Truffes crunchy chocolat spéculoos

Hé les girls, je suis en vacances pour deux semaines ! Je vais pouvoir vous poster quelques articles. Et d’ailleurs pendant que j’écris ce post, ma fille me souffle dans l’oreillette que j’ai du chocolat autour de la bouche. Ca ne dérange personne, j’espère ?
Je ne sais pas si c’est parce que je n’ai pas grandi en taille et que je suis encore une gamine dans ma tête mais je ne peux pas manger un truc au chocolat sans m’en mettre partout. C’est comme ça. Souvent j’ai une belle trace sur le menton et si mes enfants avaient vu la pub à l’époque, ils me diraient  » tu pousses le bouchon un peu trop loin Mauchie  » ( mix de Maurice et Chouchie / je sais c’est nul ).
Sinon comme vous me demandez souvent des recettes de truffes faciles et si possible inra-tables, en voilà une très gourmande qui plaira à tous vos invités ( vous pouvez aussi tout vous empiffrer comme moi, c’est vous qui voyez ! ).

truffes-chocolat-speculoos

Truffes crunchy chocolat spéculoos

Pour une cinquantaine de truffes

250 grammes chocolat noir de qualité à 70% de cacao
100 grammes beurre
70 grammes sucre glace
80 grammes spéculoos
2 jaunes d’oeuf
1 pincée de fleur de sel
Cacao noir en poudre non sucré

Faire fondre le chocolat et le beurre dans une casserole sur feu doux ou au micro ondes. Mélanger et ajouter le sucre glace, les spéculoos mixés en poudre, les jaunes d’oeufs et le sel. Bien mélanger à l’aide d’une spatule.
Mettre au frais au minimum 1H. Vérifier la consistance. Elle doit pouvoir être travaillée mais sans être trop dure. Si le mélange a trop durci ( j’ai laissé le chocolat au frigo tout l’après – midi ), laisser à température ambiante jusqu’à ce qu’il soit façonnable.
A l’aide d’une petite cuillère à bille ( pour faire des billes de melon par exemple, c’est super pratique, vous prenez la même quantité à chaque fois ! ) ou une cuillère à café, préléver des petits tas et rouler le chocolat à l’intérieur des paumes de la main.
Poser les truffes dans une assiette avec du cacao et rouler chaque truffe dedans pour bien les enrober ( ne faites pas l’impasse sur le cacao, c’est ce qui donne tout le charme à ces truffes ! ).
Conserver au frigo ( quelques jours mais vous aurez tout mangé avant … ) .

Bombolini au chocolat ( beignets fourrés )

Les beignets se font rares sur ce blog. Et oui comme je vous le dis à chaque fois que je poste une recette de ce style, je proclame haut et fort que je ne suis pas friture ! Mais que voulez-vous, depuis plusieurs années mes schtroumpfs m’en réclament régulièrement et je suis quelques jours en vacances, alors j’ai craqué sous l’effet du soleil après deux mojitos.
Les bombolini, ce sont ces beignets tous ronds que l’on vend aux bords des plages en Italie l’été ( dans le sud de la France, on les appelle affectueusement  » Mascotte «  ) mais on les déguste sous d’autres noms dans de nombreux pays. Berliners ou boule de Berlin en Allemagne, Bombas frittas en Espagne, Soufganiot en Israël ou Paczki en Pologne, ils ont la particularité d’être très légers ( c’est une pâte levée comme une brioche ) et en plus ici ils n’étaient pas gras du tout ( pour sa défense, votre honneur ). J’ai même été surprise en appuyant dessus, l’épreuve ultime du beignet ( on plante un doigt sur la surface et ensuite on cherche quelqu’un pour s’essuyer sur son tee-shirt ).
J’ai chipé la recette à Sandra du blog  » Le pétrin «  qui améliore ses beignets d’année en année. Elle pour moi est une référence dans le domaine de la boulange.
Je n’ai eu que des compliments sur ces bombolini, même de chéri qui se prend parfois pour un membre de jury culinaire sur une émission de télé. Après deux ou trois specimens dans le gosier, on ne l’a même pas entendu râler, il était conquis aussi !

mascotte-nutella

Bombolini au chocolat 

Pour une vingtaine de beignets

520 g de farine
15 g de fraîche ou 2 cuillères à café de levure sèche de boulangerie
50 g de sucre
1/4 cuillère à café de vanille en poudre ( pas mis )
1 cuillère à café de sel fin
220 g de lait ( ou lait végétal ) passé 20 secondes au micro-ondes
2 œufs entiers
2 jaunes d’œuf
50 g de beurre mou
Huile neutre de friture
Pâte à tartiner si possible maison ou bio ( ou confiture, crème pâtissière … )

J’ai utilisé ma machine à pain programme  » pâte  » mais je vous donne la recette pour les réaliser à la main . Le mieux étant de la faire soit à la MAP, soit dans un robot avec le crochet spécial pétrissage.
Dans un grand bol ou un saladier, mélanger la farine avec la levure sèche puis ajouter le sucre, la vanille et le sel et mélanger à nouveau. Creuser un puits et verser le lait, les œufs entiers et les jaunes . Mélanger avec une cuillère en bois en commençant par le centre et en élargissant le mouvement vers les bords en faisant tomber la farine au fur et à mesure. Quand la pâte commence à se rassembler en masse, continuer à la travailler pendant quelques minutes de façon à ce qu’elle devienne homogène et qu’elle prenne de la force.
Ajouter le beurre ramolli en 3 à 4 fois en travaillant la pâte après chaque ajout ( ajouter éventuellement de la farine, perso j’en ai rajouté 3 ou 4 fois, 1 cuillère à soupe maximum à la fois, jusqu’à ce que la pâte soit homogène et ne colle plus aux parois ). Continuer de pétrir au moins 10 min après incorporation complète du beurre jusqu’à ce que la pâte soit devenue souple, lisse et élastique.
Mettre la pâte en boule dans un saladier légèrement huilé, couvrir avec du film alimentaire et laisser lever environ 1h30 ( elle doit doubler de volume ).
Si vous utilisez la machine à pain, utiliser un programme qui pétrit mais ne cuit pas, et aller jusqu’au bout du programme.
Sortir la pâte et l’écraser doucement pour la dégazer partiellement et la transférer sur le plan un travail légèrement fariné. Étaler délicatement la pâte au rouleau jusqu’à une épaisseur d’environ 1,5 cm ( travailler sans trop écraser la pâte, il faut qu’elle reste souple et gonflée ). Avec un emporte-pièce de 8 à 9 cm ou un verre, découper des ronds réguliers en finissant avec un mouvement léger de rotation pour bien souder les bords.
Déposer au fur et à mesure sur plaque de cuisson recouverte d’une feuille de papier sulfurisé légèrement huilé en veillant à bien espacer les ronds de pâte. Rassembler les chutes sans trop les travailler ( éliminer l’excédent de farine ) et recommencer l’opération jusqu’à épuisement de la pâte.
Couvrir avec un linge propre et laisser lever au minimum 30 min près d’une source de chaleur ou au four à 30° fonction  » étuve « . Les beignets doivent avoir levé et devenir bien bombés.
Chauffer l’huile dans une friteuse ou une grande marmite à bords hauts jusqu’à ce qu’un petit morceau de pâte plongé dedans remonte immédiatement entouré de petites bulles: l’huile ne doit pas être très chaude sinon les beignets dorent immédiatement sans cuire à l’intérieur. Perso j’ai éteint ma poèle à frire plusieurs fois pour la refroidir entre les fournées de cuisson.
Découper le papier sulfurisé autour des ronds de pâte sans les toucher pour éviter qu’ils se déforment ou dégonflent puis les retourner doucement à la surface de l’huile et les plonger en retirant le papier ( j’ai cuit 2 / 3 beignets à la fois )
Frire environ 30 secondes par face. Attention, ils cuisent très vite ! Les retourner 2 ou 3 fois rapidement.
Retirer les boules avec une écumoire et les déposer sur du papier absorbant.
Avec un ciseau, faire une entaille sur la moitié du beignet et les fourrer avec de la pâte à tartiner ( ou confiture ou autre ), puis les saupoudrer de sucre glace.

Torta della nonna

Aujourd’hui je vais vous parler avec les mains  pour vous présenter la torta della nonna , la tarte de la grand-mère en Italien ( comment ça vous ne parlez pas Italien couramment ?  ). Une douceur que vous trouverez souvent en Toscane ou en Ligurie. A l’instar de notre tarte au citron meringuée nationale, vous pourrez déguster cette délicieuse tarte à base de pâte sablée, de crème pâtissière parfumée à la fleur d’oranger et au citron, agrémentée de pignons de pins, plutôt dans les restaurants que chez la mamma ( surtout si vous n’avez pas de grand-mère Italienne… )
Le problème dans toutes les grandes villes c’est de trouver son chemin pour ne pas finir dans un des nombreux restaurants attrape-touristes chers et pas forcément bons. La solution serait de dénicher les endroits où dînent les habitants.
Autre option :  préparer la torta della nonna soi- même !

torta-della-nonna

Torta della nonna

Pour la pâte :

250 g de farine
125 g de beurre mou
90 g de sucre
30 g de poudre d’amandes
1 oeuf
1 petite pincée de fleur de sel
2 à 3 cuillères à soupe d’eau

Pour la crème :

400 ml de lait
150 g de sucre
Le zeste d’1/2 gros citron ou d’un petit citron entier
1 cuillère à soupe d’eau de fleur d’oranger
20 g de farine tamisée
20 g de Maizena
4 jaunes d’oeufs
1 petite pincée de fleur de sel
75 g de pignons de pin
Sucre glace

Pour la pâte : au robot avec la feuille ( ou à la main ), mélanger tous les ingrédients et ajouter l’eau progressivement au bout de 2 mn et cuillère par cuillère. Dès qu’une belle boule se forme, déposer la pâte sur un film plastique ou une toile cirée alimentaire, étaler au rouleau et la placer ainsi étalée au frigo le temps de préparer la crème.

Pour la crème :

Dans une casserole, verser le lait dans une petite casserole, ajouter le zeste râpé finement et porter à ébullition en surveillant. Battre eu fouet les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à ce qu’ils doublent de volume;
Verser la Maïzena et la farine, remuer avec le fouet, puis peu à peu verser le lait sur le mélange toujours en remuant avec le fouet.
Remettez la casserole sur feu doux, remuez avec le fouet jusqu’à ce que a crème épaissie. Ensuite déposer la crème dans un récipient comme par exemple un plat à gratin en verre, couvrir avec du film alimentaire et laissez refroidir complètement la crème.

Sortir la pâte du frigo, la déposer dans un moule à manqué de 25 cm ou un moule à tarte, recouper les bords, verser la crème refroidie et les pignons dessus.
Enfourner pour 35 mn environ. Le dessus doit être bien doré.
Une fois refroidie, saupoudrer de sucre glace .

Eclairs au chocolat

Un dimanche pluvieux de novembre et l’envie de faire des éclairs comme chez le pâtissier. Après plusieurs essais plus ou moins réussis , j’ai adopté définitivement la recette de la très douée Mathilde du blog Boopcook qui assurait que ces éclairs étaient bien dodus , aussi bons visuellement qu’à croquer dedans ( et manier la pâte à choux n’est pas si facile les gazelles !!! ).
Je confirme qu’ils sont parfaits et que pour moi il n’y a rien à changer . J’ai juste mis moins de jaunes d’oeufs dans la crème pâtissière ( recette de la version au chocolat de Paul Bocuse ) et mis la garniture très simplement en coupant l’éclair en deux ( oui je sais, facile …Je suis une petite joueuse ) .
Après il n’y a plus qu’à déguster avec un petit thé ou chocolat chaud si on a très très envie de chocolat ( pourquoi je lève la main ? )

eclairs-au-chocolat;

Eclairs au chocolat

Pour 8 éclairs

Pour la pâte à choux:

80 ml de lait
80 ml d’eau
70 g de beurre
1 grosse pincée de sel (soit 2g)
10 g de sucre
100 g de farine
2 oeuf

Pour la crème pâtissière au chocolat : ( j’en ai eu en plus )

400 ml de lait entier
3 jaunes d’oeufs
80 g de sucre
30 g de Maïzena
100 g de chocolat noir

Pour le glaçage :

200 g de fondant blanc pâtissier
1 cuillère à soupe de cacao non sucré

Pour la crème pâtissière au chocolat, battre au fouet les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse puis incorporer la Maïzena.
Versez le lait dans une casserole, ajoutez le chocolat en morceaux et faire fondre sur feu moyen.
Verser le lait sur le mélange aux jaunes d’oeufs et fouettez. Transférer l’ensemble dans la casserole et mélanger. Remettre sur le feu et porter à ébullition sans cesser de remuer avec une spatule en bois. Lorsque la crème épaissit et l’ébullition est atteinte, laisse bouillir 1 à 2min puis retirer du feu.
Transférer la crème dans un saladier, couvrir d’un film et déposer au frigo dès qu’elle est tiède.

Pour la pâte à choux,faire chauffer le lait avec l’eau, le beurre coupé en dés, le sucre et le sel. Mélangez jusqu’à ce que le beurre soit fondu. Porter à ébullition .
Retirer du feu et ajoutez la farine en une fois. Mélangez à la spatule doucement au début et plus vivement ensuite jusqu’à ce que toute la farine soit incorporée.
Remettre sur feu vif et dessécher la pâte en mélangeant vigoureusement pendant environ 1 mn.
Battre les oeufs en omelette et incorporer petit à petit à la pâte en fouettant énergiquement ( à ce moment là , je le fais au batteur à main muni de 2 crochets ). La pâte doit être homogène et brillante .
Préchauffer le four à 180°.
Garnir une poche munie d’une douille unie de 20 mm et garnir une plaque à pâtisserie de papier sulfurisé. Déposer des boudins de pâte en une forme cylindrique de 13 cm de long et couper le bout avec un ciseau.
Enfourner les éclairs pour 50 mn.

Retirer du four et laisser refroidir .
Couper les éclairs en 2 avec un ciseau .

Faire fondre le fondant blanc sur feu très doux ( pas plus de 35° sinon le brillant va disparaitre ) avec une cuillère à soupe rase de cacao non sucré.
Tremper le dessus des éclairs dans le fondant et poser sur une grille. Laisser refroidir.
Garnir une poche à douille avec la crème pâtissière et garnir l’autre partie des choux.
Refermer les écairs.
Ils se conservent au frigo et doivent se manger dans la journée .

Strudel aux pommes et mirabelles

J’avais tenté il y a longtemps de faire un strudel, cette spécialité Autrichienne à base de pommes en général, de fruits secs et de cannelle, mais j’avais tellement galéré pour faire la pâte ( qui doit être très fine ) que je m’étais dit :  » plus jamais ma cocotte  ».
Mais ça c’était avant de tenir un blog et de me dire qu’il n’est pas bien de rester sur un échec culinaire , surtout quand la pâtisserie en vaut la peine .
Donc j’ai changé de recette pour la pâte et j’ai retenté le coup un jour où j’étais zen, en écoutant bien fort un bon morceaux de Muse . Oui vous savez les enfants sont à l’école alors je fais ce que je veux …
Et là c’était beaucoup mieux !

strudel-aux-pommes-et-mirabelles

Strudel aux pommes et mirabelles

Pour un gros strudel ( environ pour 8 personnes )

750 g de mirabelles
750 g de pommes
50 g de beurre
80 g de sucre roux
80 g de fruits secs au choix ( noix , amandes … )
80 g de chapelure
1/2 cuillère à café de cannelle
250 g de farine tamisée
2 jaunes d’oeufs
3 cuillères à soupe d’huile
1 pincée de sel

Préparer la pâte en mettant la farine dans un saladier avec l’huile , les jaunes d’oeufs, le sel et 125 ml d’eau.
Travailler la pâte à la main et faire une belle boule.
Laisser reposer 30 mn.
Rincer et dénoyauter les mirabelles. Peler et couper les pommes en fines tranches. Mettre les fruits dans une poèle avec le beurre et le sucre. Faire dorer quelques minutes jusqu’à ce que les pommes ai lâché de l’eau.
Ajouter la chapelure , la cannelle et les noix. Faire revenir le tout quelques minutes.
Eteindre la poèle.
Mettre un grand carré de papier sulfurisé sur votre plan de travail.
A l’aide d’un rouleau à pâtisserie commencer à étaler la pâte puis finir de l’étirer à la main. La pâte doit être très fine  et former un grand rectangle.
Poser les fruits dessus et refermer le boudin. Perso mon boudin faisait 40 cm de longueur.
Placer le boudin au frigo pendant au moins 1 heure pour que la pâte durcisse.
Badigeonner de jaune d’oeuf ou de lait et enfourner pour 30 minutes.
Déguster plutôt le lendemain , une fois bien refroidi, avec de la crème fraîche par exemple …