
Sel, poivre

Eplucher et émincer les échalotes . Eplucher et hacher l’ail . Les faire dorer dans une cocotte avec les lardons et le poulet sans matière grasse .
Ajouter le vin blanc, la moutarde , un peu de sel (très peu car les lardons et la moutarde sont salés ), les herbes de Provence et du poivre .
Eplucher les carottes, les couper en rondelles et ajouter dans la cocotte ( perso j’utilise une cocotte en fonte, c’est le top ) , fermer le couvercle et laisser cuire environ 45 mn en remuant régulièrement.
Pendant ce temps, laver et emincer les champignons .
Dans une poèle , les faire dorer avec un filet d’huile d’olive et le persil. Quand les champignons sont dorés et ont laché leur eau , éteindre le feu .
Faire cuire les nouilles Chinoises dans une casserole d’eau bouillante pendant 4 minutes.
Ajouter les nouilles égouttées au champignons et faire sauter sur feu fort pendant 2 minutes en remuant .
Eteindre le feu de la cocotte , ajouter la crème ( elle ne doit pas cuire ) dans la préparation encore bouillante, mélanger et refermer la cocotte .
Disposer les nouilles aux champignons sur les assiettes et ajouter la viande avec un peu de sauce dessus .
Déguster bien chaud.

Flammekueche chèvre – miel

La dernière fois que j’avais posté une recette de flammekueche  » classique  » , j’ai eu les foudres d’une Alsacienne qui m’a dit que que la pâte de la fameuse tarte flambée ne contenait pas de levure . Enfin tarte flambée, ici mon petit four a remplacé les flammes du four à pain traditionnel et pour ceux qui pensent que flambée = rhum vous repasserez…
Elle a réussi à avoir mon adresse et a attendu devant chez moi pour me lancer des oignons et de la crème fraîche.
Bon j’exagère un peu mais c’est vrai qu’il ne faut pas toucher aux spécialités de nos régions . J’avais déjà eu en commentaire le président de la commune libre du Pan Bagnat ( ce n’est pas une blague ) pour me dire que je pouvais aller sur leur site pour pouvoir faire le sandwich en respectant la recette … heu j’ai juste omis à l’époque de mettre des fevettes et les anchois, que je n’aime pas, c’est mon droit , non ? Sinon j’avais bien fait tout comme il faut car je m’étais documentée pendant des semaines avant à la bibliothèque de mon village en haut de la colline .
Donc avant de recevoir des rondelles de chèvre en pleine poire ( quoique j’adore le chèvre mes biquettes ) j’annonce que cette flammekueche est quelque peu revisitée !

flammekueche-chèvre-miel

125 g de farine
1/2 cuillère à café de sel
Un peu d’eau ( environ 60 ml )
1 cuillère à café d’huile d’olive
100 g de fromage blanc nature
3 cuillères à soupe de crème fraîche épaisse
150 g de mini lardons fumés
2 oignons jaunes
1/2 bûche de chèvre
1 jaune d’oeuf
Noix de muscade moulue , poivre
Miel

Préparer la pâte: ( Je vous conseille de la faire dans la machine à pain, programme pâte à gâteau ou pétrissage simple car plus la pâte sera pétrie, meilleure elle sera )
Dans ce cas , mettre la farine avec le sel dans un coin et la levure dans le coin opposé ( il ne faut pas qu’ils soient en contact direct au début ).
Lancer le programme , ajouter l’huile puis l’eau peu à peu . Mettre juste ce qu’il faut pour obtenir un pâton homogène .
Finir le programme et former une boule. Fariner.

Sinon si vous n’avez pas de machine à pain, dans un saladier, verser la farine et le sel
.Bien mélanger.
Creuser un puit , ajouter l’huile d’olive et un peu d’eau.
Commencer à amalgamer les ingrédients du bout des doigts.
Ajouter alors le restant d’eau et continuer à pétrir.
Quand une boule se forme, la débarrasser sur un plan de travail propre et pétrir au moins 10 mn.La pâte doit devenir bien souple et élastique. Faire une boule et réserver.

Préparer la garniture : Peler et émincer les oignons finement. Les faire dorer dans une poèle avec les lardons sans que cela accroche.
Déposer ensuite sur du papier absorbant . Réserver.
Etaler la pâte à pizza le plus finement possible. Mélanger la crème fraîche et le fromage blanc et le jaune d’oeuf. Mettre une bonne pinçée de noix de muscade et du poivre.
Napper cette crème sur la pâte. Recouvrir des lardons – oignons puis des lamelles de chèvre. Arroser d’un filet de miel et enfourner pour 8 – 10 mn à four 200 ° – thermostat 8.
Déguster de suite !

Moules au lard et au curry

A la maison on me réclame souvent des moules – frites mais je ne pense pas souvent à en faire . Là en faisant mes courses je suis tombée nez à  nez avec cette belle caissette de moules bouchots ( les meilleures ) que j’ai pris aussitôt. Je savais comment j’allais les cuisiner : avec des lardons, du curry et de la crème…
On trempe  les frites dans  la sauce parfumée et on se lèche les doigts, c’est de cette manière que c’est le meilleur , non ?

moules-au-curry

Moules au lard et au curry

( Petit rappel : Il faut compter environ 800 g de moules par personnes mais tout dépend avec quoi on les accompagne. Ici avec cette recette on a mangé à 5 dont 2 petits estomacs )

1.5 kg de moules bouchots si possible
20 cl de crème fleurette
20 cl de vin blanc sec
5 échalotes
1 gousse d’ail
1 cuillère à café de curry jaune
Persil hâché
200 g de lardons allumettes fumés
2 tomates
Sel (juste 1 pinçée ) , poivre 5 baies
Huile d’olive

Peler les émincer finement les échalotes. Les mettre dans une grande cocotte avec un peu d’huile, les lardons et l’ail hâché . faire rissoler. Ajouter les tomates en petits morceaux.
Gratter les moules sous l’eau et retirer la barbe si nécessaire .
Jeter les moules dans la cocotte. Remuer pour les faire ouvrir et ajouter le vin blanc. Melanger la crème dans un bol avec le persil hâché ,le sel, le poivre et le curry .
Verser sur les moules et bien remuer .
Quand les moules sont ouvertes (entre 10 et 15 minutes ) , servir aussitôt.

Estouffade de boeuf aux olives

 Le premier livre de cuisine qu’on m’a offert quand j’étais jeune , c’est à dire l’année dernière, est le célèbre bouquin  » Les recettes faciles  » de Francoise Bernard . Un livre assez culte qui est réédité régulièrement .  Un petit trésor qui renferme beaucoup de classiques faciles, de plats savoureux et parfumés . Cette petite estouffade ( et là je prend l’accent de Maïté ) est un petit régal et comme tous les plats mijotés , encore meilleure le lendemain…
Comme pour cette recette il vous faut du vin,  je vous présente www.awineday.com . C’ est un site de vente privée de vin en ligne, qui permet d’acheter des bouteilles de vin à prix producteurs, (c’est à dire, en moyenne 30¨% inférieurs aux prix proposés par les espaces de vente traditionnels), et ils essayent d’avoir un maximum de bouteilles millésimées. Le site permet également d’obtenir les conseils d’un caviste, et la livraison se fait en 24 à 48 heures et de manières sécurisées, et en 3 heures sur Paris si la commande est passée avant 17h :-) 
Ici j’ai choisi un haut – Médoc car comme je vous l’ai déjà expliqué , plus le vin utilisé pour la recette est bon, plus votre sauce sera délicieuse .
Pour commander c’est par ici : Cave à vin en ligne

estouffade-de-boeuf-aux-olives

Estouffade de boeuf aux olives

Pour 4 personnes

1 kg de boeuf à bourguignon de bonne qualité
150g de lardons fumés
3 oignons
20 g de farine
1 boîte de tomates concassées au naturel
1/2 litre de bon vin rouge
400 ml d’eau
1 cube de bouillon de boeuf
2 gousses d’ail
150 g de champignons de paris
50 g d’olives noires dénoyautées
1 bouquet garni
Sel, poivre

Plonger les olives noires quelques minutes dans de l’eau bouillante ( pour adoucir le goût )
Dans une cocotte – minute, mettre à dorer les lardons avec les oignons émincés finement sans qu’ils accrochent.
Ajouter la viande et la farine . Mélanger et faire dorer la viande sur toutes ses faces. Saler, poivrer . Ajouter les tomates concassées, le vin rouge, le bouquet garni, les champignons émincés, les olives, les gousses d’ail hâchées, l’eau et le cube de bouillon de boeuf. Attendre que le cube soit fondu, mélanger .
Fermer la cocotte et cuire 1 heure après le premier sifflement , à feu doux .

 

 

 

Boeuf – carottes au vin rouge

Une de mes recettes préférées aujourd’hui ! Un plat bien réconfortant avec une viande très moelleuse et parfumée cuite dans du vin rouge avec des oignons, des carottes et un bouquet garni, ce qui en fait une cocotte très parfumée. La qualité de la viande et du vin feront toute la réussite de la recette, et oui  il n’y a pas de secret…

boeuf-carottes

Boeuf – carottes au vin rouge

Pour 5 personnes

600 g de boeuf ( jumeau , macreuse ou paleron  )
200 g de lardons fumés
2 oignons moyens
3 grosses gousses d’ail
8 à 10 carottes suivant la grosseur
2 cuillères à soupe de farine
1 bouquet garni
1/2 litre de bon vin rouge ( un bon Bordeaux par exemple)
1 verre d’eau
1 cuillère à soupe de persil

Eplucher et emincer les oignons. Les mettre dans une cocotte minute avec les lardons. Faire rissoler. Ajouter la viande coupée en gros cube et la farine. Remuer.
Eplucher et mettre les gousses d’ail dans un presse-ail afin de les hâcher.
Ajouter à la viande, puis le vin rouge, le verre d’eau, le persil et le bouquet garni.
Eplucher et couper les carottes en lamelles. Ajouter dans la cocotte. Saler, poivrer et mettre sous pression. Au premier sifflement de la soupape, baisser le feu et compter 1 heure de cuisson.
Si vous n’avez pas d’auto-cuiseur, il faudra compter 2 bonnes heures de cuisson, dans une cocotte avec couvercle et remuer de temps en temps.