Brochettes de poulet au zaatar et citron

Après un périple par New York avec les pains à hot-dog et l’Italie avec la torta della nonna,  je vous propose aujourd’hui un petite escale du côté du Liban  avec des brochettes de poulet parfumées au citron et au Zaatar ( un mélange d’épices composé de thym , sumac, origan et sésame). Parce que définitivement, j’aime faire voyager mes papilles grâce à la cuisine, faute de mieux .
Très parfumées ( à condition d’avoir des épices de qualité, à dénicher dans les épiceries spécialisées ou Libanaises ), rapides à préparer , elles sont idéales pour grignoter sous forme de tapas ou lors d’un barbecue entre amis. Ca tombe bien, il va faire très chaud la semaine prochaine !

brochette-poulet-zaatar

Brochettes de poulet au zaatar et au citron

Pour une douzaine de brochettes ( ici pics en bois 18 cm )

600 g de blancs de poulet
Une petite barquette de tomates cerises
50 ml d’huile d’olive
1 citron bio ou non traité
Zaatar ( épices Libanaises – environ 4 cuillères à soupe )
Fleur de sel, poivre du moulin

Couper les blancs de poulet en gros cubes. Mettre dans un saladier avec l’huile, le zeste du citron râpé finement, le zaatar et de la fleur de sel. Remuer pour enrober tous les morceaux de poulet, filmer et mettre au frais au moins 2 heures.
Laver et couper les tomates cerises en 2.
Enfiler les cubes de poulet sur des pics à brochettes ( ici des pics en bois de 18 cm ) en alternant avec des tomates .
Faire chauffer une plancha huilée ou une poêle assez large ( ou barbecue ) et faire griller la viande en la retournant régulièrement .
Sortir de la plancha, les déposer dans un plat, remettre un peu de fleur de sel et poivrer au dernier moment ( le poivre n’aime pas la cuisson ) .
Déguster bien chaud.

Quiche au Gorgonzola, poulet et tomates cerises

Depuis que j’ai déniché cette recette de pâte brisée trop bonne qui déchire, je suis la reine des quiches ( le premier qui fait un commentaire  par rapport à cette phrase, je le déshérite ). Du coup je fais les fonds de frigo et de placard à la recherche d’ingrédients qui m’inspirent et je me lance dans des associations qui parfois rencontrent beaucoup de succès.
Ici un petit peu de gorgonzola, un paquet de dés de poulet, des tomates cerises, du persil frais et voilà une délicieuse quiche toute simple qui fait un repas complet et met un peu de soleil dans les assiettes !
Le grand dadet, les pré-ados boutonneux et chéri qui pique de la barbe ( on me souffle dans l’oreillette :  » Et qui ronfle aussi  » mais ce n’est pas le sujet ) ont beaucoup aimé !

quiche-au-gorgonzola-tomates-cerises

Quiche au Gorgonzola, poulet et tomates cerises

Pour une quiche

1 pâte brisée maison si possible ( recette ici )
100 g de Gorgonzola
150 g de dés de poulet ( au rayon des dés de jambon )
3 oeufs
20 cl de crème fraîche allégée
Quelques brins de persil frais
Des tomates cerises de plusieurs couleurs
Pas de sel ( le fromage est déjà assez salé )

Préparer la pâte brisée, l’étaler et la mettre dans un moule ( ici j’ai utilisé un cercle de 25 cm ).
Mélanger les oeufs avec la crème fraîche. Râper ( ici avec la râpe à gros trous ) le Gorgonzola ou le couper en petits dés et ajouter à la crème. Hacher le persil frais ( au ciseau c’est pratique ) puis l’ajouter à la crème. Mélanger le tout.
Verser les dés de poulet sur le fond de la tarte puis le mélange crème-fromage .
Laver et couper des tomates cerises en 2 et les enfoncer légèrement dans la crème .
Enfourner pour 40 mn à 180° ou 30 mn si vous utilisez une pâte du commerce . Elle doit être bien dorée.
Servir tiède.

Croque-monsieur au piquillos et fromage de brebis

Ce n’est pas tous les jours que l’on se retrouve avec un sanglier qui vous charge dans le jardin . C’est pourtant ce qui m’est arrivé cette semaine ! Bon il ne m’a pas vraiment attaqué, ça c’est pour mettre un peu de suspense à  mes trois lecteurs, j’avoue.
Le plus étrange dans cette histoire ( vraie, je vous assure ), ce n’est pas la bête en elle-même ( j’habite derrière des bois ) mais c’est la réaction de ma voisine que j’ai avertie et qui s’inquiétait pour mon chat qu’elle adore. Je ne suis pas sûre qu’à elle, en plus de se faire câliner le poil, il lui ramène des souris vivantes. Hummm, bref …
Du coup j’ai sorti mon lasso pour le capturer mais il a été plus rapide que moi. J’ai deux hypothèses à cela : soit il a reconnu la folle dont toute la forêt parle puisqu’il s’ est quand même barré en emportant le grillage ( j’ai même crû entendre «   kaï-kaï « / quoique c’était peut-être le chat ), soit il était sur-entraîné ( j’opte pour la deuxième solution ).
Bien sûr il n’y a aucun rapport avec la recette d’aujourd’hui puisque je ne peux pas vous proposer mon fameux ragoût de sanglier mais je vous promets de faire mieux la prochaine fois !

croque-monsieur-bacon-moutarde

Croque – monsieur au piquillos et fromage de Brebis

Pour 2 croques monsieur :

4 tranches de pain de mie ( recette ici de ma copine Cathy de chez Kaderick en kuisinn )
2 petits piquillos
4 tomates cerises
2 bonnes tranches de fromage de brebis (  type Ossau Iraty ) de la grandeur du pain de mie ( ou râper un morceau )
2 tranches de jambon Serrano ( ou de sanglier, c’est vous qui voyez )
4 cuillères à soupe rases de crème fraîche
2 cuillères à soupe rases de moutarde à l’ancienne

Préparer le pain de mie maison ( j’ai utilisé la recette de ma copine Cathy à la machine à pain, en mettant 470 g de farine au lieu de 450 g. Sinon il était parfait et il a beaucoup gonflé ! ) ou utiliser un pain de mie du commerce .
Couper la croûte du pain de mie pour faire faire 4 belles tranches égales. Dans un bol, mélanger la crème fraîche avec la moutarde. Tartiner l’intérieur des pains.
Egoutter les piquillos et les couper en lanières fines. Couper aussi les tomates cerises en fines tranches.
Placer la tranche de jambon, du piquillos, de la tomate et le fromage. Refermer avec le pain ( moutarde – crème à l’intérieur ) et placer dans un appareil à croque monsieur chauffé ou un grill.

Ps: si vous voulez un aspect doré à l’extérieur, il faut huiler au pinceau et à l’huile d’olive l’extérieur du croque monsieur.

Taboulé de quinoa aux noisettes

3 jours de suite que le soleil est au rendez-vous , on a envie d’y croire !!! Pour fêter ce retour à la luminosité et à la chaleur voici un petit taboulé estival haut en couleurs et en parfums avec la touche sucrée de la pomme et le croquant des noisettes… Une salade tout en fraicheur qui vous redonnera le sourire après ces longs mois d’hiver…

taboulé-de-quinoa-aux-noisettes

Taboulé de quinoa aux noisettes

Pour 4 personnes

200 g d’un mélange de quinoa et boulgour
1 petite barquette de tomates cerises ( jaunes et rouges et tigrées )
40 de noisettes
2 petites pommes
4 cuillères à soupe d’huile de noisettes
2 cuillères à soupe de vinaigre basalmique
2 cuillères à soupe de jus de pomme
1 petite botte de ciboulette
1 cuillère à soupe de moutarde à l’ancienne
Sel, poivre

Faire cuire le quinoa et le boulgour dans une casserole d’eau salée pendant 12 mn . Egoutter et laisser refroidir
Concasser les noisettes grossièrement ( pas en poudre , ça doit faire des morceaux ). Laver les tomates et les couper en 2 . Peler les pommes et les râper à la grosse râpe . Ciseler la ciboulette au ciseau.
Mettre le quinoa et le boulgour bien égoutté dans un saladier . Ajouter la pomme râpé, les tomates cerises et la ciboulette. Mélanger.
Préparer la vinaigrette en fouettant l’huile avec la moutarde , le vinaigre, le jus de pomme , du sel et du poivre .
On peut verser la vinaigrette sur le taboulé ou la servir à part dans un ramequin.

Tartelettes tatin de tomates cerises au Rocamadour

J’avais depuis longtemps envie de tester une recette de tatin de tomates et celle çi avec du chèvre m’avait l’air bien tentante sur le magazine de cuisine. En cuisant les tomates vont encore lâcher de l’eau c’est pourquoi il est important de les faire dégorger au préalable et d’utiliser des tomates cerises…

tatin de tomates cerises au cabécou

Tatin de tomates au rocamadour

Pour 5 petites tartelettes

100 g de farine
50 g de beurre ramolli
1 pincée de sel
250 g de tomates cerises
5 petits fromages de chèvre type rocamadour, cabécou… ( portions de 30 g environ pour chaque tartelette )
25 g de sucre
Herbes de provence
Sel, poivre
Branches de romarin et grains de poivre et de baies roses pour la déco.

Rincer les tomates cerises, les couper en deux, les saupoudrer de sel et les mettre côté coupées sur du papier absorbant au moins 30 mn pour les faire dégorger.
Préparer la pâte brisée:
Dans le bol d’un robot, malaxer les ingrédients de la pâte pendant 1mn puis ajouter 1 cuillère  à soupe d’eau froide et mélanger à nouveau pour obtenir une boule homogène.
Envelopper-là dans du film alimentaire et la laisser reposer au frigo pendant 30 mn.
Préparer un caramel avec le sucre et quelques gouttes d’eau. On peut faire un peu plus de caramel (car la confection est difficile en petites quantités) et le garder pour faire des « sucettes » aux enfants. Dans une cuillère, un coquillage…
Mettre un filet de caramel au fond des moules à tartelettes ( l’équivalent d’une demi-cuillère à café ).
Poser un chèvre au milieu du moule et disposer des tomates cerises autour en les serrant bien.
Parsemer d’herbes de provence.
Abaisser la pâte au rouleau et couper des cercles de la dimension des moules .
Poser un cercle de pâte sur les tomates.
Mettre à cuire 30 mn à 180° puis éteindre le four et laisser refroidir dans le four.
Démouler en retournant les tartelettes et déguster tiède.