Gâteau tatin poire – chocolat

Autant se réconforter du temps pourri que l’on a en ce moment avec une petite bombe calorique, hein ? Des poires caramélisées, du chocolat, c’est tout ce qu’il faut pour ne pas déprimer en ce magnifique mois de novembre ( mais courage, il ne dure que 30 jours et c’est bientôt fini ) .
Vous pouvez aussi mettre de la chantilly si vous voulez, ou une petite boule de glace à la vanille, tant qu’on y est, on ne va pas chipoter.
Le must pour arrêter de ruminer, c’est de s’installer avec une bonne part de ce gâteau devant une cheminée ( si le feu est allumé, c’est quand même plus sympa ), un plaid sur les genoux ( à carreaux, tant qu’à faire dans le cliché  ) et un roman de Gilles Legardinier . Vous n’allez peut être pas vous fendre la poire d’un coup … mais au moins retrouver le sourire, je vous assure …

gateau-tatin-poire-chocolat
Source : Le journal des femmes

Gâteau tatin poire -chocolat

3 grosses poires
100 g de cassonade
150 g de beurre ramolli
150 g de farine
100 g de chocolat noir ( pas plus, c’est bien assez )
3 oeufs
2 cuillères à soupe de lait
1 sachet de levure chimique

Pour le caramel :

15 morceaux de sucre

Dans une casserole, préparer un caramel avec les morceaux de sucre imbibés d’eau. Quand il est doré, verser-le dans un moule à manqué tapissé de papier sulfurisé ( c’est plus facile pour le démoulage )
Eplucher les poires puis couper 2 poires en tranches assez fines. Les répartir harmonieusement en rosace sur le caramel.
Faire fondre le chocolat au bain-marie ou au micro-ondes puis ajouter le lait pour le lisser. Recouvrir les poires de chocolat fondu.
Dans un saladier, mélangez le beurre et le sucre, puis ajoutez les oeufs un par un en mélangeant au fouet à main au fur et à mesure. Terminer par la farine et la levure, remuez énergiquement, toujours au fouet à main.
Couper la troisième poire en petits dés et ajouter à la pâte.
Verser le tout sur les poires au chocolat et enfournez à 180° pendant 45 /50 minutes. A la sortie du four, laissez tiédir 15 mn et démouler sur un plat de service.
Mettre au frais si possible une nuit car il est meilleur le lendemain quand il est plus ferme.

Cake marbré potimarron chocolat

Ca y est c’est officiel nous sommes le 1er novembre, mois que je n’aime pas du tout, du tout ! J’ai eu le choix entre me planquer sous la couette toute la journée tout de suite, ou cuisiner avant ce bon cake moelleux très léger en matières grasses ( l’argument de choc quand on va passer trois ou quatre mois à hiberner ). J’ai choisi la deuxième solution car il me restait du potimarron que j’avais cuit à la vapeur. A la maison, j’ai beaucoup de mal à leur faire manger des légumes et surtout tout ce qui est de la famille des choux et cucurbitacées ( apparemment mon correcteur d’orthographe n’aime pas non plus car il ne reconnait ni le mot potimarron, ni le mot cucurbitacées ).
Tout comme le carrot cake où on ne sent pas la carotte, ici on ne sent absolument pas le goût de la courge. L’intérêt est qu’elle apporte beaucoup de moelleux en remplaçant une partie du beurre et que la couleur est jolie. Les enfants n’y ont vu que du feu, chéri en a fait son petit déjeuner et moi j’ai englouti la moitié du cake sans culpabiliser.

marbre-chocolat-potimarron

Cake marbré potimarron chocolat

150 g de cassonade
75 g de beurre
3 oeufs
300 g de chair de potimarron cuite à la vapeur
150 g de farine
50 g de poudre d’amandes
1/2 sachet de levure chimique
100 g de chocolat noir
1 cuillère à soupe de cacao noir non sucré
Graines d’une gousse de vanille ( ou un zeste d’orange bio pour une version orange chocolat )

Battre le beurre avec le sucre jusqu’à ce que le mélange devienne crémeux. Ajouter les oeufs, la chair de potimarron, la farine, la poudre d’amandes et la levure chimique.
Séparer la pâte en 2 : incorporer le chocolat noir fondu et le cacao sur un côté et les graines d’une gousse de vanille de l’autre.
Verser les 2 préparations en les alternant dans un moule à cake.
Enfourner pour 50 minutes à 1 heure à 180° (thermostat 6). Planter la lame d’un couteau pour vérifier la cuisson, elle doit ressortir sèche.
Démouler et laisser refroidir avant dégustation.

Cookies au chocolat caramel

Pendant que je vous écris cet article, j’ai d’un côté un gros matou étalé de tout son long sur le canapé parce qu’il fait froid dehors et de l’autre côté, chéri qui joue aux cartes sur sa tablette en regardant des émissions de relooking de véhicules anciens ( aucun rapport avec Christina Cordula, hein ).
Moi j’ai un cookies coincé dans la bouche et j’écris avec mes deux petits doigts ( pas très vite j’avoue ). Vous visualisez la scène un peu ? Bon tant pis, le principal c’est de vous montrer ces délicieux cookies au chocolat caramel. J’ai encore craqué sur une recette de Dorian, comme d’habitude, et j’ai failli tout manger avant d’arriver au lycée avec ma petite  Estafette ( Capucine cuisine mobile, pour ceux qui suivent … )

cookies

Cookies au chocolat au caramel

Pour 6 /7 gros cookies

120 g de chocolat au lait au caramel
45 g de flocons d’avoine
45 g de cassonade en poudre –
45 g de sucre brun du type muscavado complet ou vergeoise
1 œuf ( battre dans un bol et mettre la moitié )
120 g de beurre doux
180 de farine
1 cuillère à café rase de levure chimique
1 pincée de fleur de sel
1 pincée de bicarbonate alimentaire

Dans le robot avec la feuille ( ou dans un saladier ), battre vitesse 1, le beurre avec les sucres. Ajouter la farine, les flocons d’avoine, la levure, le bicarbonate et le sel.
Concasser le chocolat en pépites au couteau. Ajouter dans le bol, mélanger . En dernier ajouter l’oeuf et mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène. Arrêter dès que l’oeuf est bien incorporé.
Faire des petites boules ( 60 g pour moi ) puis les aplatir sur une feuille de papier sulfurisé ( mettre sur deux plaques en les espaçant de quelques centimètres ). Enfourner à 180° pour 11 minutes pour les petits ou 13 / 14 minutes pour les grands. Ils vont durcir en refroidissant.

Cookies noix – chocolat

Déjà trente cinq jours que je ne vous ai pas posté de recette de cookies. Ca vous manquait, hein mes poulettes ? Ou plutôt ça me manquait, toutes les excuses sont bonnes ( c’est pour le blog / je suis obligée de tester chéri / mes lecteurs m’en réclament à cors et à cris sur le Facebook que je n’ai pas / le chocolat c’est plein de magnésium / un petit cookies maison mes loulous, c’est mieux qu’une tartine à l’huile de palme.. ).
Pour tout vous dire, j’ai passé l’après-midi à la recherche d’une mission impossible ( trouver des fringues à ma fille ado / pas le film avec Tom Cruise ) et en rentrant j’ai eu besoin de réconfort . Du lourd, du costaud, de l’efficace, histoire de me remettre de toutes ces émotions ( et accessoirement d’ oublier qu’il va falloir refaire tous les magasins de la ville dans deux, trois mois, ça pousse vite à cet âge là ! ). Et pour cela, quoi de mieux que des cookies bien chocolatés , légèrement moelleux mais croquants sur les côtés, avec un petit mélange de noix, ces petites merveilles de la nature riches en acides oméga 3 ?
Rien, on est bien d’accord…

cookies-noix-chocolat

Cookies noix – chocolat

Pour 1 trentaine de petits cookies ou 15 cookies de 60 g

1 oeuf
145 g de sucre roux
270 g de chocolat ( moitié noir, moitié au lait )
120 g de beurre à température ambiante ( ou le mettre 20 secondes au micro-ondes )
180 g de farine
1/2 sachet de levure chimique
2 pincées de bicarbonate alimentaire
1 pincée de sel
140 g de noix ( ici un mélange en sachet de noix, noisettes, noix de cajou et amandes )

Dans le robot avec la feuille ( ou dans un saladier ), battre vitesse 1, le beurre avec le sucre. Ajouter la farine, la levure, le bicarbonate et le sel.
Concasser le chocolat en pépites au couteau. Hacher aussi au couteau les noix grossièrement; Ajouter dans le bol, mélanger . En dernier ajouter l’oeuf et mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène. Arrêter dès que l’oeuf est bien incorporé.
Faire des petites boules puis les aplatir sur une feuille de papier sulfurisé ( mettre sur plusieurs plaques en les espaçant de quelques centimètres ). Enfourner à 180° pour 11 minutes  pour les petits ou 13 / 14 minutes pour les grands. Ils vont durcir en refroidissant.

Cookies aux céréales choco pour un goûter presque parfait

Je ne sais pas comment je dois prendre le fait qu’un des élèves du lycée a traité mon Estafette de  » camionnette bizarre « . Bon ok elle est de 1975, on n’en croise jamais ou j’habite et je vous parle d’un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître ( Montmartre en ce temps-là / Accrochait ses lilas / Jusque sous nos fenêtres / Et si l’humble garni / Qui nous servait de nid / Ne payait pas de mine… je vous la chante en entier ? ).
Cela ne m’étais pas adressé directement car il parlait au téléphone et essayait de se faire géolocaliser par un de ses camarades qui apparemment ne le voyait pas. Et l’élément visuel qui pouvait les aider à se retrouver sur un immense parking, c’était un véhicule inconnu des adolescents, ma camionnette bizarre…
Et mon coup de pied au fessier, il est bizarre aussi ?
Non je vous rassure, je suis restée très zen ( ok j’ai ri jaune ). Je fais souvent la fille énervée sur ce blog mais toutes ces aventures que je vous raconte avec mes propres enfants ou les élèves me font beaucoup sourire. Les jeunes ( et là on sent la vieille qui parle ) sont souvent brut de décoffrage mais leur franchise est tellement fraîche et spontanée que ça fait du bien.
Parenthèse mise à part ces biscuits sont vraiment délicieux. La recette est tirée du blog  » Pourquoi est-ce que je vous raconte ça  » ( oui encore ) de celui que je considère comme le roi des cookies. Quand je découvre qu’il publie  une nouvelle recette j’ai l’oeil qui pétille, les sourcils qui s’arrondissent et la mâchoire inférieure qui perd un étage. C’est grave docteur ?

cookies-aux-céréales

Cookies aux céréales Crunch

Pour environ 25 cookies ou comme ici 12 gros cookies de 62 g

185 g de farine
120 g de beurre ramolli
60 g de céréales type crunchy ( céréales Crunch pour moi )
75 g de sucre blanc
75 g de sucre roux
7 g de levure chimique ( 1/2 sachet )
2 pincées de bicarbonate alimentaire
180 g de pépites de chocolat noir
1 oeuf

Au robot avec la feuille, sabler la farine avec la levure, le bicarbonate, le beurre et les 2 sucres ( action de mélanger les ingrédients jusqu’à obtenir la consistance d’un sable. On peut obtenir le même résultat à la main en mélangeant les ingrédients du bout des doigts dans un saladier ).
Mettre les céréales dans une poche à congélation et écraser le tout avec un rouleau à pâtisserie pour les réduire en morceaux.
Ajouter les céréales dans le robot ou le saladier, mélanger puis ajouter l’oeuf et les pépites de chocolat. Mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène. Placer au frais 1 heure.
Former des boules ( je pèse à chaque fois ) de 30 à 60 g ( pour les grands ), les aplatir et les mettre sur 2 plaques recouvertes de papier sulfurisé.
Enfourner pour 14 mn ( 11 mn pour les petits cookies ) à 180 °. Retourner la grille à mi-cuisson.
NE PAS FAIRE CUIRE PLUS LONGTEMPS, ILS VONT DURCIR EN REFROIDISSANT

Muffins aux myrtilles

Après moult essais pour sortir des muffins à la myrtille dignes de vous être présentés, j’ai l’honneur et la joie de vous livrer la recette ( vous le dites si j’en fais trop là ).
Ce n’est pas la mienne, non je n’ai pas cette prétention, elle est tirée du livre  » Un goûter à New York  » de Marc Grossman ( alias Bob pour les intimes ).
Vous pouvez trouver plusieurs versions du même auteur car il est tout le temps en train de modifier la recette le bougre ! Du coup j’ai mis aussi mon grain de sel, enfin de sucre, enfin de lait ribot pour tenter de faire un truc plus léger. Parce que les Ricains, ils sont bien mignons mais ils ont tendance à aimer des douceurs ultra sucrées et grasses qui plombent un peu l’estomac. Vous n’êtes pas d’accord ?
Et bien là avec une partie de la crème fraîche remplacée par du lait ribot, c’était top ( la fille trop fière d’elle ).
D’ailleurs si quelqu’un connait ce Bob / Bobby / Bibou , vous pouvez lui dire de ne plus chercher le graal. This recette is THE recette !
Ok pour l’anglais, on repassera …

muffins-aux-myrtilles

Muffins aux myrtilles

Pour une douzaine de gros muffins :

125 g de myrtilles fraîches ou surgelées
170 g de confitures de myrtilles ou de fruits rouges

Ingrédients secs :

320  g de farine
50 g de sucre
1 cuillère à soupe de levure chimique
2 pincées de bicarbonate de sodium ( au rayon du sel ou au rayon bio des grandes surfaces )

Ingrédients liquides :

180 ml de crème fraîche liquide ( ici une briquette semi-légère à 18% de matières grasses )
300 ml de lait ribot ( au rayon des laitages frais )
50 ml d’huile ( ici de noisettes )
1 oeuf
1 gousse de vanille

Pour la finition :

Sucre glace

Prendre 2 saladiers. Dans un saladier mélanger tous les ingrédients secs. Dans l’autre saladier mélanger les ingrédients liquides avec les graines de l’intérieur de la gousse de vanille. Verser le contenu d’un saladier dans l’autre et mélanger sans insister, juste le temps de lier les ingrédients ( c’est important pour garder le moelleux des muffins ).
Graisser des moules à muffins ou placer des caissettes dans un moule à empreintes . Mettre un peu de pâte au fond puis déposer quelques myrtilles ainsi que de la confiture. Remettre de la pâte ( ne pas remplir plus des 3/4 car ils vont gonfler ) puis quelques myrtilles et encore un peu de confiture sur le dessus.
Enfourner dans un four à 200° pendant 8 minutes puis descendre à 180° pour 15 mn ( vérifier la cuisson en enfonçant la lame d’un couteau ou d’un pic à brochette, il doit ressortir sec) . Ils doivent être dorés dessus .
Laisser refroidir et saupoudrer de sucre glace.

Cake aux pommes et aux airelles

L’autre jour que j’étais en service avec mon food truck devant le lycée, j’entend un élève dire en voyant mon camion : «  Oh Louis la brocante ! « . Non madame, monsieur, enfin jeune ado pré-pubère, mon camion n’est pas un Citroën TUB comme dans la série avec Victor Lanoux ( d’ailleurs comment connais-tu ce téléfilm des années 80, toi qui a encore un peu de lait qui sort du nez ?/ Bon enfin c’est bien, ça te sort de Secret story ), c’est une Estafette , un panier à salade, les gendarmes à St Tropeeeeez !!!
Et là vous ne m’entendez pas mais je trépigne à la manière de Louis de Funès ( oui je sais il m’en faut peu mais bon… la lune, le syndrome pré-menstruel, le manque de chocolat noir aux amandes… ).
Est-ce que je confond moi Justin Bieber avec … avec .. avec… Bruno Mars ? ( désolée je n’ai aucun autre exemple qui me vient là ).
Mais je m’énerve, je m’énerve et cela n’a aucun rapport avec ce divin gâteau que j’ai trouvé chez Cookismo et qui est LE gâteau de sa maman. J’ai juste remplacé le beurre par de la purée d’amandes bio ( plus intéressant au niveau nutritionnel et du goût ) et ajouté des airelles car j’avais un bocal qui traînait dans mon placard et qui me suppliait de l’utiliser.
C’était vraiment une réussite, il était extra moelleux avec ses quartiers de pommes et le petit goût acidulé et original des airelles ,je n’ai eu que des compliments de la part de ceux qui l’ont goûté et je compte bien le refaire très très vite !

gateau-moelleux-aux-pommes-airelles

capu-1

Cake aux pommes et airelles

300 g de pommes de saison ( poids épluché et en tranches )
140 g de sucre roux
200 g de farine
3 oeufs
1/2 sachet de levure chimique
150 ml de crème épaisse légère
100 g d’airelles ( ici en bocal, bien égouttées )
70 g de purée d’amandes ( en magasin bio ) ou de beurre
2 cuillères à soupe de Calvados ( ici du rhum vieux )
Sucre glace ( pour le dessus )

Au fouet électrique, battre les oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange épaississe. Ajouter la farine tamisée, la levure, la crème fraîche, la purée d’amandes et l’alcool .
Dans un moule à manqué  beurré et fariné  ( ou tapissé de papier sulfurisé ), déposer la moitié de la pâte, des quartiers de pommes ( en garder pour le dessus ) en les enfonçant un peu, les airelles et recouvrir de l’autre moitié de la pâte puis enfoncer le restant des quartiers de pomme en les enfonçant légèrement.
Enfourner pour 40 mn environ à 180°. Vérifier la cuisson en plantant la lame d’un couteau ou un pic à brochette, il doit ressortir sec.
Attendre le refroidissement et saupoudrer de sucre glace.

 

Carrot cake aux noisettes

Ou le carrot cake ultra moelleux que tu oublies les autres. J’avais posté une autre version  aux noix de pécan et à l’huile ( ici c’est du beurre ) déjà pas mal du tout et avec un glaçage au chocolat mais je pense que l’idéal serait celui d’aujourd’hui avec le dessus de l’autre. Avec le glaçage au chocolat quoi. Vous me suivez ? Mais bon, il est déjà parfait comme ça …
Ce carrot cake est le dessert que j’ai présenté ce midi au siège de Cultura dans mon petit food truck Capucine cuisine mobile.
J’avais aussi proposé un meatloaf au boeuf mais sous forme de boulettes et des patatoes aux épices Cajun. Un repas 100% States quoi !

carrot-cake-a-la-noisette

Carrot cake aux noisettes

Pour 10 cakes mais on peut obtenir 16 carrot cake en version muffins :

200 grammes de cassonade
120 grammes de beurre fondu
3 œufs
230 grammes de farine
1 cuillère à café et demi de levure chimique
1 cuillère à café rase de cannelle en poudre ( il faut aimer la cannelle ! )
1 cuillère à café rase de gingembre en poudre
250 grammes de carottes râpées finement
125 grammes de noisettes hachées grossièrement ( je les mixe au robot )
1 cuillère à soupe de liqueur Amaretto ( j’ai mis du rhum )
sucre glace pour la décoration

Préchauffer le four à 180°. A l’aide d’un batteur électrique, travailler le beurre avec le sucre. Ajouter les œufs un par un jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Tamiser la farine sur le mélange oeufs-sucre-beurre, puis la levure et les épices (cannelle et gingembre) tout en travaillant le mélange avec une spatule souple. Ajouter les carottes râpées et les noisettes hachées finement et bien mélanger. Mettre la pâte dans une poche à douille , couper un bout large et déposer soit dans des caissettes en papier ( à muffins ) aux 3/4 puis dans un moule à empreintes , soit dans des petits moules en papier comme ici ou dans un moule à manqué . Enfourner pour 18 à 20 mn pour les carrot cake en version individuelle ou un peu plus en version gâteau. Vérifier la cuisson avec la lame d’un couteau ou un pic à brochette, il soit ressortir sec.
Quand ils sont refroidis, saupoudrer de sucre glace.

Cake aux coeurs d’artichauts, pignons de pin et chèvre

Quelquefois votre fierté peut dégringoler comme un château de carte avec une toute petite phrase. En moins d’une minute vous pouvez passer de la cuisinière que vous pensiez être à…. rien du tout en fait.
J’avais décidé de ne plus trop parler de ma fille sur ce blog car à chaque fois elle me réclame des droits d’auteur en Kinder maxi ( et en prime elle tronche ) mais il faut que je vous raconte mes chers lecteurs. Que vous compatissiez un peu. J’ai besoin de soutien ( comment ça je suis longue dans mon entrée en matière ??? )
Bon alors voilà : 3 ans et demi de blog à tester des recettes plus alléchantes les unes que les autres ( oui je me lance des fleurs et ça fait du bien en ce moment ) , toutes ces années à passer des heures en cuisine, à leur faire découvrir des nouvelles saveurs ou les richesses de la cuisine Française pour s’entendre dire au final :  » Moi mon plat préféré, c’est de la semoule et des Knacki  » et bien ça fiche un coup au moral ! Surtout que je n’achète jamais de Knacki !
Bande d’ingrats… La colère me fait m’égarer car il n’y a aucun rapport avec ce cake que vous grignoterez à l’apéro avec qui vous voulez mais moi personnellement sans mes morveux ( n’hésitez pas à me rejoindre sur le groupe  » Je prend l’apéro avec mes copines et je m’éclate «  ).
Ce cake est très moelleux , pas du tout étouffe-chrétien , c’est un vrai régal que j’ai trouvé sur le joli blog de Royal Chill. J’ai juste remplacé les tomates par des coeurs d’artichauts et c’était parfait.

cake-artichauts-chèvre

Ce cake a été cuit dans un moule Panibois ( modèle  » Archiduc  » )

Cake aux coeurs d’artichauts, pignons de pin et chèvre

160 g de farine
1 sachet de levure chimique
Une cuillère à café de bicarbonate de soude
50 g de d’emmental râpé
Une bonne poignée de basilic frais haché
20 g de parmesan râpé
3 œufs
130 g de yaourt nature ou de faisselle (ici du fromage blanc )
6 cuillères à soupe d’huile
1 petit bocal de coeur d’artichauts au naturel ( 240 g )
100 g de fromage de chèvre ( ici en bûche )
50 g de pignons de pins
Feur de sel et poivre du moulin
Une cuillère à café rase d’herbes de Provence
Une cuillère à café rase de paprika

Préchauffer le four à 180 °C .
Dans un récipient, mélanger les ingrédients secs : la farine, le bicarbonate, la levure, les pignons, le parmesan et l’emmental râpé.
Dans un autre récipient, battre les œufs avec le yaourt ou la faisselle ou le fromage blanc et l’huile.
Poivrer et saler selon vos goûts, ajouter le paprika, les herbes et le basilic frais haché.
Réunir les deux préparations en mélangeant le moins possible pour que la pâte conserve tout son moelleux ( même principe que les muffins ) mais il faut que le mélange soit homogène quand même et y incorporer  délicatement les coeurs d’artichauts bien égouttés et le le chèvre coupés en morceaux .
Déposer la pâte dans un moule beurré ( ou utiliser les moules Panibois avec la feuille de cuisson sans ajouter de matière grasse ).
Enfourner pour pour 50 mn environ. Enfoncer la lame d’un couteau au milieu du cake ou un pic à brochettes, elle doit ressortir sèche.
Déguster tiède ou froid.

Cake à la roquette, noix et pistache

Pourquoi il est tout vert ton cake maman ? Parce qu’il y a de la roquette dedans. De la quoiii ? J’ai hésité à leur dire que c’était un gnome avec une tête de lapin qui était descendu d’un objet volant non identifié et qui me l’avait offert pour tester leur force mentale comme dans Koh Lanta quand ils mangent des vers, mais je n’ai pas osé. C’est susceptible un pré-ado ( et là j’ai deux beaux spécimens ) et ça n’a pas beaucoup d’humour surtout quand ce n’est pas lui qui rit bêtement.
Je vous laisse imaginer leurs têtes qui ont pris plusieurs expressions en quelques secondes ( ils peuvent postuler au livre des records / ou à l’école des mimes, au choix ) : l’étonnement ( sourcils en accents circonflexes et sans faute d’orthographe ), la stupéfaction ( une bouche entrouverte et le menton qui perd un étage  ) et une petite grimace que j’ai pris de manière objective pour un début de sourire.
Je ne vous dit pas qu’ils ont adoré et qu’ils m’ont demandé de les resservir à cors et à cris ( les friiites de Mamie Louise ! ) mais ils ont tout mangé sans recracher derrière la chaise. Bon, il faut dire qu’il y avait des invités et qu’ils savent se tenir un minimum à table.
Et bien moi personnellement j’ai beaucoup aimé et avec une petite sauce au yaourt, c’était très sympa !

cake-a-la-roquette
Source : Le livre 750 g de plaisir { Apéro dinatoire }

Cake à la roquette, noix et pistache

130 g de gruyère râpé
100 g de roquette
50 de cerneaux de noix
50 g de pistaches sans la peau
150 g de farine tamisée
3 oeufs
1 sachet de levure chimique
4 cuillères à soupe de lait
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 pincée de noix de muscade
1 cuillère rase à café de sel

Mélanger la farine, les oeufs, l’huile, le sel, la levure et la noix de muscade. Ajouter le lait et le gruyère râpé.
Hacher la roquette finement au robot sans le réduire trop avec les noix et les pistaches. Ajouter au mélange .
Verser la pâte dans un moule à cake aux 3/4 et enfourner pour 30 à 35 minutes. Enfoncer un couteau ou un pic à brochette , il doit ressortir sec.
Il est important de la déguster de suite, juste tiède . C’est à ce moment là qu’il est le meilleur.
Sinon il faudra le repasser quelques minutes au four.