Gaspacho de concombre au Philadelphia

L’été est un peu en avance sur Bordeaux et les chaleurs m’incitent à cuisiner frais et léger comme ici avec ce gaspacho de concombre onctueux et parfumé grâce aux petits dés de fêta et ces saveurs de menthe .
A vous d’adapter les quantités de crème et de Philadelphia que vous voulez mettre car il peut être plus ou moins crémeux selon vos goûts ( je dis ça car chéri n’aime pas le lait et du coup il a moyennement aimé contrairement à moi … ).
Ne zappez pas le citron car il balance justement le côté lacté de ce gaspacho et n’hésitez pas pour plus de gourmandise à ajouter à vos verrines ou assiettes des billes de chèvre frais enrobées de ciboulette hachée.
Je n’invente rien car c’est de cette façon que nous avons servi ce gaspacho de concombre au restaurant où je suis en stage en ce moment et d’ou je tire cette belle recette.

IMG_5401

Gaspacho de concombre au Philadelphia

Pour 4 verrines

1 concombre
1 cuillère à soupe de Philadelphia
Entre 6 et 8 cuillères à soupe de crème liquide (suivant les goûts )
1/2 cuillère à café rase de zeste de citron bio râpé finement
1 petite tomate
1 petit morceau de Féta
Sel, poivre , piment d’Espelette ou Paprika
2 ou 3 feuilles de menthe

Peler et couper le concombre en 2. Oter un peu les pépins ( légèrement car il faut laisser aussi la chair ) . En garder un petit bout pour la brunoise ( la brunoise étant des petits dés réguliers de 1 cm de côté )
Couper la tomate en 2 et ôter le coeur et les pépins. Couper la tomate en brunoise. Couper la Féta aussi en brunoise de la même dimension.
Dans un blinder mettre le concombre avec la crème, le Philadelphia, le zeste de citron, du sel, du poivre et un peu de piment d’Espelette ( une pincée ).
Mixer et goûter pour rectifier l’assaisonnement si besoin.
Mettre le gaspacho dans des assiettes creuses ou des verrines. Poser dessus avec une cuillère à café la brunoise de concombre et de tomate puis la fêta. Ciseler la menthe et saupoudrer sur les gaspachos.
Déguster bien frais.

Spanakopita à la féta

En Grèce il n’y a pas que les feuilles de vignes farcies et la moussaka. Si vous avez la chance d’aller faire un petit voyage dans cette magnifique île , vous allez sans doute goûter une de leur spécialité un peu moins connue :  des petits chaussons salés farcis aux épinards que l’on déguste traditionnellement en mezzé ( entrée  ), appelés plus  » simplement  » les spanakopitas  » ( à répéter 10 fois de suite avec un chausson dans la bouche… ).
Parfois composés comme ici de féta et d’olives noires, il existe différentes versions avec de la pâte filo par exemple. On peut les faire aussi sans fromage, c’est vous qui voyez mais personnellement je trouve que c’est la fêta qui leur donne ce goût si particulier et du coup tout leur charme.
Faute de pouvoir voyager , j’ai pioché cette recette dans le livre de Julie Andrieu ,  » Julie cuisine le monde  » et comme pour mon premier essai ( souvenez vous , c’était le meatloaf de viande ) je n’ai pas été déçue .
J’ai juste opéré quelques modifications ( comme d’habitude ) et mis un peu plus de fromage car j’adore ça et je trouve que l’association avec les épinards est vraiment délicieuse .
Comme dit Julie, n’écrasez  pas trop  la fêta car c’est très agréable de tomber sur des morceaux un peu gros quand on déguste ces petits chaussons !

_MG_4603

Spanakopita à la féta

Pour une douzaine de spanakopita

Entre 350 g et 400 g de pâte brisée
400 g d’épinards
1 quinzaine d’olives noires dénoyautées
2 oeufs
250 g de fêta égouttée
2 cuillères à soupe d’oignons frits
2 cuillères à soupe de persil haché
Poivre 5 baies
Huile d’olive

Dans un grand faitout, faire cuire les épinards avec un petit fond d’huile . Ils vont réduire beaucoup.
Egoutter si nécessaire.
Ecraser la fêta à la fourchette avec les oeufs ( sans trop broyer , il faut laisser des petits morceaux ). Ajouter les olives noires coupées en morceaux, les oignons frits, le persil haché et du poivre . Ne pas saler ( à cause des olives et du fromage qui le sont déjà ).
Mélanger le mélange oeufs – fêta avec les épinards.
Former des carrés de 10 cm de côté avec la pâte brisée préalablement étalée.
Mettre de la farce aux épinards au centre de chaque carré et rabattre chacun des côtés sans souder complètement .
On peut dorer au jaune d’oeuf la pâte .
Enfourner pour 30 minutes à 180° et déguster tièdes .

Taboulé de quinoa aux févettes, menthe et féta

Un petit taboulé aux « graines d’or  » comme on surnomme le quinoa en Equateur par les peuples Andins . J’ai trouvé délicieuse l’association avec les févettes, la feta et la menthe . Une salade toute en fraîcheur dénichée dans le numéro de saveurs du mois de Juillet – août .
Je suis la seule à aimer le quinoa chez moi, c’est bien dommage mais du coup j’ai le saladier entier . Ce n’est pas grave, je ne m’en lasse pas …

taboulé-de-quinoa-aux-févettes

Taboulé de quinoa aux févettes, menthe et féta

Pour 4 personnes

300 g de quinoa
10 – 12 radis roses ( suivant la taille )
150 g de féta
1 petit bouquet de menthe fraîche
1/2 citron bio
4 cuillères à soupe d’huile d’olive
200 g de févettes écossées
1/2 cuillère à café de piment d’Espelette
sel, poivre

Equeuter les radis et les laver. Les détailler en tranches fines.
Rincer le quinoa puis le faire cuire dans 2 fois son volume d’eau bouillante salée. Bien égoutter puis laisser refroidir.
Plonger les févettes dans une grande quantité d’eau bouillante salée pendant 4 minutes puis les plonger de suite dans de l’eau froide.
Egoutter.
Couper la féta en cubes . Rincer et sécher la menthe puis la hacher.
Râper finement le zeste du demi – citron et presser le jus.
Mélanger les le quinoa avec les féves, les radis, la menthe et la féta. Verser l’huile d’olive et le jus de citron suivant les goûts.
Saler, poivrer et ajouter un peu de piment d’Espelette.

Frittata à la féta, tomates cerises et basilic

Pour ceux qui ne connaissent pas, la frittata est une omelette italienne à laquelle on peut ajouter toutes sortes d’ingrédients: des légumes mais aussi du fromage, des olives, des herbes, de la viande et même du poisson. En fait c’est un peu le principe des oeufs cocotte en France, on y ajoute ce que l’on veut . C’est d’ailleurs bien pratique pour accommoder les restes chez moi le dimanche soir. Frittata vient du mot « frit » et la manière classique de la cuire est de commencer à la poêle puis de terminer la cuisson au grill du four . Mais de nombreux Italiens font leur frittata au four tout simplement. C’est très pratique et ça permet de vaquer à d’autres occupations.
C’est cette version que je vous propose. L’ajout de crème dans la base donne beaucoup de moelleux . Elle est fondante , parfumée et très facile à préparer . Ici la frittata est en modèle mini , c’est plus sympa dans l’assiette…

frittata-feta-tomates-cerises

 

Frittata à la féta, tomates cerises et basilic

Pour 6 mini- frittata

5 oeufs
100 g de feta
6 tranches très fines de poitrine de porc fumées
1 cuillère à soupe de basilic hâché
100 ml de  crème de soja cuisine ( ou de crème fraîche )
9 tomates cerises
poivre

Préchauffer le four à 180° ou thermostat 6.
Couper les tranches de poitrine en 2 et tapisser les moules à muffins ( ici j’ai utilisé un moule en silicone avec 6 empreintes à tartelettes ). Veiller à ce que ce soit des moules ayant une contenance de 180 ml sinon en cuisant cela va déborder …) . Remplir les moules au 3/4 , pas plus . Inutile de les graisser.
Emietter la féta au milieu. Battre les oeufs avec le poivre, la crème de soja ( ou crème fraîche ) et le basilic . Inutile de saler.
Verser ce mélange sur la poitrine de porc dans les moules. Couper les tomates cerises en 2 et déposer 3 moitié de tomates sur chaque frittata.
Enfourner pour 25 minutes.  Attendre 5 mn et servir aussitôt .