Pâte à pizza

Je suis folle de sortir de ma tanière avec les – 7 degrés qu’il y avait hier chez moi, dans la banlieue Bordelaise. On a même vu quelques flocons de neige tomber l’après – midi et ici c’est assez rare pour le souligner !
J’ai donc mis un museau dehors pour voir si c’était le printemps ( raté ), une patte, deux pattes et là j’ai entendu la phrase qui m’a fait regretter définitivement d’être sortie :   » Maman keskon mange ?  »
J’ai tout de suite pensé pizza, c’est facile et ça plait à tout le monde. Et puis je me suis rendue compte que je ne vous avais jamais posté de recette. Shame on me ( si je mets à parler Anglais on est mal, enfin vous êtes mal, moi je me comprend très bien ).
Pour la garniture, j’ai fait simple avec une sauce tomate maison, de la mozzarella et du chorizo . Mais pas n’importe lequel !
En tant que blogueuse culinaire, je suis souvent sollicitée par des marques qui me demandent de tester leurs produits et d’en parler ici. Pour être franche j’accepte rarement car je préfère vous parler de mes coups de coeur plus naturellement.
Mais là les charcuteries étaient tellement bonnes que je ne fais aucun chichis.
La maison Oliveras spécialisée dans les jambons et charcuteries Espagnols, notamment pata negra, bellota et serrano ) est un artisan affineur qui fait travailler des petits artisans depuis 1998.
J’ai pu goûter le lomo, le chorizo et le serrano et les 3 étaient de grande qualité ! Toute la famille a aimé et a été unanime, et moi qui suis une fille d’origine Espagnole ayant passé tous ces été à Malaga ( et  goûté pas mal de spécialités ) c’était pas gagné d’avance…

pizza-1344720_640
Crédit photo : Pixabay

 

Pâte à pizza

Pour 2 grandes boules de pâte ( on peut n’en faire qu’une et congeler le reste )
650 g de farine spécial pizza ( au rayon des farines / sinon une farine type 45 )
30 g de levain bio déshydraté ( en magasin bio / ca donne du moelleux à vos pains, brioches et viennoiseries / je ne peux plus m’en passer )
400 ml d’eau tiède
1 sachet de levure de boulangerie sèche ( ou 10 g de levure fraîche )
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
10 g de sel ( 1 cuillère à soupe rase )
10 g de sucre ( 1 cuillère à soupe rase )

Exemple de garniture : sauce tomate, poivrons, chorizo, origan, mozarella, emmental râpé …

Mettre la levure 10 mn dans un bol avec l’eau tiède ( pas chaude, cela tue la levure ! ).
Ensuite,je mets tout dans ma machine à pain, programme pâte ( 1H50 de pétrissage et montée ) mais vous pouvez mettre tous les ingrédients dans un robot avec un crochet puis faire monter la pâte pur qu’elle double de volume ( parfois elle triple même ), dans un endroit chaud.
Puis ensuite fariner un plan de travail et étaler la pâte dessus. Perso je l’étale directement sur du papier sulfurisé fariné pour ensuite mettre sur ma grille du four.
Vous pouvez faire une seule pizza et congeler le reste de pâte.

Quelques précisions:

Si vous avez une machine à pain avec un temps de préchauffage, ne pas mettre le sel en contact avec la levure ( comme l’eau chaude, ça tue aussi la levure ) avant que la machine s’enclencle ( donc le pétrissage ). Mettre le sel en dernier .

Après 10 mn de pétrissage, la pâte doit former une belle boule homogène, un peu élastique. Si elle vous parait trop sèche, ajouter un filet d’eau ( peu à peu ) jusqu’à ce que la pâte forme un joli pâton.

Laisser monter 1 bonne heure et demi dans un endroit chaud ( près d’une source de chaleur, dans un four éteint ou fonction  » étuve  » … )

Fettuccine boscaiola

Ciao bambina, come va ? Ah les recettes Italiennes et notamment les recettes de pâtes, je ne m’en lasse pas. Et ce n’est pas à la maison qu’ils vont se plaindre d’en manger tous les jours au moins deux fois par semaine. A part ma fille la difficile ( et l’adolescence n’arrange rien  ) qui ne jure que par le ketchup ( des fois je me demande pourquoi je m’embête à cuisiner ), chéri et mes deux garçons sont ravis de découvrir de nouvelles recettes.
Quand j’ai vu celle-çi sur mon livre  » Cuisine du monde «  en 300 recettes, j’ai mis un petit marque tapage ( vous n’avez jamais entendu le sketch de Dany Boon ? ) et je me suis  empressé de la faire. Champignons, persil, crème ( j’ai mis du soja cuisine car je limite ma consommation de produits laitiers ), vin blanc … ça m’a donné très envie !
Verdict : simple, rapide mais délicieux !

fetuccine-aux-champignons

Fettucine boscaiola

Pour 4 personnes

400 g de fettucine ou tagliatelles
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
200 g de champignons de Paris
2 gousses d’ail hachées
150 g de jambon blanc en lamelles
60 ml de vin blanc sec
300 ml de crème liquide ou crème de soja
2 cuillères à soupe de ciboulette hachées ( faute de ciboulette, j’ai mis du persil )

Faire cuire les pâtes dans une grande cocotte d’eau salée et égoutter.
Pendant ce temps, faire revenir les champignons avec l’ail et le jambon, en remuant jusqu’à ce que les ingrédients soient légèrement dorés. Ajouter le vin et faire réduire de moitié.
Ajouter la crème et baisser le feu. Laisser mijoter à découvert jusqu’à ce que la sauce épaississe légèrement.
Ajouter les herbes et les pâtes. Mélanger et servir de suite.

Bocconcinis marinés et prosciutto

Avant de reprendre la direction du lycée début septembre avec ma petite Capucine, je n’ai qu’une envie : profiter de cette belle fin du mois d’août pour prendre l’apéro avec des potes dès que la chaleur caniculaire redescend un peu ( ici aux alentours de 22 h, on commence bien évidement avant les festivités, mais ceci est un autre débat ).
J’ai découvert cette belle recette dans le grand livre Marabout de la cuisine du monde, ( 300 recettes des 5 continents ) et je ne m’en lasse pas ! Déjà 3 fois que la refais en quelques jours. La fille qui bugge un peu. Et puis vous l’avez peut être remarqué, je bloque un peu aussi sur l’Italie en ce moment. Je dois avoir la terre de mes ancêtres maternels qui me titille, et faute de pouvoir y aller…
Les bocconcinis sont des petites boules de mozzarella que l’on trouve au rayon frais et le prosciutto est tout simplement un jambon de Parme de qualité puisqu’il ne subit aucun traitement de salaison à part le séchage à l’air libre et l’affinage ( c’était la minute Wikipédia ).
Je n’ai pas mis de gousses d’ail écrasées comme dans la recette parce que je ne suis pas fan de l’ail crû et mon haleine me dit merci,mais vous pouvez vous lâcher si ça vous fait plaisir. Par contre ne zappez pas le sel au piment d’Espelette, c’est un ajout personnel mais ça fait toute la différence dans cette recette d’antispasti !

bocconcinis-marinés

Bocconcinis marinés et prosciutto

1 boîte de bocconcinis ( billes de mozzarella )
2 grandes tranches de Prosciutto ( jambon de Parme )
Huile d’olive
1 botte de basilic frais
Sel au piment d’Espelette / ou sel + 1 ou 2 pincée de piment doux
Mélange d’épices en moulin ( ici un mélange de poivres, coriandre, oignons, graines de moutarde, zeste de citron … mais un mélange d’épices pour grillades ira très bien )

Mélanger de l’huile d’olive ( 2 à 3 cuillères à soupe ) avec du sel au piment d’Espelette et quelques feuilles de basilic hachées ( et éventuellement de l’ail haché si vous aimez ). Réserver.
Couper les tranches de prosciutto en 2 dans le sens de la largeur puis en lanières. Egoutter les billes de mozzarella.
Mettre une feuille de basilic sur chaque bille de fromage et l’entourer d’une lanière de jambon. Fermer avec un pic en bois.
Verser la marinade, napper les bocconcinis sur toutes ses faces, déposer dans un plat, reverser un filet d’huile d’olive dessus puis saupoudrer à nouveau d’une pincée de sel au piment d’Espelette puis moudre un peu d’épices dessus.
Mettre au frais avant de servir.

Clafoutis aux tomates cerises, chèvre et courgettes

Même si les températures jouent au yoyo et le soleil à cache-cache, nous sommes en été depuis une dizaine de jours et qui dit été, dit en-fin la saison des tomates.
Prince de Bretagne m’a gentiment envoyé « Ma Corbeille de Tomates » une nouveauté de la gamme à découvrir ou à offrir car elle est superbe dans son coffret noir et son emballage transparent. C’est d’ailleurs une idée originale de cadeau, ça change du bouquet de fleur !
Cette jolie corbeille permet de les conserver à température ambiante car la tomate est un fruit ( et oui ma petite dame ) qui n’aime pas le froid et perd ses qualités au frigo.
Ce véritable panier gourmand est composée d’un assortiment de tomates gustatives, 100% bretonnes, sélectionnées par les producteurs Prince de Bretagne pour faire découvrir toute la diversité de la gamme tomate aux consommateurs : grappes gustatives, tomates anciennes et de couleurs et mélange de tomates cerises de couleurs.
J’ai utilisé les tomates cerises de la corbeille pour faire ce clafoutis que je réalise régulièrement et j’ai profité pour refaire une photo un peu plus flatteuse que celle prise il y a quatre ans au début du blog …

clafoutis-chèvre-tomates-cerises

corbeille-tomate-prince-de-bretagne

tetiere-cuisinons-les-legumes

Merci à Pierre de Prince de Bretagne !

Clafoutis au chèvre, courgettes et tomates cerises

1 bûche de chèvre
250 g de tomates cerises Prince de Bretagne
1 courgette ou 2 petites
Huile d’olive
3 oeufs
120 g de farine
250 ml de lait
Copeaux de beurre ( facultatif )
Sel, poivre, thym frais ou séché

Enlever des lamelles de peau aux courgettes avec un économe ( 1 bande sur 2 ). Les découper en petits dés. Les mettre dans un récipient adapté et les faire pré-cuire dans un fond d’eau au micro-ondes pendant 4 – 5 minutes.
Les egoutter dans une passoire puis faire revenir les dés de courgettes dans un peu d’huile jusqu’à ce qu’ils soient fondants.
Pendant ce temps, couper le chèvre en lamelles et le déposer au fond des ramequins ou dans un grand plat ( il ne faut pas que cela fasse une couche trop épaisse car le clafoutis va bien moins cuire )
Déposer dessus les dés de courgettes.
Battre les oeufs avec le lait puis la farine petit à petit.Saler, poivrer et rajouter du persil.
Verser la préparation sur le chèvre et les courgettes puis enfoncer les tomates cerises coupées en deux, côté bombé dessus.
Parsemer de copeaux de beurre. Saupoudrer de thym et enfourner à 180 ° pour environ 40 minutes. Le dessus doit être bien doré. Déguster tiède ou froid.

Tarte à la moutarde, poivrons et zaatar

Je kiffe cette tarte que j’ai déjà fait plusieurs fois et qui a eu beaucoup de succès chez moi. Pour tout vous avouer, on se dispute même la dernière part à chaque fois. La première fois que je l’ai réalisée, j’avais envie de faire une tarte à la moutarde classique, celle que l’on connaît tous, la célèbre version de nos mamans ( je crois que c’est une recette Tuperware phare des années 70 ou 80 ) avec des tomates fraîches, de l’emmental et des herbes de Provence ( enfin pour ma version ). Mais voilà, ce n’est pas encore la saison des tomates ( une hérésie d’en cuisiner avant l’été ! ) et j’avais des poivrons au frigo.
Pour changer un peu, j’ai fait un quadrillage avec ma pâte feuilletée bio et j’ai saupoudré de zaatar, ces épices Libanaises que j’aime beaucoup.  Mais avec d’autres herbes, ça marche aussi !

tarte-à-la-moutarde-poivrons

Tarte à la moutarde, poivrons et zaatar

1 pâte feuilletée bio ( ou 1 et demie si vous réalisez un quadrillage )
1 boîte de tomates pelées au naturel
Moutarde ( environ 2 bonnes cuillères à soupe )
Emmental râpé ( 80 à 100 g )
2 ou 3 poivrons de couleurs ( suivant la taille )
Epices zaatar ou herbes de Provence
Huile d’olive ( 2 cuillères à soupe )
Fleur de sel

Etaler la pâte au fond d’un moule à tarte. Mettre le reste au congélateur quelques minutes pour pouvoir la découper en lanières facilement pour le quadrillage.
Etaler une bonne couche de moutarde sur le fond de pâte et les bords, saupoudrer d’emmental râpé.
Avec une fourchette, déposer les tomates pelées sur une planche à découper ( garder la sauce tomates au fond de la boîte ) et les découper en tranches. Toujours avec la fourchette, déposer les tranches de tomates sur l’emmental ( jeter l’eau des tomates qui reste sur la planche ) et verser la sauce tomate de la boîte en la répartissant sur l’emmental.
Laver, couper les poivrons en deux et ôter les pépins puis les couper en fines lanières. Déposer les poivrons sur le fond de tarte puis verser l’huile d’olive. Saler. Sortir le reste de pâte feuilletée, couper des bandes de pâtes puis les déposer sur les poivrons et entrelacer pour faire un quadrillage . Saupoudrer d’épices zaatar ou d’herbes de Provence.
Enfourner pour 30 / 35 minutes à 180°.
Déguster tiède.

Cigares au chèvre, herbes et tomates séchées

Je vous ai déjà dit que j’aimais le chèvre les biquettes? Il y a des choses dans la vie comme ça dont on ne  se lasse pas et j’ai d’ailleurs toujours un stock d’environ 12 kilos dans mon frigo. Il vaut mieux ne pas manquer, j’ai transmis mon addiction à mes loulous qui se font régulièrement des tartines de chèvre arrosés d’un filet de miel quand ils ont un petit creux ( c’est mieux qu’une tartine de pâte à tartiner à l’huile de palme, hein ? ).
Si vous avez la même passion pour ce fromage de caractère, vous allez forcément aimer ces petits cigares qui se grignoter sans chichis… avec les doigts bien évidemment !

cigares-au-chèvre

Cigares au chèvre, herbes et tomates séchées

Pour 20 cigares

10 feuilles de brick
200 g de chèvre frais
120 g de crottin de chèvre bien sec
3 pétales de tomates séchées à l’huile
1 petit bouquet composé de persil, menthe et ciboulette frais
Environ 4 cuillères à soupe d’huile d’olive
Poivre du moulin ( pas besoin de sel, le fromage est déjà assez salé )

Couper les feuilles de brick en 2 et les badigeonner d’huile d’olive sur une face au pinceau.
Emincer les herbes finement. Dans un bol, mélanger le chèvre frais avec le crottin râpé à la grosse râpe. Ajouter les pétales de tomates séchées égouttées et coupées en petits morceaux, les herbes, du poivre et 1 cuillère à soupe d’huile d’olive.
Pour garnir les cigares, j’ai mis la farce au chèvre dans une poche à douille et j’ai dressé des petits boudins d’environ 4 cm sur 1,5 cm sur la feuille de brick et j’ai ensuite roulé des cigares mais on peux faire la même chose en déposant une cuillère de farce et procéder de la même manière.
Déposer sur une laque recouverte de papier sulfurisé et enfourner à 180° pour 15 minutes environ. Ils doivent être bien dorés.
Déguster de suite.

Tarte au thon, oignons et épices

Non ce n’est pas une simple tarte au thon !  Elle est même assez surprenante avec ses épices, ses raisins secs et sa coriandre ( et non ce n’est pas un tajine ). Je serais sans doute passée à côté  si ce n’était pas la recette de mon chouchou, Philippe Conticini.
Vous saviez que chaque blogueuse a son chef préféré ? Certaines ne jurent que par Christophe Felder ( toujours content sur les photos / pas comme certains /  petit message perso ), d’autres par Cyril Lignac ( hashtag regard qui tue suivi d’un Ouh là là c’est bon ça / avé l’accent ), d’autres encore par Pierre Hermé ( the king of macarons ) ou Michalak ( Christophe , pas Frédéric / faut suivre un peu ). Et bien moi c’est Fifi…
Tirée de son livre  » Le thon c’est bon  » ( vous ne verrez plus jamais la boîte de thon qui traîne dans votre placard de la même manière ), cette recette est simplissime mais mérite qu’on la goûte .

tarte-au-thon-et-épices

Tarte au thon, oignons et aux épices

Pour la pâte brisée :

200 g de farine
90 g de beurre ramolli ( pas fondu )
1 oeuf
1 pincée de sel
20 ml d’eau

Pour la garniture au thon :

400 g de thon au naturel égoutté
250 g d’oignons ou d’échalotes émincés
40 g de raisins secs blonds ( si vous n’aimez pas le sucré-salé, n’en mettez pas )
1 demi cuillère à café de cumin en poudre
1 demi cuillère à café de gingembre en poudre
2 cuillères à café de zaatar  (ou 2 pincées de thym en poudre et 2 pincées de graines de sésame )
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 cuillère à soupe de coriandre fraîche hachée
20 cl de crème fraîche ( ou de soja cuisine )
3 oeufs
Poivre du moulin
( pas besoin de sel, le thon est suffisamment salé )

Préparer la pâte brisée : au robot avec la feuille ( ou à la main ), sabler la farine avec le beurre ( action d’incorporer le beurre à la farine en malaxant du bout des doigts jusqu’à l’obtention d’un sable grossier ). Ajouter ensuite l’oeuf , le sel et l’eau ( ajouter l’eau progressivement et en filet, suivant les farines, il en faudra un tout petit moins ou un peu plus … ). Dès que la pâte forme un ensemble compact, arrêter le robot ( moins on pétrit la pâte et moins elle se rétracte à la cuisson ).
Etaler sur un plan de travail fariné et la déposer dans un moule à tarte ou comme ici un cercle de 24 cm de diamètre. Placer au frais au minimum 1 heure .
Hacher les oignons ou les échalotes en petits morceaux. Les faire revenir dans une poêle avec l’huile d’olive, les raisins secs et un filet d’eau. Quand ils sont dorés, éteindre le feu, ajouter les épices, la coriandre ciselée et un peu de poivre . Mélanger . Laisser refroidir.
Ajouter le thon égoutté et écrasé à la fourchette puis mélanger.
Déposer le mélange thon – oignons – raisins secs sur la pâte.
Battre les oeufs avec la crème et verser sur le dessus .
Enfourner pour 40 mn à 180°. Le dessus doit être bien doré.
A déguster tiède ou froide ( j’ai préféré froide ).

Potimarron rôti au zaatar

Ce n’est pas parce que les températures jouent au yoyo et qu’on a eu la semaine dernière plusieurs journées d’été Indien qu’il faut oublier les légumes d’automne. Et je déclare officiellement le potimarron roi des courges ! Ben quoi c’est mon blog et je sacre qui je veux ( vous pouvez contester sur www.jepréfèrelacitrouille.com ).
Pour sublimer ce délicieux légume dont je raffole, pas besoin de faire compliqué et rien de mieux qu’un petit tour au four avec un filet d’huile et quelques épices. Ici j’ai mis du zaatar, ces épices Libanaises très parfumées à base de thym, de sumac, origan et de graines de sésame mais vous pouvez mettre d’autres épices, ça marche aussi !

potimarron-roti-au-zaatar

Potimarron rôti au zaatar

1 potimarron
Huile d’olive ( 1 filet )
Beurre ( quelques copeaux )
Fleur de sel
Zaatar ( en épicerie Libanaise, sur internet ou chez Metro )

Couper le potimarron en deux et retirer les pépins ( je prends un grand couteau et je tape sur la lame avec un pilon en bois comme avec un marteau, c’est très facile à couper avec cette méthode ! ). Couper le potimarron en gros morceaux et le peler ( il existe des économes pour peaux dures, ils sont dentelés et c’est un jeu d’enfant du coup. On les trouve en magasin spécialisés ). On peut aussi laver le potimarron et laisser la peau. Recouper les morceaux en tranches puis les disposer dans un plat assez large ( tapissé de papier sulfurisé ) pour que les tranches ne se chevauchent pas trop.
Arroser d’un filet d’huile d’olive , de noisettes de beurre, de fleur de sel et parsemer le dessus d’épices zaatar.
Enfourner à 180° pour 30 à 40 mn en remuant régulièrement.
Servir de suite.

Cake aux coeurs d’artichauts, pignons de pin et chèvre

Quelquefois votre fierté peut dégringoler comme un château de carte avec une toute petite phrase. En moins d’une minute vous pouvez passer de la cuisinière que vous pensiez être à…. rien du tout en fait.
J’avais décidé de ne plus trop parler de ma fille sur ce blog car à chaque fois elle me réclame des droits d’auteur en Kinder maxi ( et en prime elle tronche ) mais il faut que je vous raconte mes chers lecteurs. Que vous compatissiez un peu. J’ai besoin de soutien ( comment ça je suis longue dans mon entrée en matière ??? )
Bon alors voilà : 3 ans et demi de blog à tester des recettes plus alléchantes les unes que les autres ( oui je me lance des fleurs et ça fait du bien en ce moment ) , toutes ces années à passer des heures en cuisine, à leur faire découvrir des nouvelles saveurs ou les richesses de la cuisine Française pour s’entendre dire au final :  » Moi mon plat préféré, c’est de la semoule et des Knacki  » et bien ça fiche un coup au moral ! Surtout que je n’achète jamais de Knacki !
Bande d’ingrats… La colère me fait m’égarer car il n’y a aucun rapport avec ce cake que vous grignoterez à l’apéro avec qui vous voulez mais moi personnellement sans mes morveux ( n’hésitez pas à me rejoindre sur le groupe  » Je prend l’apéro avec mes copines et je m’éclate «  ).
Ce cake est très moelleux , pas du tout étouffe-chrétien , c’est un vrai régal que j’ai trouvé sur le joli blog de Royal Chill. J’ai juste remplacé les tomates par des coeurs d’artichauts et c’était parfait.

cake-artichauts-chèvre

Ce cake a été cuit dans un moule Panibois ( modèle  » Archiduc  » )

Cake aux coeurs d’artichauts, pignons de pin et chèvre

160 g de farine
1 sachet de levure chimique
Une cuillère à café de bicarbonate de soude
50 g de d’emmental râpé
Une bonne poignée de basilic frais haché
20 g de parmesan râpé
3 œufs
130 g de yaourt nature ou de faisselle (ici du fromage blanc )
6 cuillères à soupe d’huile
1 petit bocal de coeur d’artichauts au naturel ( 240 g )
100 g de fromage de chèvre ( ici en bûche )
50 g de pignons de pins
Feur de sel et poivre du moulin
Une cuillère à café rase d’herbes de Provence
Une cuillère à café rase de paprika

Préchauffer le four à 180 °C .
Dans un récipient, mélanger les ingrédients secs : la farine, le bicarbonate, la levure, les pignons, le parmesan et l’emmental râpé.
Dans un autre récipient, battre les œufs avec le yaourt ou la faisselle ou le fromage blanc et l’huile.
Poivrer et saler selon vos goûts, ajouter le paprika, les herbes et le basilic frais haché.
Réunir les deux préparations en mélangeant le moins possible pour que la pâte conserve tout son moelleux ( même principe que les muffins ) mais il faut que le mélange soit homogène quand même et y incorporer  délicatement les coeurs d’artichauts bien égouttés et le le chèvre coupés en morceaux .
Déposer la pâte dans un moule beurré ( ou utiliser les moules Panibois avec la feuille de cuisson sans ajouter de matière grasse ).
Enfourner pour pour 50 mn environ. Enfoncer la lame d’un couteau au milieu du cake ou un pic à brochettes, elle doit ressortir sèche.
Déguster tiède ou froid.

Poulet Yassa

Fermez les yeux, aujourd’hui je vous amène en Afrique et plus précisément au Sénégal avec cette recette de poulet yassa. C’est une spécialité à base de poulet mariné dans du jus de citron, de la moutarde et de l’ail et cuit avec pas mal d’oignons. Et oui, rien de plus simple et pourtant c’est tellement bon !
Certains ajoutent les oignons hachés au moment de la marinade, ici j’ai choisi comme d’autres versions de les mettre après. Après une nuit au frigo, la viande  marinée est très parfumée . Et comme toutes les recettes à base de citron, on a beaucoup aimé …

poulet-yassa

Poulet Yassa

1 poulet coupé en morceaux ( ici 8 hauts de cuisses )
5 oignons moyens
3 citrons verts
3 cuillères à soupe de moutarde à l’ancienne ( ou 2 cuillères à soupe de moutarde forte )
2 gousses d’ail
2 cubes de bouillon de volaille
1 pincée de piment en poudre
4 cuillères à soupe d’huile d’olive
Curcuma ( facultatif, pour la couleur )
Sel

Couper le poulet en morceaux. Presser les citrons et mélanger le jus avec la moutarde et l’ail haché . Verser sur le poulet dans un plat creux. Couvrir avec du film alimentaire et déposer au frigo pendant plusieurs heures ( ici une nuit ).
Le lendemain, hacher les oignons en petits morceaux et les faire rissoler dans l’huile . Ajouter un fond d’eau et les cubes de bouillon de volaille.
Quand les oignons sont tendres, ajouter le poulet avec la marinade, le piment et le sel.
Laisser mijoter à couvert pendant environ 30 à 40 mn jusqu’à ce que le poulet soit bien cuit en remuant régulièrement. A la fin, saler et ajouter une ou deux pincée de curcuma . Remuer et servir de suite avec du riz ou de la semoule.