Cinnamon rolls ( + petits conseils pour la boulange )

Cela fait un moment que je bavais sur les cinnamon rolls, ces petites brioches à la cannelle made in USA que je voyais passer sur la toile. Des petites spirales plus belles les unes que les autres qui m’ont donnée l’envie de m’en rouler une petite tranche moi aussi.
Et la boulange maison, quand on maîtrise deux ou trois petites choses, ce n’est que du bonheur !
Voici mes humbles conseils : tout d’abord le choix de la levure. Après avoir testé les différentes marques, les sèches, la sèche active ( levure SAF pour les pros ) et la fraîche, il n’y a pas photo, la fraîche est ce qui donne le meilleur résultat ! Certes elle est un peu plus chère et plus difficile à trouver ( quoique, on la trouve maintenant dans la plupart des grandes surfaces au rayon des pâtisseries ) mais le jeu en vaut la chandelle.
Deuxièmement j’ai découvert par hasard le levain sec biologique à ajouter en plus à votre préparation ( le levain liquide maison est facile à faire, c’est un peu de farine complète et de farine blanche à faire fermenter quelques jours dans un peu d’eau mais il demande un peu de soins et d’attention pour le conserver ) et donc ce levain sec bio est un petit produit miracle qui donne un moelleux incomparable à tous vos pains et viennoiseries . Il se trouve en magasin bio ou au rayon du même nom de votre grande surface. Testez, vous m’en direz des nouvelles. Perso je ne peux plus m’en passer. Il faut mettre à peu près 15 g pour 300 g de farine.
Troisièmement il faut respecter les temps de pousse et il faut impérativement de la chaleur. Placez votre pâte près d’une cheminée, un poêle à bois, un radiateur l’hiver ou un four sur la fonction étuve ou à 30° si vous n’avez cette option. Et à température ambiante s’il fait bien chaud l’été dans votre logement. Sans ces différentes pousses, vos pains et brioches seront compactes et vous n’obtiendrez jamais une mie aérée.
Dernièrement mais rien de bien prouvé scientifiquement, manier et tâter sa pâte avec amour. Vous n’êtes pas obligés comme moi de lui dire des petits mots doux, au risque que l’on vous mette définitivement dans la case de celle à qui il neige sous le casque, mais d’y aller avec tact et douceur. Même un petit sourire, ça ne mange pas de pain, enfin de brioche.
J’espère que ma petite expérience vous aidera. Et pour la recette, elle vient de Lornifoin, une blogueuse pleine d’humour !

cinnamon-rolls

Cinnamon rolls ( sans glacage, je ne suis pas fan … )

Pour une douzaine de brioches :

350 g de farine
15 g de levure de boulanger fraiche
15 g de levain sec bio
120 ml de lait
50 g de sucre
1 oeuf
60 g de beurre froid
1/2 cuillère à café de sel

Pour la garniture beurre – cannelle:

50 g de beurre pommade
30 g de sucre roux
1 cuillère à café de cannelle ( 2 cuillères à soupe dans la recette originale )

Pour le glaçage ( je n’ai pas fait ) il faut un blanc d’oeuf, du sucre glace et un peu de jus de citron.

Pâte à brioche : mettre le lait dans un bol et le mettre 30 secondes au micro-ondes ( s’il sort du frigo ou 10 secondes si le lait est à température ambiante / pas plus, il doit être juste tiède, 37° idéalement ).Emietter la levure dans le lait et laisser gonfler 15 minutes.

Dans le bol du robot muni du crochet ( ou dans la machine à pain programme pâte ou dans un saladier avec les mains) verser, dans l’ordre, le lait avec la levure diluée, la farine, le levain sec, le sucre, le sel, l’oeuf et mélanger.
Avant d’arriver à un mélange homogène mais quand il commence à former un tas, ajouter le beurre froid en morceaux et continuer à mélanger.
Dès que beurre est bien intégré et la pâte lisse ( elle ne doit plus coller au doigt ), faire une belle boule. Filmer le bol et laisser pousser la pâte dans un endroit chaud pendant au moins 2h.

Préparer la garniture en mélangeant tous les ingrédients ( beurre, sucre, cannelle ).
Si le beurre sort du frigo, le passer 10 secondes au micro-ondes.
Remettre le mélange au frigo.
Etaler la pâte en rectangle ( pour moi 35 x 38 cm ) et étaler le mélange beurre – sucre – cannelle avec une spatule sur tout le rectangle.
Rouler le boudin sur la longueur ( donc le côté le plus long, 38 cm ).
Couper le boudin tous les 3 cm ( petite astuce, au lieu du couteau , utiliser un grand ciseau ! ).
Les poser sur une feuille de papier sulfurisé et laisser pousser encore 1 heure ( pour moi dans le four à 30°).
Dorer avec du lait mélangé avec un jaune d’oeuf ou du blanc d’oeuf ( ça marche aussi ) et enfourner pour 15 mn à 180°.
Déguster tièdes. A manger rapidement, comme toutes les viennoiseries maison, elles ne conservent pas. Sinon les réchauffer quelques secondes au micro-ondes.

Cookies noix – chocolat

Déjà trente cinq jours que je ne vous ai pas posté de recette de cookies. Ca vous manquait, hein mes poulettes ? Ou plutôt ça me manquait, toutes les excuses sont bonnes ( c’est pour le blog / je suis obligée de tester chéri / mes lecteurs m’en réclament à cors et à cris sur le Facebook que je n’ai pas / le chocolat c’est plein de magnésium / un petit cookies maison mes loulous, c’est mieux qu’une tartine à l’huile de palme.. ).
Pour tout vous dire, j’ai passé l’après-midi à la recherche d’une mission impossible ( trouver des fringues à ma fille ado / pas le film avec Tom Cruise ) et en rentrant j’ai eu besoin de réconfort . Du lourd, du costaud, de l’efficace, histoire de me remettre de toutes ces émotions ( et accessoirement d’ oublier qu’il va falloir refaire tous les magasins de la ville dans deux, trois mois, ça pousse vite à cet âge là ! ). Et pour cela, quoi de mieux que des cookies bien chocolatés , légèrement moelleux mais croquants sur les côtés, avec un petit mélange de noix, ces petites merveilles de la nature riches en acides oméga 3 ?
Rien, on est bien d’accord…

cookies-noix-chocolat

Cookies noix – chocolat

Pour 1 trentaine de petits cookies ou 15 cookies de 60 g

1 oeuf
145 g de sucre roux
270 g de chocolat ( moitié noir, moitié au lait )
120 g de beurre à température ambiante ( ou le mettre 20 secondes au micro-ondes )
180 g de farine
1/2 sachet de levure chimique
2 pincées de bicarbonate alimentaire
1 pincée de sel
140 g de noix ( ici un mélange en sachet de noix, noisettes, noix de cajou et amandes )

Dans le robot avec la feuille ( ou dans un saladier ), battre vitesse 1, le beurre avec le sucre. Ajouter la farine, la levure, le bicarbonate et le sel.
Concasser le chocolat en pépites au couteau. Hacher aussi au couteau les noix grossièrement; Ajouter dans le bol, mélanger . En dernier ajouter l’oeuf et mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène. Arrêter dès que l’oeuf est bien incorporé.
Faire des petites boules puis les aplatir sur une feuille de papier sulfurisé ( mettre sur plusieurs plaques en les espaçant de quelques centimètres ). Enfourner à 180° pour 11 minutes  pour les petits ou 13 / 14 minutes pour les grands. Ils vont durcir en refroidissant.

Cookies aux céréales choco pour un goûter presque parfait

Je ne sais pas comment je dois prendre le fait qu’un des élèves du lycée a traité mon Estafette de  » camionnette bizarre « . Bon ok elle est de 1975, on n’en croise jamais ou j’habite et je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître ( Montmartre en ce temps-là / Accrochait ses lilas / Jusque sous nos fenêtres / Et si l’humble garni / Qui nous servait de nid / Ne payait pas de mine… je vous la chante en entier ? ).
Cela ne m’étais pas adressé directement car il parlait au téléphone et essayait de se faire géolocaliser par un de ses camarades qui apparemment ne le voyait pas. Et l’élément visuel qui pouvait les aider à se retrouver sur un immense parking, c’était un véhicule inconnu des adolescents, ma camionnette bizarre…
Et mon coup de pied au fessier, il est bizarre aussi ?
Non je vous rassure, je suis restée très zen ( ok j’ai ri jaune ). Je fais souvent la fille énervée sur ce blog mais toutes ces aventures que je vous raconte avec mes propres enfants ou les élèves me font beaucoup sourire. Les jeunes ( et là on sent la vieille qui parle ) sont souvent brut de décoffrage mais leur franchise est tellement fraîche et spontanée que ça fait du bien.
Parenthèse mise à part ces biscuits sont vraiment délicieux. La recette est tirée du blog  » Pourquoi est-ce que je vous raconte ça  » ( oui encore ) de celui que je considère comme le roi des cookies. Quand je découvre qu’il publie  une nouvelle recette j’ai l’oeil qui pétille, les sourcils qui s’arrondissent et la mâchoire inférieure qui perd un étage. C’est grave docteur ?

cookies-aux-céréales

Cookies aux céréales Crunch

Pour environ 25 cookies ou comme ici 12 gros cookies de 62 g

185 g de farine
120 g de beurre ramolli
60 g de céréales type crunchy ( céréales Crunch pour moi )
75 g de sucre blanc
75 g de sucre roux
7 g de levure chimique ( 1/2 sachet )
2 pincées de bicarbonate alimentaire
180 g de pépites de chocolat noir
1 oeuf

Au robot avec la feuille, sabler la farine avec la levure, le bicarbonate, le beurre et les 2 sucres ( action de mélanger les ingrédients jusqu’à obtenir la consistance d’un sable. On peut obtenir le même résultat à la main en mélangeant les ingrédients du bout des doigts dans un saladier ).
Mettre les céréales dans une poche à congélation et écraser le tout avec un rouleau à pâtisserie pour les réduire en morceaux.
Ajouter les céréales dans le robot ou le saladier, mélanger puis ajouter l’oeuf et les pépites de chocolat. Mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène. Placer au frais 1 heure.
Former des boules ( je pèse à chaque fois ) de 30 à 60 g ( pour les grands ), les aplatir et les mettre sur 2 plaques recouvertes de papier sulfurisé.
Enfourner pour 14 mn ( 11 mn pour les petits cookies ) à 180 °. Retourner la grille à mi-cuisson.
NE PAS FAIRE CUIRE PLUS LONGTEMPS, ILS VONT DURCIR EN REFROIDISSANT

Chaussons aux pommes

Encore une recette de mon chouchou Philippe Conticini. Je ne compte plus les fois où je vous en parle. Mais il faut dire que je suis rarement déçue par le résultat. Pour moi c’est LE meilleur pâtissier.
Aujourd’hui je peux juste vous dire que ces chaussons sont PARFAITS. Et pourtant ce n’était pas gagné car comme je vous l’ai déjà dit, je ne suis pas très pâte feuilletée que je trouve souvent sèche ou grasse. Donc quand une recette doit l’utiliser, je passe mon chemin.
Mais ça c’était avant que je n’en trouve une en rayon bio qui m’a réconciliée avec elle. Oui je sais il faudrait que je me lance à la faire mais je n’ai souvent pas le temps ou le courage. Alors en attendant, c’est une bonne alternative…
Donc pour en revenir à ces chaussons aux pommes parce que c’est quand même le sujet, ils ont fait l’unanimité chez moi ! Je les avait préparé le matin, je suis partie aux courses et quand je suis revenue dans l’après -midi il n’en restait plus. Chéri en a mangé 6 à lui seul ( on en a déduit en calculant qui avait mangé quoi, car il a refusé d’avouer ). Et les enfants ont tous aimé, ce qui reste suffisamment rare pour le souligner !
La garniture à l’intérieur ( une compote + des pommes rôties ) est juste terrible, fondante mais avec des petits morceaux, pas trop sucrée, bref . On m’en réclame déjà à nouveau, je retourne mettre mon tablier …

chaussons-aux-pommes

Chaussons aux pommes

Pour une douzaine de chaussons

500 g de pâte feuilletée étalée sur 1,5 cm  ou 2 rouleaux de pâte feuilletée pur beurre ( j’utilise toujours de la pâte feuilletée bio )
1 jaune d’oeuf + 1 cuillère à soupe de lait (pour la dorure)

Pour la compote de pommes :

50 g de beurre
640 g de pommes à cuire type Chanteclerc ( poids épluché et coupé )
50 g de sucre semoule
10 g de jus de citron
1 pincée de fleur de sel

Pour les pommes rôties :

250 g de pommes à cuire type Golden
20 g de beurre
10 g de sucre roux
1 cuillère à soupe de jus de citron

Pour la compote de pommes :
Eplucher, ôter le coeur et les pépins puis coupez les pommes en petits cubes.
Dans un faitout ou une casserole anti-adhésive, faire fondre le beurre à feu moyen, puis ajouter le sucre semoule, le jus de citron, la fleur de sel et les cubes de pommes.
Faire cuire le tout pendant environ 25 mn à feu moyen à couvert, en remuant de temps en temps pour que cela n’accroche pas ( les pommes ont lâché de l’eau et je n’ai pas eu besoin d »en rajouter )
A la fin de la cuisson, les dés de pommes doivent être réduits en compote ou sinon passer un petit coup de mixer à bras.

Pour les pommes rôties :
Éplucher, ôter le trognon et les pépins, puis coupez les pommes en cubes.
Dans une poêle type wok, faire fondre le beurre à feu moyen puis ajouter le sucre roux. Remuer puis déglacer le tout en ajoutant le jus de citron, continuer de mélanger avec une spatule pour homogénéiser l’ensemble.
Versez la pomme, puis faire cuire pendant 5 à 10 min à feu moyen afin de confire la pomme ( le tout doit être bien doré mais ne pas accrocher )
Étaler les dés de pommes dans un plat à gratin pour les faire refroidir plus vite, à température ambiante.
Couper des ronds d’environ 12 cm dans la pâte feuilletée.
A l’aide d’un pinceau, badigeonner une moitié des bords de la pâte feuilletée, avec de l’eau ( pas fait ).
Dans un saladier, mélangez la compote de pommes avec les pommes rôties.
Disposer sur une moitié de fond de la pâte feuilletée environ 2 cuillères à soupe de la préparation de pommes.
Étaler bien jusqu’à un demi-centimètre du bord. Replier la pâte feuilletée par-dessus la compotée de pommes, en veillant à bien coller le chausson bord à bord. Presser les bords avec une fourchette.
Mélanger le jaune d’oeuf avec le lait puis à l’aide d’un pinceau badigeonner le dessus des chaussons. Les déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé puis les entreposer au réfrigérateur pendant 1 heure.
Préchauffer le four à 170° puis enfourner pour 25 minutes environ. Ils doivent être bien dorés.
A déguster tiède ou à température ambiante, mais jamais chaud.

Cake aux pommes et aux airelles

L’autre jour que j’étais en service avec mon food truck devant le lycée, j’entend un élève dire en voyant mon camion : «  Oh Louis la brocante ! « . Non madame, monsieur, enfin jeune ado pré-pubère, mon camion n’est pas un Citroën TUB comme dans la série avec Victor Lanoux ( d’ailleurs comment connais-tu ce téléfilm des années 80, toi qui a encore un peu de lait qui sort du nez ?/ Bon enfin c’est bien, ça te sort de Secret story ), c’est une Estafette , un panier à salade, les gendarmes à St Tropeeeeez !!!
Et là vous ne m’entendez pas mais je trépigne à la manière de Louis de Funès ( oui je sais il m’en faut peu mais bon… la lune, le syndrome pré-menstruel, le manque de chocolat noir aux amandes… ).
Est-ce que je confond moi Justin Bieber avec … avec .. avec… Bruno Mars ? ( désolée je n’ai aucun autre exemple qui me vient là ).
Mais je m’énerve, je m’énerve et cela n’a aucun rapport avec ce divin gâteau que j’ai trouvé chez Cookismo et qui est LE gâteau de sa maman. J’ai juste remplacé le beurre par de la purée d’amandes bio ( plus intéressant au niveau nutritionnel et du goût ) et ajouté des airelles car j’avais un bocal qui traînait dans mon placard et qui me suppliait de l’utiliser.
C’était vraiment une réussite, il était extra moelleux avec ses quartiers de pommes et le petit goût acidulé et original des airelles ,je n’ai eu que des compliments de la part de ceux qui l’ont goûté et je compte bien le refaire très très vite !

gateau-moelleux-aux-pommes-airelles

capu-1

Cake aux pommes et airelles

300 g de pommes de saison ( poids épluché et en tranches )
140 g de sucre roux
200 g de farine
3 oeufs
1/2 sachet de levure chimique
150 ml de crème épaisse légère
100 g d’airelles ( ici en bocal, bien égouttées )
70 g de purée d’amandes ( en magasin bio ) ou de beurre
2 cuillères à soupe de Calvados ( ici du rhum vieux )
Sucre glace ( pour le dessus )

Au fouet électrique, battre les oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange épaississe. Ajouter la farine tamisée, la levure, la crème fraîche, la purée d’amandes et l’alcool .
Dans un moule à manqué  beurré et fariné  ( ou tapissé de papier sulfurisé ), déposer la moitié de la pâte, des quartiers de pommes ( en garder pour le dessus ) en les enfonçant un peu, les airelles et recouvrir de l’autre moitié de la pâte puis enfoncer le restant des quartiers de pomme en les enfonçant légèrement.
Enfourner pour 40 mn environ à 180°. Vérifier la cuisson en plantant la lame d’un couteau ou un pic à brochette, il doit ressortir sec.
Attendre le refroidissement et saupoudrer de sucre glace.

 

Cookies à la pâte à tartiner au chocolat et noisettes

Ou les cookies d’automne pour leur belle couleur brun … Un automne maussade , pluvieux mais on fera en sorte alors que ce soit un automne gourmand .
Ils ont été plébiscités à l’unanimité par tous les membres de ma tribu et le fait est assez rare pour le souligner . D’habitude il y en a toujours un pour faire une critique . Là ils ont tout englouti au goûter sans la moindre remarque .
J’ai eu envie de faire la danse de la joie au salon ( oui ça m’arrive , comme le chat qui a sa crise d’un coup et qui pique un sprint dans la salle à manger sans savoir pourquoi ) mais je suis restée digne, impassible en disant négligemment : Ah ça vous a plu ?
Cette recette est de Dorian du blog «  Mais pourquoi est – ce que je vous raconte ça « .

_MG_6551


Cookies à la pâte à tartiner au chocolat et noisettes

Pour une vingtaine de cookies

90 g de chocolat noir
60g de noisettes ( ici de la poudre de noisettes )
90 g de beurre mou
90 g de sucre en poudre roux
1 œuf
180 g de farine
60 g de pâte à tartiner au chocolat et aux noisettes ( si possible maison… Ou alors une bio comme la Nocciolata )
1 cuillère à café rase de levure chimique

Hachez grossièrement le chocolat et les noisettes ( ou remplacer par la poudre de noisette après ).
Versez le beurre ramolli dans un saladier, ajoutez le sucre et fouettez le tout jusqu’à obtenir un mélange mousseux. Ajoutez l’œuf puis la pâte à tartiner et la poudre de noisettes.
Incorporer la farine et la levure, et finir par le chocolat en pépites. Mélangez, mettre dans un film plastique, rouler en boudin puis mettre au frais une heure.
Préchauffez le four à 180°. Couper le boudin en rondelles d’environ 35 g et déposer sur une plaque couverte de papier sulfurisé.
Enfournez pour 13 minutes. Laissez complètement refroidir.

Clafoutis cerises, noisettes et spéculoos

Son nom est clafoutis, Monsieur le clafoutis. Roi des goûters de notre enfance. Celui aux cerises qui sent bon les jupes et la cuisine de Mamie. Mais attention, ici ce simple dessert a été revisité et mis au goût du jour avec les saveurs du spéculoos et de la noisette par notre grand Philippe Conticini ( je vous en reparle encore ou c’est bon ? ).
Comme vous le savez je suis fan de ce pâtissier et de ces créations , aussi simples que délicieuses. Et toujours ravie de tester les recettes ici de son livre tout rose  » La pâtisserie des rêves  »
Je n’ai qu’une seule critique , ce clafoutis se veut à en juger par la photo et le descriptif avec un crumble aux spéculoos sur le dessus.  En fait ici le crumble ( qui ressemble plus à ce qu’on pourrait mettre au fond d’un cheescake  ) qu’on émiette dessus pénètre rapidement dans le gâteau et on ne le voit presque plus.
Donc la photo sur le livre ne reflète pas ce que l’on obtient  » en vrai « . Comme souvent sur les livres ou les magazines , tout est retouché . Mais rassurez-vous, cela n’enlève rien au fait que le résultat est assez  irrésistible, surtout le jour même quand il est tiède !

_MG_5535

Clafoutis cerises, noisettes et spéculoos

Pour 8 personnes

500 g de cerises
3 œufs
70 g de poudre de noisettes
135 g de sucre roux ( + un peu pour le moule et le dessus du clafoutis )
55 g de farine
140 ml de lait
1 pincée de fleur de sel
25 g de crème fraiche épaisse ( ici crème fleurette )
1 gousse de vanille
Beurre pour le moule

Pour le crumble

70g de beurre pommade ( beurre ramolli mais pas fondu )
30g de sucre vergeoise ( le sucre roux qui colle , au rayon des sucres )
100g de spéculoos

Préparer le crumble: Préchauffer le four à 160°C.
Dans un saladier, émietter les spéculoos avec le bout des doigts puis mélanger avec la vergeoise et le beurre mou. On doit obtenir un sable grossier. Déposer la pâte obtenue sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé, tasser un peu et enfourner à 160°C pendant 15 minutes. Laisser refroidir.

Préparer le clafoutis: Laver les cerises, équeutez-les sans les dénoyauter. Beurrer le moule ( ou les moules individuels comme ici ) et l’enduire de sucre roux. Déposer les cerises.
Fendre la gousse de vanille et retirer les graines à l’aide d’un couteau pointu.
Mélanger au mixeur plongeant les œufs pour obtenir un mélange mousseux. Ajouter la poudre de noisette, la farine, le sucre roux, la fleur de sel, les graines de vanille, le lait et la crème.
Mettre un coup de mixer pendant 30 secondes pour que la pâte soit homogène ( on peut faire tout ça au blinder ou mixer ). Laisser reposer la pâte 15 mn.
Préchauffer le four à 180 ° et verser la pâte sur les cerises.
Concasser du bout des doigts la pâte à crumble cuite et émietter sur le clafoutis.
Enfourner pour 35 à 40 minutes ( moins si vous utilisez des petits moules ).
Une fois refroidi, saupoudrer le clafoutis de sucre roux.

Crumble aux fraises et basalmique

J’ai eu la chance le week-end dernier de faire une animation pour une grande chaine de magasins  avec Benjamin, un ancien candidat de Top chef et il m’a fait découvrir l’association des fraises et de ce vinaigre corsé ( plus une lichette de rhum, on se fait plaisir les amis ) en réalisant ce crumble très gourmand . En fait le vinaigre basalmique quand il est bien dosé ( quelques gouttes suffisent ) relève la saveur des fraises et sublime le goût des fruits. Pas d’inquiétude , vous n’aurez pas un dessert avec une saveur de vinaigrette …
Comme les fraises lâchent de l’eau et se décomposent en cuisant , on a laissé les fruits frais et on a juste posé la pâte à crumble dessus . La fraîcheur des fruits et le croquant du crumble à peine tiède , c’était juste une tuerie !

Avec cette recette je participe au 56ème KKVKVC , traduction raccourcie du « KiKiVeutKiVientCuisiner « ,  dont la maîtresse de cérémonie est La fourmi Elé. Avec pour thème ce mois -çi  la fraise, je n’ai pas pu m’empêcher de ramener la mienne …

_MG_5336

 

kkvkvk56-logo

Crumble aux fraises et basalmique

pour 6 – 8 personnes

250 g de farine
125 g de sucre roux
125 g de beurre demi-sel
125 g de poudre d’amandes
1 kg de fraises ( Guariguette ou une autre variété Française )
50 g de sucre roux
2 cuillères à soupe de rhum
Quelques gouttes de vinaigre basalmique ( attention à ne pas en mettre plus  )

Laver, égoutter puis équeuter les fraises. Les couper en deux ou en quatre suivant la grosseur . Les mettre dans un saladier avec le sucre roux, le rhum et le vinaigre basalmique. Mélanger et réserver au frigo.
Mélanger avec le bout des doigts la farine, le sucre roux, la poudre d’amandes et le beurre coupé en petits morceaux de façon à obtenir un mélange granuleux mais assez fin.
Mettre la pâte à crumble dans un plat à gratin , l’étaler sur toute la surface et enfourner pour une vingtaine de minutes à 180°.
Sortir les fraises du frigo, mettre dans des ramequins et saupoudrer la pâte à crumble cuite et refroidie en émiettant dessus .

Clafoutis aux pommes caramélisées

Le temps passe vite , voilà ma dernière semaine au lycée hôtelier … Nous serons ensuite avec mes deux acolytes, Lily et Delphine dans un restaurant d’application où nous allons servir et présenter nos recettes . Je vais essayer de n’empoisonner personne (enfin tout dépend qui va venir manger ) … En attendant , en plus d’apprendre de belles choses chaque jour , nous échangeons et nous parlons beaucoup popote avec les copines ( c’est étonnant, hein ? ).
Cette délicieuse recette de clafoutis  m’a gentiment été révélée par Lily qui elle même la tient de sa Mamie . Et les gâteaux de Mamie … et bien comme vous le savez, ce sont sont les meilleurs du monde.
N’hésitez pas à dévorer manger ce clafoutis tiède , il est encore meilleur !

_MG_5101

Clafoutis aux pommes caramélisées

Pour 8 personnes

4 à 5 pommes
6 oeufs
150 g de farine
135 g de sucre
15 g de sucre vanillé
50 g de beurre
1/2 litre de lait
1 bouchon de rhum ( ou d’Armagnac )
1 sachet de levure chimique
Un peu de confiture (ici de mirabelles )
Sucre roux

Peler et découper les pommes en lamelles . Les mettre dans une poêle avec 25 g de beurre et 15 g de sucre vanillé ( ou 2 sachets ). Faire dorer les pommes quelques minutes sans accrocher.
Tamiser la farine avec la levure . Mettre dans un saladier , faire un puit avec la farine et verser le lait en remuant . Ajouter la levure, le sucre , le rhum, 25 g de beurre fondu et mélanger le tout. Mettre la moitié des pommes dans la pâte .
Verser la pâte un moule beurré ou des moules individuels . Ajouter les lamelles de pommes restantes sur le dessus et enfourner pour 35 mn environ.
Vérifier la cuisson en enfonçant la lame d’un couteau.
On peut badigeonner au pinceau un peu de confiture pour faire briller le dessus.
Une fois refroidi , verser du sucre roux sur le dessus .

Gaufres Liégeoises

Ok je n’ai pas du tout le gaufrier adapté pour faire de jolies gaufres Liégeoises , avec de grosses alvéoles carrées mais je vous assure que le goût y était ! En plus elles sont super croustillantes, c’est un vrai régal et l’odeur qui se dégage du gaufrier est difficilement descriptible . C’est mon meilleur essai jusqu’à présent mais c’est normal, c’est la recette de mon chouchou Philippe Conticini.
Promis je vous posterai quelques recettes apprises au cours de ma formation mais jusqu’à présent je rentre trop tard et je suis trop fatiguée pour mettre en application quoi que soit .
Je dois vous avouer qu’aujourd’hui entre les cours d’hygiène ( vous vous mettez à voir des  bactéries partout ) et de gestion ( établir des prévisionnels et des fiches techniques n’est pas forcément mon kiff ), moi qui n’aime pas les chiffres , je suis un peu en mode  » épave  » sur le canapé !

_MG_4874

Pour une douzaine de gaufres ( 20 petites pour moi )

310 g de farine
60 g de sucre roux –
1 belle pincée de fleur de sel
12,5 cl de lait
25 g de levure fraîche de boulanger
2 petits oeufs
200 g de beurre à température ambiante ( je pense qu’on peut en mettre un peu moins, à tester … )
120 g de sucre en grains

Dans la cuve du robot, avec le crochet, mélanger la farine, le sucre roux et la fleur de sel.
Délayer la levure émiettée dans le lait tiédi et l’ajouter dans la cuve.
Incorporer les oeufs puis le beurre à température ambiante coupé en morceaux.
Mélanger à vitesse moyenne une dizaine de minutes (la pâte doit être, lisse, homogène et élastique).
Couvrir avec un torchon et laisser « pousser » la pâte à température ambiante pendant 30 minutes.
Ajouter le sucre en grains, toujours avec le crochet, pour qu’il soit réparti de manière uniforme.
Mettre au réfrigérateur pendant 2 heures.

À l’aide d’un rouleau à pâtisserie, étaler la pâte entre 2 feuilles de papier sulfurisé sur 1 centimètre d’épaisseur. Laisser reposer 30 minutes au réfrigérateur.
Quand la pâte est bien ferme, la tailler en forme de disques ronds ou ovales et laisser encore pousser 40 minutes.
Faire cuire dans un gaufrier bien chaud en veillant à ce que les gaufres soient blondes et moelleuses au milieu.