Feuilletés au chèvre et épinards

Comment tenir un blog ( qui se fait rare ), travailler la semaine ( le food truck ), travailler les week-end ( le food truck again ), tenir une maison ( ma famille vaisselle a besoin d’aide ), nourrir une tribu ( qui n’aime part grand chose à part les pâtes et les frites ), les copains de la tribu ( eux toujours contents ), un chat ( pénible ), une tortue ( vorace ), faire des recettes pour le Sud Ouest gourmand ( très belle expérience ), tout ça avec le sourire ? Je ne sais pas. Avec une bonne dose de café journalière, du bon chocolat ( noir of course ), un bol d’air régulier à l’océan, des promenades pieds nus dans le sable, un disque de U2, des rigolades entre potes, le sourire des clients, un peu beaucoup d’insomnie … et sûrement un peu de  folie.
Cette recette ultra facile ( même pas besoin de moule ) est la première d’une petite série que j’ai faite pour le journal le Sud Ouest Gourmand parue dans le dernier hors série de juin.

feuilletés-chèvre-épinards

Feuilletés au chèvre et épinards :

Pour une douzaine de feuilletés, préparation 30 mn, 25 à 30 minutes de cuisson

Entre 350 g et 400 g de pâte feuilletée pur beurre
400 g d’épinards frais
1 grosse bûche de chèvre ( ou 2 petites )
Oignons frits
Crème fraîche
Sel
Poivre 5 baies
Huile d’olive

Pour dorer :

1 jaune d’oeuf
1 cuillère à soupe de crème fraîche

Dans un grand faitout, faire cuire les épinards avec un petit fond d’huile, un peu de sel et de poivre . Les épinards vont réduire beaucoup, c’est normal.
Egoutter si nécessaire. Ils ne doit pas y avoir de jus.
Formez des carrés de 10 cm de côté avec la pâte feuilletée préalablement étalée. Déposez les carrés de pâte sur du papier sulfurisé étalé sur une plaque de cuisson ( ou une grille ).
Mettre de la farce aux épinards au centre de chaque carré, un peu de crème, saupoudrez d’oignons grillés puis déposer une belle rondelle de chèvre. Rabattre chacun des côtés sans souder complètement .
Mélanger le jaune d’oeuf avec la crème et dorer au pinceau .
Enfourner pour 30 minutes à 180°. Déguster de suite .

Tarte au thon, oignons et épices

Non ce n’est pas une simple tarte au thon !  Elle est même assez surprenante avec ses épices, ses raisins secs et sa coriandre ( et non ce n’est pas un tajine ). Je serais sans doute passée à côté  si ce n’était pas la recette de mon chouchou, Philippe Conticini.
Vous saviez que chaque blogueuse a son chef préféré ? Certaines ne jurent que par Christophe Felder ( toujours content sur les photos / pas comme certains /  petit message perso ), d’autres par Cyril Lignac ( hashtag regard qui tue suivi d’un Ouh là là c’est bon ça / avé l’accent ), d’autres encore par Pierre Hermé ( the king of macarons ) ou Michalak ( Christophe , pas Frédéric / faut suivre un peu ). Et bien moi c’est Fifi…
Tirée de son livre  » Le thon c’est bon  » ( vous ne verrez plus jamais la boîte de thon qui traîne dans votre placard de la même manière ), cette recette est simplissime mais mérite qu’on la goûte .

tarte-au-thon-et-épices

Tarte au thon, oignons et aux épices

Pour la pâte brisée :

200 g de farine
90 g de beurre ramolli ( pas fondu )
1 oeuf
1 pincée de sel
20 ml d’eau

Pour la garniture au thon :

400 g de thon au naturel égoutté
250 g d’oignons ou d’échalotes émincés
40 g de raisins secs blonds ( si vous n’aimez pas le sucré-salé, n’en mettez pas )
1 demi cuillère à café de cumin en poudre
1 demi cuillère à café de gingembre en poudre
2 cuillères à café de zaatar  (ou 2 pincées de thym en poudre et 2 pincées de graines de sésame )
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 cuillère à soupe de coriandre fraîche hachée
20 cl de crème fraîche ( ou de soja cuisine )
3 oeufs
Poivre du moulin
( pas besoin de sel, le thon est suffisamment salé )

Préparer la pâte brisée : au robot avec la feuille ( ou à la main ), sabler la farine avec le beurre ( action d’incorporer le beurre à la farine en malaxant du bout des doigts jusqu’à l’obtention d’un sable grossier ). Ajouter ensuite l’oeuf , le sel et l’eau ( ajouter l’eau progressivement et en filet, suivant les farines, il en faudra un tout petit moins ou un peu plus … ). Dès que la pâte forme un ensemble compact, arrêter le robot ( moins on pétrit la pâte et moins elle se rétracte à la cuisson ).
Etaler sur un plan de travail fariné et la déposer dans un moule à tarte ou comme ici un cercle de 24 cm de diamètre. Placer au frais au minimum 1 heure .
Hacher les oignons ou les échalotes en petits morceaux. Les faire revenir dans une poêle avec l’huile d’olive, les raisins secs et un filet d’eau. Quand ils sont dorés, éteindre le feu, ajouter les épices, la coriandre ciselée et un peu de poivre . Mélanger . Laisser refroidir.
Ajouter le thon égoutté et écrasé à la fourchette puis mélanger.
Déposer le mélange thon – oignons – raisins secs sur la pâte.
Battre les oeufs avec la crème et verser sur le dessus .
Enfourner pour 40 mn à 180°. Le dessus doit être bien doré.
A déguster tiède ou froide ( j’ai préféré froide ).

Tourte aux pommes et sirop d’érable

Dans la série des gâteaux dont je rêvais depuis longtemps, il y avait la tourte aux pommes. Je me l’imaginais avec une bonne pâte sablée maison à l’amande, une garniture de fruits épaisse et fondante, pas trop sucrée et une touche discrète de cannelle ( ils ne sont pas fan à la maison mais j’en mets quand même un peu / c’est qui la chef ? ).
Du coup je me suis mise à chercher le graal sur le net pour trouver la recette parfaite à mon goût. J’ai pioché par ci par là, j’ai changé le sucre par du sirop d’érable pour une touche originale ( c’est ma copine Delphine qui va être contente ) et j’ai testé. D’habitude quand je me lance dans une recette à ma sauce, j’ai besoin de quelques essais avant de vous la présenter ( plusieurs fois, oui j’avoue ) mais là j’ai été convaincue du premier coup . Et vous verrez la pâte est juste top et très facile à étaler. Elle ne se déchire même pas !
D’ailleurs je n’ai pas été la seule à l’apprécier car elle n’a pas passé l’après -midi.
Mon fils aîné qui n’est pas du tout gourmand d’habitude et qui goûte rarement mes gâteaux en a pris plusieurs fois. Il l’a même finie dès que j’ai eu le dos tourné.
Moi qui avait envie de m’en resservir une part le soir devant la télé ( oh ça va, hein  ),  je n’ai trouvé qu’une assiette vide avec quelques miettes, un raisin sec et une lamelle de pomme collée sur le bord.
Un grand moment de solitude, quoi …

tourte-aux-pommes-sirop-d'érable

Tourte aux pommes et sirop d’érable

Pâte sablée :

300 g de farine
120 g de beurre
50 g de sucre
1 oeuf
1 pincée de fleur de sel
2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre ( si possible bio / le vinaigre donne du croustillant et une belle texture à la pâte / ne zappez pas ! )
2 ou 3 cuillères à soupe d’eau froide

Garniture aux pommes :

6 belles pommes à cuire de saison
100 g de sirop d’érable
60 g de raisins secs
1 pincée de cannelle
1 pincée de fleur de sel
4 cuillères à soupe de crème fraîche semi épaisse à 18 % de matières grasses
Un peu de confiture ou de nappage abricots

Perso je fais la pâte au robot mais vous pouvez la faire à la main . Dans la cuve du robot avec la feuille , mettre la farine avec le beurre froid coupé en petits morceaux. Faire tourner doucement jusqu’à ce que le mélange devienne sableux. Ajouter le sucre, l’oeuf, la pincée de sel et le vinaigre. Mélanger et quand la pâte commence à s’amalgamer, ajouter l’eau froide comme suit : une cuillère , laisser pétrir puis une autre etc… jusqu’à ce que la pâte forme un ensemble compact. Arrêter de suite le robot car moins on travaille la pâte, moins elle se rétractera à la cuisson.
Etaler la pâte sur une feuille de papier sulfurisée puis la retourner dans un moule ( ici un cercle beurré de 24 cm ) et garder le surplus pour faire le dessus de la tourte. Etaler le reste de pâte pour faire soit des motifs comme ici avec un emporte pièce ou des bandes pour faire des croisillons. On peut aussi simplement recouvrir la tourte de pâte . Mettre les pâtes au frigo le temps de préparer le reste.
Peler, épépiner et couper les pommes en fines tranches ( c’est important ). Les mettre dans un wok ou une cocotte anti-adhésive avec le sirop d’érable, la cannelle, les raisins secs et la pincée de sel. Faire compoter sur feu doux en remuant sans arrêt jusqu’à ce que les pommes aient rendues toute leur eau ( ça peut prendre du temps, une bonne vingtaine de minutes suivant la variété des pommes ).
Laisser refroidir complètement.
Sortir le fond  de pâte du frigo et percer avec une fourchette. Verser les pommes confites dessus et tasser avec le dos d’une fourchette.
Verser la crème fraîche dessus, lisser.
Déposer le reste de pâte comme vous voulez et enfourner pour 40 mn à 180°.
Sortir la tourte et badigeonner le dessus avec de la confiture ou un nappage abricot ( j’ai mis ce que j’avais dans le frigo, c’est à dire de la confiture de figues ).
Déguster tiède ou froid.

Tarte Normande aux pommes

Le matin je suis très maladroite ( il existe une expression très poétique qui dit la tête dans les fesses mais je préfère dire mal réveillée ) et je fais tout tomber. Ou alors ce sont les objets qui me jouent de mauvais tours. Comme la poignée du mug qui lâche brutalement pendant le transport de la cuisine à la table. Avec le café bouillant dedans bien sûr. Sinon il n’y aurait aucun intérêt pour mes spectateurs. En général il n’y a que le chat qui trône tel un sphinx sur le buffet et bien qu’il ne bouge qu’une demie moustache sans laisser rien paraître, je le soupçonne de bien se marrer à l’intérieur.
Mais vous vous demandez bien quel rapport avec cette sympathique tarte Normande aux pommes, et bien il n’y en a pas. Je ne vais pas me mettre à confectionner des gâteaux de bon matin pour les retrouver sur mes chaussons !
D’ailleurs la précision sur le fruit qui compose cette tarte  n’est pas utile car une tarte Normande est toujours aux pommes. Le reste c’est de la revisite ( oui je sais pour une blogueuse culinaire qui est toujours en train de modifier les recettes je ne devrais pas trop ramener ma poire / enfin ma pomme ).
Avec une pâte sablée maison ( si possible / mais si c’est possible ) elle est très simple mais vraiment délicieuse . A refaire sans tarder.

tarte-Normande

HARIBO

Le sphinx ( mon chat Haribo )

Tarte Normande aux pommes

1 pâte sablée ( recette ici )
4 pommes à cuire
20 cl de crème fraîche
70 g de sucre
4 oeufs
50 g de Maizena ou de poudre d’amandes ( ici de la Maizena )
1 cuillère à soupe de Calvados ou de rhum vieux
Quelques gouttes d’extrait de vanille
Sucre glace pour le dessus ( facultatif )

Préparer la pâte sablée et l’étaler dans un moule à tarte ( ici un moule à manqué de 24 cm ). On peut réaliser des sablés avec les chutes. Mettre au frais 30 mn.
Peler et couper les pommes en cubes. Les disposer sur la pâte et enfourner 10 mn à 180° pour précuire la pâte et les pommes.
Battre les oeufs avec la crème fraîche. Ajouter le sucre, la Maizena, la vanille et l’alcool. Si l’appareil a des grumeaux, donner un petit coup de mixeur plongeur.
Sortir la tarte et verser la crème aux oeufs. Remettre au four pendant 45 à 50 mn. Le dessus doit être doré et la crème bien cuite .
Laisser refroidir et mettre au frais avant de déguster.

Ficelles Picardes

Avant de recevoir des commentaires du comité de la ficelle Picarde , je tiens à préciser que je SAIS que la véritable recette ne contient pas de béchamel, mais on m’a soufflé dans l’oreillette qu’on pouvait en mettre à la place de la crème fraîche alors j’ai décidé de mettre les deux ( crème fraîche  + béchamel  / vous me suivez ou bien ? )
Toujours plus je sais, mais on ne va pas chipoter avec ce qui est bon !

ficelles-Picardes

Ficelles Picardes :

Pour une dizaine de crêpes :

Pour la pâte à crêpes :
250 g de farine
1/2 l de lait
3 oeufs
1 pincée de fleur de sel

Pour la Duxelles de champignons :
500 g de champignons de Paris frais
1 échalote ou un oignon haché
20 g de beurre
1 pincée de fleur de sel, poivre

Pour la garniture :
6 tranches de jambon de Paris
10 cuillères à soupe de béchamel maison
Emmental râpé
Crème fraîche

Préparer la pâte à crêpe en mélangeant les œufs avec la farine tamisée, et diluer avec le lait. Assaisonner avec la pincée de sel. S’il y a des grumeaux, donner un petit coup de mixer à bras.
Laisser reposer la pâte à crêpe et préparer la duxelles de champignons : laver les champignons et les hacher au mixer. Faire revenir dans le beurre l’échalote ou ciselée l’oignon haché, ajouter les champignons. Assaisonner avec le sel, le poivre et laisser cuire à feu moyen en remuant afin que les champignons rendent toutes leur eau. Une fois la duxelles cuite, ajouter la béchamel et vérifier l’assaisonnement.
Faire cuire les crêpes dans une poêle légèrement huilée en les laissant légèrement dorer.
Pour le montage des ficelles picardes il faut étaler une crêpe, y déposer la farce aux champignons puis rouler la crêpe et la déposer dans un plat à gratin. Procéder ainsi avec toutes les crêpes. Verser dessus de la crème fraîche et de l’emmental râpé.
Enfourner dans le four sur position grill jusqu’à ce que le dessus soit bien doré.
Servir bien chaud avec une salade.

One pot pasta { Carbonara }

Je suis très longue à me mettre aux modes culinaires. C’est pour cela que je viens juste de tester le concept venu tout droit des States ( dans ma bouche ce mot est ridicule mais bon … ) du One pot pasta .
Pour ceux et celles qui seraient passées à côté ( vous étiez sur quelle planète ces derniers mois ? ) je vous explique en quelques mots : au lieu de faire cuire ses pâtes et de préparer une sauce à part, on mets tous les ingrédients dans la même cocotte et on fait cuire tout en même temps sans se prendre le choux ( mais on peut en mettre dedans si on aime ) .
A la fin il ne doit en rester qu’un on obtient un plat de pâtes en sauce à la manière d’un risotto .
Les avantages :  c’est pratique, ça évite de la vaisselle et ça donne un résultat très oncteux.
Les inconvénients: ce n’est pas la cuisson des pâtes dans les règles de l’art et il faut touiller tout le temps. Mais bon on s’en fiche, seul le résultat compte !
Les déclinaisons et possibilités sont nombreuses. Je vous conseille juste de mettre des fromages qui ont du goût ( j’ai fais une version mozarella , tomates, bof bof ), d’utiliser des pâtes sèches ( sinon ça cuit trop vite ), des légumes qui ne nécessitent pas une trop longue cuisson ( brocolis, épinards … ) et de mettre les herbes fraîches ( ciboulette, persil, basilic ) plutôt en fin de cuisson ou après, ciselées dessus.
Les livres commencent à se multiplier à ce sujet et j’en ai lu deux qui prônent deux manières différentes de cuire les One pot pasta.
Dans le premier , il fallait simplement mettre tous les ingrédients crus dans la cocotte ( dans l’ordre indiqué, c’est important ) et mettre le tout à cuire lentement pendant 15 mn environ. C’est tout.
Dans le deuxième, la recette demandait de faire revenir les oignons ( ou échalotes, etc … ) dans un premier temps avec les lardons par exemple et d’ajouter ensuite le reste des ingrédients puis de faire cuire lentement une dizaine de minutes.
Dans tous les cas, la règle est de mettre une certaine quantité d’eau, pas plus au début car il doit rester un fond de sauce en fin de cuisson ( environ 2 cm ).
En ce qui me concerne j’ai mixé ici deux recettes, autant dans les ingrédients que dans la façon de procéder. L’ajout de vin blanc est personnelle.
Et je peux vous dire que j’étais ravie du résultat. Tout le monde a aimé, même ma fille qui n’aime pas les oignons d’habitude ( le fait qu’ils soient hachés et cuits au début donc très fondants y est pour beaucoup ), l’ajout des oeufs a donné une consistance onctueuse et le vin blanc et le parmesan ont donné un goût délicieux !

one-pot-pasta-carbonara

One pot pasta – Carbonara -

Pour 4 personnes

2 oignons moyens
200 g de lardons ( dés de bacon ou de pancetta )
Un peu de vin blanc
400 g de tagliatelles sèches
2 oeufs
20 cl de crème fraîche
5 cuillères à soupe de parmesan râpé ( + un peu pour le service )
Poivre du moulin
90 cl d’eau

Peler et hacher les oignons en petits dés ( je mixe au robot ), les faire revenir avec les lardons sans matières grasses pendant quelques minutes. Ajouter un fond de vin blanc. Faire réduire.
Ajouter les pâtes puis l’eau. Remuer régulièrement. Au bout de quelques minutes (7 minutes environ ), ajouter la crème fraîche, le parmesan et les oeufs. Bien mélanger et poursuivre la cuisson en remuant tout le temps et en ajoutant un peu d’eau ( pas beaucoup ) s’il le faut ( j’en ai rajouté plusieurs fois ) pendant encore 7 / 8 minutes environ. Vérifier la cuisson. Parsemer de poivre du moulin et servir aussitôt avec un bol parmesan.

Tarte amandine aux mirabelles

Comment j’ai kiffé cette tarte, c’est dingue ! Moi qui fait rarement deux fois la même recette, je viens de la refaire à une semaine d’intervalle . En plus vous pouvez y mettre tous les fruits de saison, c’est juste un régal !
Et depuis quelques jours les mirabelles sont sur les étals des primeurs. A ce propos, depuis que je bosse sur les marchés avec mon Estafette Capucine, je ne peux plus acheter les fruits et légumes des grandes surfaces.
J’ai goûté ceux d’un producteur qui vend en face de moi et ils sont terribles. Les tomates ont le goût de tomates ( et pas d’eau comme on les trouve souvent ces dernières années ) et les fruits sont bien mûrs et bien sucrés. Impossible de revenir en arrière. Les prix sont parfois un peu plus chers mais tant pis, je préfère la qualité .
Moi qui suis d’ailleurs une fruit addict, je suis comblée.
Ici  l’association mirabelles-amandes est bien sûre parfaite mais je compte bien tenter avec plein d’autres fruits !

tarte-amandine-aux-mirabelles

Tarte amandine aux mirabelles

Pour la pâte sablée aux amandes:

250 g de farine
90 g de sucre
100 g de beurre ramolli
30 g de poudre d’amandes
1 oeuf
1 pinçée de sel
1 ou 2 cuillères à soupe d’eau

Pour la garniture :

600 g de mirabelles ( poids total sans les noyaux )
30 g de cassonade
1 citron bio
2 oeufs
40 g de poudre d’amandes
40 g de sucre
20 cl de crème fraîche
1 pincée de sel
Sucre glace pour le dessus

Préparer la pâte sablée : au robot avec la feuille, mettre la farine avec le beurre et mélanger doucement. Ajouter l’oeuf, le sucre, la poudre d’amande et le sel. Quand le mélange forme un sable grossier, ajouter une ou deux cuillères à soupe d’eau et pétrir jusqu’à ce que la pâte forme une belle boule.
L’étaler entre 2 grandes feuilles de film plastique alimentaire (IMPORTANT :  ne zappez pas cette étape sinon vous allez galérer car toutes les pâtes sablées sont friables !!! )
Mettre le tout sur une plaque ( avec le film ) et placer au frais au moins 1 heure.
Laver les fruits et ôter les noyaux. Verser les 30 g de cassonade et râper dessus le zeste du citron.
Mélanger.
Sortir la pâte du film plastique et l’étaler dans un cercle à pâtisserie à hauts bords ( ici un 24 cm ) ou dans un moule à tarte.
Enfourner pour 10 mn à 180°.
Mélanger la crème fraîche avec les oeufs, la poudre d’amandes, le sel et le sucre.
Verser sur la pâte puis déposer les fruits et remettre au four pendant 40 à 45 mn.
Laisser refroidir et saupoudrer de sucre glace.
Placer au frigo et déguster froid.

Quiche au Gorgonzola, poulet et tomates cerises

Depuis que j’ai déniché cette recette de pâte brisée trop bonne qui déchire, je suis la reine des quiches ( le premier qui fait un commentaire  par rapport à cette phrase, je le déshérite ). Du coup je fais les fonds de frigo et de placard à la recherche d’ingrédients qui m’inspirent et je me lance dans des associations qui parfois rencontrent beaucoup de succès.
Ici un petit peu de gorgonzola, un paquet de dés de poulet, des tomates cerises, du persil frais et voilà une délicieuse quiche toute simple qui fait un repas complet et met un peu de soleil dans les assiettes !
Le grand dadet, les pré-ados boutonneux et chéri qui pique de la barbe ( on me souffle dans l’oreillette :  » Et qui ronfle aussi  » mais ce n’est pas le sujet ) ont beaucoup aimé !

quiche-au-gorgonzola-tomates-cerises

Quiche au Gorgonzola, poulet et tomates cerises

Pour une quiche

1 pâte brisée maison si possible ( recette ici )
100 g de Gorgonzola
150 g de dés de poulet ( au rayon des dés de jambon )
3 oeufs
20 cl de crème fraîche allégée
Quelques brins de persil frais
Des tomates cerises de plusieurs couleurs
Pas de sel ( le fromage est déjà assez salé )

Préparer la pâte brisée, l’étaler et la mettre dans un moule ( ici j’ai utilisé un cercle de 25 cm ).
Mélanger les oeufs avec la crème fraîche. Râper ( ici avec la râpe à gros trous ) le Gorgonzola ou le couper en petits dés et ajouter à la crème. Hacher le persil frais ( au ciseau c’est pratique ) puis l’ajouter à la crème. Mélanger le tout.
Verser les dés de poulet sur le fond de la tarte puis le mélange crème-fromage .
Laver et couper des tomates cerises en 2 et les enfoncer légèrement dans la crème .
Enfourner pour 40 mn à 180° ou 30 mn si vous utilisez une pâte du commerce . Elle doit être bien dorée.
Servir tiède.

Quiche à l’échalote, jambon et ciboulette ( Opération Prince de Bretagne )

J’avoue que pendant longtemps, j’ai écrit échalote avec deux  » t « . Ce n’est pas très grave sauf quand on a un papa instituteur à cheval sur l’orthographe. Etant donné qu’il ne lit pas mon blog, je peux faire maintenant ce que je veux avec mes échalotes, et même mettre deux  » l  » et deux   » t  » si j’en ai envie ! Je peux aussi mettre mes doigts dans mon nez et tirer la langue à la dame, mais ce n’est pas le sujet.
L’important c’est que cette quiche est délicieuse, vraiment délicieuse ( chéri l’a dit plusieurs fois au cours du repas ) et que j’ai enfin trouvé LA recette de la pâte brisée légère idéale à mes yeux. Parce que la traditionnelle contient vraiment trop de beurre, j’en ai essayé  une petite ribambelle : entièrement à l’huile d’olive, avec ou sans oeuf ( le goût trop fort et le fond pâteux ), à la crème fraîche ( les bords trop durs ), à la crème de soja ( pas mal mais impossible à réchauffer )…
Ici elle reste moelleuse, le goût est équilibré, bref vous comprenez que je la garde précieusement, et je suis même sympa de vous la faire partager ( oui je sais c’est le principe d’un blog mais ça fait du bien de s’auto-congratuler ).
En ce qui concerne la garniture j’ai utilisé les échalotes traditionnelles de Prince de Bretagne, qui comme tous les produits de la gamme sont  à chaque fois d’une grande qualité !

quiche-echalotes-jambon-ciboulette

L’échalote traditionnelle est issue d’un savoir faire depuis plusieurs générations. C’est pourquoi les grands chefs l’utilisent de plus en plus en gastronomie . Sa culture et sa récolte se font essentiellement à la main. Elle est issue d’un bulbe planté et donne une dizaine de bulbes à la récolte. Son goût est beaucoup plus subtil et plus fin que l’oignon et elle existe aussi en version bio ! Découvrez les recettes des 21 blogs ayant participé à l’opération sur le site  «  Cuisinons les légumes « .

tetiere-cuisinons-les-legumes

Quiche à l’échalote, jambon et ciboulette

Pour la pâte brisée légère ( Source 750g ) :

250 g de farine
1 yaourt nature style  » Perle de lait  »
40 g d’huile d’olive
3 cuillères à soupe d’eau chaude
1 cuillère à café rase de sel

Pour la garniture :

200 g d’échalotes Prince de Bretagne
200 g de dés de jambon
3 cuillères à soupe de ciboulette fraîche hachée
200 ml de crème fraîche semi-épaisse ou soja cuisine
1 cuillère à soupe bombée de moutarde
3 oeufs
Huile d’olive
Une pincée de fleur de sel
Poivre du moulin

Préparer la pâte ( je le fais au robot avec la feuille ) en mettant tous les ingrédients dans le bol et en mélangeant jusqu’à obtenir une boule homogène. Ne pas trop la travailler.
Etaler au rouleau et mettre dans un moule ( ici j’ai utilisé un cercle de 25 cm ). Mettre au frais le temps de préparer la garniture.

Eplucher et émincer les échalotes finement et les faire revenir dans une ou deux cuillères à soupe d’huile d’olive jusqu’à ce qu’elles soient tendres. Ne pas colorer.
Fouetter la crème avec les oeufs, la moutarde, le sel et le poivre.
Ajouter les dés de jambon, les échalotes et mélanger.
Déposer la préparation sur le fond de tarte et enfourner pour 30 mn à 180°.
Déguster tiède avec une salade verte par exemple.

Croque-monsieur au piquillos et fromage de brebis

Ce n’est pas tous les jours que l’on se retrouve avec un sanglier qui vous charge dans le jardin . C’est pourtant ce qui m’est arrivé cette semaine ! Bon il ne m’a pas vraiment attaqué, ça c’est pour mettre un peu de suspense à  mes trois lecteurs, j’avoue.
Le plus étrange dans cette histoire ( vraie, je vous assure ), ce n’est pas la bête en elle-même ( j’habite derrière des bois ) mais c’est la réaction de ma voisine que j’ai avertie et qui s’inquiétait pour mon chat qu’elle adore. Je ne suis pas sûre qu’à elle, en plus de se faire câliner le poil, il lui ramène des souris vivantes. Hummm, bref …
Du coup j’ai sorti mon lasso pour le capturer mais il a été plus rapide que moi. J’ai deux hypothèses à cela : soit il a reconnu la folle dont toute la forêt parle puisqu’il s’ est quand même barré en emportant le grillage ( j’ai même crû entendre «   kaï-kaï « / quoique c’était peut-être le chat ), soit il était sur-entraîné ( j’opte pour la deuxième solution ).
Bien sûr il n’y a aucun rapport avec la recette d’aujourd’hui puisque je ne peux pas vous proposer mon fameux ragoût de sanglier mais je vous promets de faire mieux la prochaine fois !

croque-monsieur-bacon-moutarde

Croque – monsieur au piquillos et fromage de Brebis

Pour 2 croques monsieur :

4 tranches de pain de mie ( recette ici de ma copine Cathy de chez Kaderick en kuisinn )
2 petits piquillos
4 tomates cerises
2 bonnes tranches de fromage de brebis (  type Ossau Iraty ) de la grandeur du pain de mie ( ou râper un morceau )
2 tranches de jambon Serrano ( ou de sanglier, c’est vous qui voyez )
4 cuillères à soupe rases de crème fraîche
2 cuillères à soupe rases de moutarde à l’ancienne

Préparer le pain de mie maison ( j’ai utilisé la recette de ma copine Cathy à la machine à pain, en mettant 470 g de farine au lieu de 450 g. Sinon il était parfait et il a beaucoup gonflé ! ) ou utiliser un pain de mie du commerce .
Couper la croûte du pain de mie pour faire faire 4 belles tranches égales. Dans un bol, mélanger la crème fraîche avec la moutarde. Tartiner l’intérieur des pains.
Egoutter les piquillos et les couper en lanières fines. Couper aussi les tomates cerises en fines tranches.
Placer la tranche de jambon, du piquillos, de la tomate et le fromage. Refermer avec le pain ( moutarde – crème à l’intérieur ) et placer dans un appareil à croque monsieur chauffé ou un grill.

Ps: si vous voulez un aspect doré à l’extérieur, il faut huiler au pinceau et à l’huile d’olive l’extérieur du croque monsieur.