Pain faluche ( pour pan Bagnat et autres sandwichs )

J’attend le retour de la chaleur ( il est où le printemps ? ) pour vous proposer des vrais Pan bagnat sur les marchés où je travaille avec Capucine . Attention pas le pan Bagnat avec de la mayonnaise ( non ça c’est pour les touristes) l’authentique, le traditionnel, avec du pain imbibé à l’huile d’olive et une salade Niçoise à l’intérieur.
Pour la petite histoire, les ménagères et notamment les femmes des marins utilisaient des morceaux de pain rassis qu’elles imbibaient d’eau, de jus de tomates ou d’huile d’olive pour les plus riches ( Pan Bagnat signifie  » pain mouillé  » ) , avant de les placer avec leur salade de thon dans un récipient en plastique frotté avec une gousse d’ail. De là est né le célèbre sandwich vendu à Nice sur toute la côte d’Azur.
J’ai trouvé que le pain faluche ( je sais il y a plus glamour comme nom / ça fait un peu paluche , allez on dira que ce pain est une grosse paluche ) qui est un pain traditionnel du Nord pas de Calais était idéal  pour la confection du Pan Bagnat  car c’ est un pain blanc, moelleux et un peu dense. Il n’est ni vraiment rond, ni vraiment plat, il ressemble d’ailleurs un peu à un ballon de football écrasé…
Et pour la recette du Pan Bagnat, c’est par ici

pain-faluche

Pains faluches

Pour 5 pains

600 g de farine
1 cuillère à café de sel
25 g de levure de boulangerie fraîche ( ou 3 cuillère à café de levure sèche)
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
180 ml d’eau
180 ml de lait

Mettre les ingrédients dans la MAP et lancer un programme  » pâte  » ( s’il y a un temps de préchauffage, mettre le sel au dernier moment quand les pâles commencent à tourner ), ou mélanger tous les ingrédients dans un saladier (ou au robot) jusqu’à obtenir une pâte souple et homogène. Laisser lever 1h30.
Verser la pâte sur un plan légèrement fariné, la diviser en 5 et faire des boules. Aplatir avec la paume de la main. Laisser lever de nouveau une bonne heure.
Badigeonner à l’huile d’olive délicatement, saupoudrer d’un peu de farine puis enfourner dans un four préchauffé à 180°C pendant 15 / 18 minutes environ (les faluches doivent rester blanches).
Laisser refroidir , les couper en 2 et les garnir au choix.

Pains à hot-dog

Si vous vous promenez à New-York, vous ne pourrez pas passer à côté des chariots à hot-dog colorés qui se trouvent  à chaque coin de rue. Vous pourrez déguster ce sandwich très populaire aux Etats – Unis ( encore plus consommé que le burger ! ) avec très souvent, une compotée d’oignons, de la salade, des tomates, du relish ( sauce à base de concombre ou de cornichon introuvable en France ), une bonne moutarde légèrement acidulée et du ketchup si vous le souhaitez.
Bien sûr il ne faut pas oublier la saucisse , une sorte de Knacki que personnellement je n’achète jamais. Elle est plutôt bonne au goût, ce n’est pas la question mais il ne faut pas regarder la composition. Attention je ne deviens pas une psycho-rigide traquant les ingrédients sur les étiquettes, mais je fais attention c’est un peu différent .
Donc pour le pain on oublie ceux du commerce bourrés d’additifs, on met la main à la pâte, et pour la garniture on ajoute ce que l’on veut ( laissez marcher votre imagination et vos goûts ) mais de la qualité s’il vous plait !
Merci encore à Delphine pour la recette.

pains-a-hot-dog
Source : Cuisine Américaine

Pains à hot-dog

Pour 6 pains

350 g de farine type 55
1 cuillère à café de levure de boulangerie sèche
2 cuillères à soupe de sucre en poudre
1 cuillère à café de sel
25 g de beurre
70 ml d’eau
100 ml de lait
2 jaunes d’oeufs

Pour le dessus :

2 cuillères à soupe de lait ou du blanc d’oeuf mélangé avec un peu d’eau
Graines de pavot ou flocons d’avoine ou graines de sésame

On peut faire la pâte au robot en mettant tous les ingrédients avec le crochet et quand elle est bien homogène ( au bout de 15 mn environ ) , la mettre dans un récipient pour la faire monter pendant 1H30 puis reprendre à l’étape 2 ( ci-dessous )

A la machine à pain :
1 ) Mettre dans la cuve la farine avec le sucre, le sel, le beurre en petits morceaux, l’eau et les jaunes d’oeufs.
Faire tiédir ( pas chaud ) le lait et ajouter la levure. Mélanger .
Enclencher le programme  » pâte  » qui pétrit, fait lever mais ne cuit pas ( il dure 1H50 ). Quand les pâles de la machine à pain se mettent à tourner ( quelquefois il y a 15 mn de préchauffage ), ajouter le lait et la levure ( le sel et la levure ne doivent pas être ensemble avant le pétrissage ). Vérifier au bout de 15 / 20 mn que la pâte est homogène et forme une belle boule. Toucher avec le doigt, la pâte ne doit pas coller . Ajouter un petit peu de farine si besoin.
Laisser le programme finir puis sortir la pâte.

2)Découper 6 morceaux de pâte de 100 g. Rouler en 6 boudins assez fins de 15 cm de long . Déposer sur une plaque recouverte de papier sulfurisé, recouvrir d »un torchon et laisser monter à nouveau 1H30 ( j’ai mis sur des moules à baguette pour qu’ils ne s’étalent pas ).
Badigeonner les pains avec du lait au pinceau et saupoudrer de graines au choix.
Enfourner à 180° pendant 15 mn.

Cheese naan

Quand j’étais en formation «  cuisine nomade  » l’année dernière , j’ai rencontré Delphine , une passionnée de cuisine Indienne .
Depuis des mois elle cherchait LA recette des cheese naan au fromage et quand je dis LA recette je veux dire THE recette ( oui c’est plus fort en Anglais ) , celle qui effacerait tous ses essais et tentatives plus ou poins ratées .
Jamais une recette testée n’était à la hauteur de ses espérances. Je pense d’ailleurs qu’elle est la championne et la geek internationale de la recherche Google à ce sujet . C’est simple quand si on lui ouvre internet , elle tape  » Naan  » systématiquement .
Moi de mon côté à part en avoir goûté au restaurant Indien et beaucoup aimé, je ne pouvais pas lui être d’une grande aide .
Nous avons fini notre formation en septembre et je lui ai dit de me tenir au courant si elle trouvait le Graal . Et puis un jour j’ai reçu un mail : elle avait trouvé le bon dosage , la bonne manière, la bonne cuisson … ( oui parce qu’il paraît le secret de la réussite est le four à naan mais va trouver l’engin , toi )
Du coup de mon côté je n’ai eu juste qu’à tester sa recette et vous la dévoile à mon tour ( avec son accord bien sûr ).
J’avais un peu peur que la pâte soit compliquée à travailler ou que ce soit super long mais que nenni ! Simplicité , efficacité , déliciosité ( quoi j’invente des mots ), je mets cette recette dans mes favoris, tout simplement !
A tester avec un poulet Korma par exemple . Dépaysement assuré …

cheese-naan

Cheese naan

Pour 8 cheese naan

500 g de farine bio si possible
1 œuf
50 g d’huile de tournesol ( ici huile de pépins de raisin )
1 cuillère à café de sel
1 cuillère à soupe de sucre
1 yaourt nature type bulgare ( ici  » Perle de lait  » )
10 g de levure boulangère fraîche de boulangerie mélangée avec 150 g d’eau tiède ( pas chaud !!! )
1 pinçée de levure chimique
16 portions de vache qui rit ( soit 2 par naan )

Pour la finition:

Huile d’olive
Coriandre fraîche

Mettre la farine dans un saladier, creuser un puits au centre et y mettre tous les ingrédients ( sauf la vache qui rit ). Mélanger à la main: il faut obtenir une pâte homogène tout en la travaillant le moins possible.
Recouvrir le saladier d un film alimentaire et laisser reposer 30 minutes à température ambiante ( pour moi 2 heures ).
Sur un plan de travail fariné,former 8 boules de pâte à naan d environ 110 g et les étaler avec la paume de la main sur un diamètre de 10 cm environ. Placer 2 vache qui rit au milieu des disques de pâte et rabattre la pâte de manière a former des aumônières. La pâte doit être bien soudée. Retourner les aumônières et les rouler sous la paume de la main pour reformer une belle boule bien fermée avec le fromage à l’intérieur. Laisser reposer 30 minutes à température ambiante.
Vérifier que le plan de travail est toujours fariné. Étaler chaque boule avec un rouleau à pâtisserie sur un diamètre de 15 cm ( attention a ne pas faire sortir le fromage ).
Faire chauffer une poêle sans matière grasse sur feu moyen et quand elle est chaude , poser un naan au milieu de la poêle ( 1 naan par poêle ). Faire dorer pendant 2 minutes environ et retourner le naan . Couvrir la poêle pour cuire le 2ème côté et refaire cuire environ 2 minutes . La cuisson totale dure environ 4 ou 5 minutes par naan.
Eteindre la poèle , attendre qu’elle refroidisse une ou deux minutes et reprendre la cuisson du reste des naan ainsi ( pour ne pas qu’il brûlent ).
Déguster de suite bien chaud , badigeonnés d’huile d’olive au pinceau et de la coriandre fraîche hachée.
Je pense que si vous les cuisez tous d’un coup, il est possible de les mettre dans un four tiède recouverts de papier aluminium, pour ne pas qu’ils refroidissent le temps de servir tout en même temps .

Sirop de citron

Je vous avais promis que je reviendrai avec des recettes au citron car ma petite récolte personnelle m’a donné une bonne dizaine de citrons très parfumés . Ce sirop comme celui à la menthe ( recette ici ) a fait l’unanimité . Un peu plus liquide que celui du commerce mais bien meilleur au niveau du goût, il m’a définitivement convaincue d’arrêter d’acheter les industriels … En plus il fait soif car les températures sur Bordeaux en ce moment sont plus que douces . 24 degrés un 21 octobre c’est pas mal , non ?

sirop-de-citron

Sirop de citron

Pour les 3/4 d’une bouteille d’un litre

500 g de citron non traités ( ou 4 gros citron )
500 de sucre
25 cl d’eau

Faire chauffer l’eau avec le sucre dans une casserole et porter à ébullition sur feu doux.
Prélever les zestes de tous les citrons. Les ajouter dans le sirop de sucre bouillant et faire mijoter 5 min.
Presser les citrons. Verser le jus dans la casserole avec le sirop. Mélanger et arrêter le feu.
Laisser refroidir puis mettre à macérer 24 heures. Filtrer et mettre dans une bouteille en verre. Conserver au frigo .

Sirop de menthe maison

On est des gros consommateurs de sirop de menthe et j’avais depuis longtemps envie de me lancer dans l’aventure du sirop  maison. C’est chose faite avec celui-ci au bon parfum de chlorophylle . Il faut avoir une grosse quantité de menthe pour le faire mais cela en vaut vraiment la peine car il est vraiment meilleur et plus parfumé que celui du commerce …

sirop-de-menthe

 

Sirop de menthe maison

2 grosses bottes de menthe poivrée fraîche ( il faut environ 250 g de feuilles, pas moins)
500 g de sucre semoule
50 cl d’eau
Quelques gouttes de colorant alimentaire vert

Récupérer les feuilles sur les bottes et les rincer sous l’eau dans une passoire fine. Egoutter.
Dans une casserole , faire chauffer l’eau avec le sucre et les feuilles de menthe.
Porter à ébullition et faire cuire à petits bouillons pendant 10 mn.
Couper le feu et laisser refroidir complètement dans la casserole. Laisser infuser pendant 24 heures .
Le lendemain, faire tiédir pour dissoudre le sucre déposé sur les feuilles de menthe et filtrer l’infusion  à l’aide d’un filtre à café ( c’est un peu long ) ou un torchon propre .
Mettre en carafe et ajouter quelques gouttes de colorant alimentaire .Remuer et  garder au frais maximum 1 mois.