Gâteau tatin poire – chocolat

Autant se réconforter du temps pourri que l’on a en ce moment avec une petite bombe calorique, hein ? Des poires caramélisées, du chocolat, c’est tout ce qu’il faut pour ne pas déprimer en ce magnifique mois de novembre ( mais courage, il ne dure que 30 jours et c’est bientôt fini ) .
Vous pouvez aussi mettre de la chantilly si vous voulez, ou une petite boule de glace à la vanille, tant qu’on y est, on ne va pas chipoter.
Le must pour arrêter de ruminer, c’est de s’installer avec une bonne part de ce gâteau devant une cheminée ( si le feu est allumé, c’est quand même plus sympa ), un plaid sur les genoux ( à carreaux, tant qu’à faire dans le cliché  ) et un roman de Gilles Legardinier . Vous n’allez peut être pas vous fendre la poire d’un coup … mais au moins retrouver le sourire, je vous assure …

gateau-tatin-poire-chocolat
Source : Le journal des femmes

Gâteau tatin poire -chocolat

3 grosses poires
100 g de cassonade
150 g de beurre ramolli
150 g de farine
100 g de chocolat noir ( pas plus, c’est bien assez )
3 oeufs
2 cuillères à soupe de lait
1 sachet de levure chimique

Pour le caramel :

15 morceaux de sucre

Dans une casserole, préparer un caramel avec les morceaux de sucre imbibés d’eau. Quand il est doré, verser-le dans un moule à manqué tapissé de papier sulfurisé ( c’est plus facile pour le démoulage )
Eplucher les poires puis couper 2 poires en tranches assez fines. Les répartir harmonieusement en rosace sur le caramel.
Faire fondre le chocolat au bain-marie ou au micro-ondes puis ajouter le lait pour le lisser. Recouvrir les poires de chocolat fondu.
Dans un saladier, mélangez le beurre et le sucre, puis ajoutez les oeufs un par un en mélangeant au fouet à main au fur et à mesure. Terminer par la farine et la levure, remuez énergiquement, toujours au fouet à main.
Couper la troisième poire en petits dés et ajouter à la pâte.
Verser le tout sur les poires au chocolat et enfournez à 180° pendant 45 /50 minutes. A la sortie du four, laissez tiédir 15 mn et démouler sur un plat de service.
Mettre au frais si possible une nuit car il est meilleur le lendemain quand il est plus ferme.

Cake moelleux à la crème de marron et chocolat

Vous voulez du bon, vous voulez du chocolaté, vous voulez du moelleux ? Et tout cela préparé en 5 minutes avec quelques ingrédients que l’on trouve dans son placard ? Alors vous êtes sur le bon blog mes petits chatons !
Pour tout vous dire je n’ai pas inventé cette recette qui fait le tour de la blogosphère et je bavais dessus depuis un petit moment. Mais j’avoue que la quantité  de crème de marrons ( 500 g quand même / oui tu as bien lu ) dans la plupart des recettes et certains commentaires sur Marmiton alertant sur le résultat trop sucré m’ont mis dans l’idée d’en mettre un peu moins .
Et j’ai bien fait parce que … comment vous dire… c’était bien assez et pourtant c’était une crème de marrons maison assez peu sucrée à la base. Je pense qu’avec les 500 g j’aurai fait la même tête que Mercotte dans le Meilleur pâtissier.
Pour ceux qui n’aiment pas la crème de marrons vous pouvez rester aussi car on ne la sent pas trop en fait ( c’est même un peu dommage ) mais elle apporte un moelleux terrible ! Avec très peu de beurre par rapport à un gâteau au chocolat traditionnel. C’est tout l’avantage de cette recette .
En plus on peut faire une version sans gluten en utilisant la farine de châtaignes ou en mettant pas du tout . A ce moment là on obtiendra un fondant avec une texture plus dense . C’est à vous de faire comme vous préférez …

cake-chataigne-chocolat

Cake au chocolat et à la crème de marron

100 g de chocolat noir
310 g de crème de marrons
80 g de beurre
3 oeufs
20 g de farine de châtaignes ou de farine blanche
Sucre glace ( pour le dessus )

Faire fondre le chocolat avec le beurre au micro-ondes ou au bain marie . Mélanger et ajouter les oeufs un à un, la crème de marrons et la farine. Mélanger pour obtenir dans une pâte homogène et verser dans à moule à manqué ou à cake ( ici un moule à savarin ).
Enfourner pour 40 / 45 mn  à 180° ( tout dépend du moule ). Vérifier la cuisson en plantant la lame d’un couteau ou un pic à brochette, il doit ressortir sec.
Laisser complètement refroidir avant de saupoudrer de sucre glace et de déguster .

Cookies chocolat – nougatine

Je sais ce que vous dites, ça fait bien longtemps que je ne vous ai pas proposé de cookies. Et bien voilà, c’est réparé ! Et puis vous avez remarqué, on peut rallumer le four après deux jours de températures très estivales. Aujourd’hui c’est la fin du rêve parce qu’en plus il flotte. Comme dit le proverbe : en avril ne te découvre pas d’un fil, remets tes chaussettes ma petite Lucette.
D’ailleurs puisqu’on parle chaussettes, je vous recommande le poil de chameau qui absorbe bien l’humidité. C’est important d’avoir les pieds au chaud mais au sec aussi, surtout quand il pleut. Sinon la journée est vraiment fichue.
Sinon vous avez également le cachemire qui est chaud quand il fait froid tout en étant léger quand il fait plus chaud.
Mais tout ceci est un passionnant débat que nous poursuivrons après avoir dévoré quelques cookies …

cookies-nougatine

Cookies chocolat – nougatine

Pour une vingtaine de cookies

50 g de chocolat noir
150 g de farine
100 g de beurre mou
1 oeuf
60 g de cassonade
50 g de poudre de noisettes
40 g de sucre blanc
1/2 cuillère à café de levure chimique
1 pincée de sel
1/2 gousse de vanille

Pour la nougatine :

75 g de sucre
50 g de glucose
50 g d’amandes émondées

Préparer la nougatine : Concasser grossièrement les amandes afin d’obtenir des morceaux. Mettre le sucre et le glucose dans une casserole anti-adhésive. Faire cuire jusqu’à l’obtention d’un caramel.
Ajouter les amandes, remuer quelques secondes encore et verser aussitôt sur une plaque à four recouverte de papier sulfurisé.
Recouvrir d’une autre feuille de papier sulfurisé et à l’aide d’un rouleau, étaler la nougatine en une tranche fine.
Laisser refroidir.
Concasser le chocolat en pépites à l’aide d’un couteau.
Fouetter le beurre avec le sel, les 2 sucres dans un saladier.
Ajouter l’oeuf, la farine, la poudre de noisettes, la levure chimique, les graines à l’intérieur de la gousse de vanille et mélanger.
Concasser la nougatine en petits morceaux.
En dernier, ajouter à la pâte la nougatine et les pépites de chocolat. Mélanger jusqu’à obtenir une ensemble homogène et verser la pâte sur du film plastique transparent. Rouler afin d’obtenir un boudin de pâte .
Placer au frigo au moins 2 heures.
Sortir le boudin et découper des tranches de 25 / 30 g environ.
Aplatir un peu et les déposer sur une plaque de pâtisserie recouverte de papier sulfurisée.
Enfourner pour 12 mn à 180°, pas plus car ils vont durcir en refroidissant .

Florentins

J’ai bien essayé d’attendre le petit rayon de soleil pour prendre quelques photos de ces florentins mais la grisaille et la pluie sont restées bien tenaces sur Bordeaux aujourd’hui.
Pour ceux qui ne connaissent pas et pour la petite histoire, les florentins ont été inventés par un maître pâtissier travaillant pour les Médicis à Florence, sous le règne de Louis XII et Anne de Bretagne . On remercie d’ailleurs Wikipédia pour l’info.
Traditionnellement fabriqués avec des amandes , du miel et de l’orange, on a ajouté au fil des ans quelques fruits confits et parfois des fruits à coque comme des pignons ou des noisettes .
Pour être franche, je ne suis pas une grande fan des fruits confits mais quand ils sont mélangés aux amandes et au caramel , on ne les sent pas beaucoup en fait . En plus avec le nappage au chocolat ( noir ou au lait , c’est comme vous aimez ) ce sont vraiment des friandises très gourmandes !

florentins

Florentins

Pour environ 25 florentins ( ici 23 exactement )

100 g d’écorces d’oranges confites de qualité ( en magasin spécialisé si possible )
50 g de cédrat ou citron confit
100 g d’amandes effilées
150 g de sucre semoule
50 g de miel
150 g de crème liquide entière ( ici crème fleurette )
60 g de farine
200 g de chocolat noir de couverture à 70% de cacao ou de chocolat au lait de qualité

Couper les écorces d’orange et de cédrat en petits cubes . Les mettre dans un saladier avec les amandes effilées .
Dans une casserole ( ici une casserole anti-adhésive ) mettre le sucre, le miel et la crème liquide entière .
Huiler ou tapisser deux plaques à pâtisserie avec du papier sulfurisé.
Faire cuire jusqu’à 118° ( petit boulé ) à l’aide d’un thermomètre à pâtisserie ( ça prend un peu plus de 5 mn ) . Si vous n’avez pas de thermomètre ( pour info ça coûte une dizaine d’euros en grande surface ) , verser une goutte de caramel dans un bol d’eau froide et l’attraper avec les doigts, elle doit former une boule molle et malléable .
Verser de suite la farine tamisée et les fruits confits avec les amandes . Remuer très rapidement car ça fige vite .
A l’aide de 2 cuillères , faire des petits tas réguliers et les aplatir un peu . Veiller à les espacer car ils vont s’étaler pas mal à la cuisson.
Enfourner pour 13 – 15 minutes , les bords doivent être dorés .
Laisser refroidir et décoller .
Faire fondre au bain – marie le chocolat coupé en morceaux ( pour le chocolat noir, utiliser du chocolat à 70% de cacao sinon il va former des grumeaux ) jusqu’à ce qu’il soit lisse.
A l’aide d’une spatule , étaler le chocolat sur la surface plate des florentins et les poser sur une grille pour les laisser refroidir .
On peut faire des striures en forme de vagues avec une fourchette.
Ils se conservent quelques jours dans une boîte en fer .

Cookies à la pâte à tartiner au chocolat et noisettes

Ou les cookies d’automne pour leur belle couleur brun … Un automne maussade , pluvieux mais on fera en sorte alors que ce soit un automne gourmand .
Ils ont été plébiscités à l’unanimité par tous les membres de ma tribu et le fait est assez rare pour le souligner . D’habitude il y en a toujours un pour faire une critique . Là ils ont tout englouti au goûter sans la moindre remarque .
J’ai eu envie de faire la danse de la joie au salon ( oui ça m’arrive , comme le chat qui a sa crise d’un coup et qui pique un sprint dans la salle à manger sans savoir pourquoi ) mais je suis restée digne, impassible en disant négligemment : Ah ça vous a plu ?
Cette recette est de Dorian du blog «  Mais pourquoi est – ce que je vous raconte ça « .

_MG_6551


Cookies à la pâte à tartiner au chocolat et noisettes

Pour une vingtaine de cookies

90 g de chocolat noir
60g de noisettes ( ici de la poudre de noisettes )
90 g de beurre mou
90 g de sucre en poudre roux
1 œuf
180 g de farine
60 g de pâte à tartiner au chocolat et aux noisettes ( si possible maison… Ou alors une bio comme la Nocciolata )
1 cuillère à café rase de levure chimique

Hachez grossièrement le chocolat et les noisettes ( ou remplacer par la poudre de noisette après ).
Versez le beurre ramolli dans un saladier, ajoutez le sucre et fouettez le tout jusqu’à obtenir un mélange mousseux. Ajoutez l’œuf puis la pâte à tartiner et la poudre de noisettes.
Incorporer la farine et la levure, et finir par le chocolat en pépites. Mélangez, mettre dans un film plastique, rouler en boudin puis mettre au frais une heure.
Préchauffez le four à 180°. Couper le boudin en rondelles d’environ 35 g et déposer sur une plaque couverte de papier sulfurisé.
Enfournez pour 13 minutes. Laissez complètement refroidir.

Eclairs au chocolat

Un dimanche pluvieux de novembre et l’envie de faire des éclairs comme chez le pâtissier. Après plusieurs essais plus ou moins réussis , j’ai adopté définitivement la recette de la très douée Mathilde du blog Boopcook qui assurait que ces éclairs étaient bien dodus , aussi bons visuellement qu’à croquer dedans ( et manier la pâte à choux n’est pas si facile les gazelles !!! ).
Je confirme qu’ils sont parfaits et que pour moi il n’y a rien à changer . J’ai juste mis moins de jaunes d’oeufs dans la crème pâtissière ( recette de la version au chocolat de Paul Bocuse ) et mis la garniture très simplement en coupant l’éclair en deux ( oui je sais, facile …Je suis une petite joueuse ) .
Après il n’y a plus qu’à déguster avec un petit thé ou chocolat chaud si on a très très envie de chocolat ( pourquoi je lève la main ? )

eclairs-au-chocolat;

Eclairs au chocolat

Pour 8 éclairs

Pour la pâte à choux:

80 ml de lait
80 ml d’eau
70 g de beurre
1 grosse pincée de sel (soit 2g)
10 g de sucre
100 g de farine
2 oeuf

Pour la crème pâtissière au chocolat : ( j’en ai eu en plus )

400 ml de lait entier
3 jaunes d’oeufs
80 g de sucre
30 g de Maïzena
100 g de chocolat noir

Pour le glaçage :

200 g de fondant blanc pâtissier
1 cuillère à soupe de cacao non sucré

Pour la crème pâtissière au chocolat, battre au fouet les jaunes d’oeufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse puis incorporer la Maïzena.
Versez le lait dans une casserole, ajoutez le chocolat en morceaux et faire fondre sur feu moyen.
Verser le lait sur le mélange aux jaunes d’oeufs et fouettez. Transférer l’ensemble dans la casserole et mélanger. Remettre sur le feu et porter à ébullition sans cesser de remuer avec une spatule en bois. Lorsque la crème épaissit et l’ébullition est atteinte, laisse bouillir 1 à 2min puis retirer du feu.
Transférer la crème dans un saladier, couvrir d’un film et déposer au frigo dès qu’elle est tiède.

Pour la pâte à choux,faire chauffer le lait avec l’eau, le beurre coupé en dés, le sucre et le sel. Mélangez jusqu’à ce que le beurre soit fondu. Porter à ébullition .
Retirer du feu et ajoutez la farine en une fois. Mélangez à la spatule doucement au début et plus vivement ensuite jusqu’à ce que toute la farine soit incorporée.
Remettre sur feu vif et dessécher la pâte en mélangeant vigoureusement pendant environ 1 mn.
Battre les oeufs en omelette et incorporer petit à petit à la pâte en fouettant énergiquement ( à ce moment là , je le fais au batteur à main muni de 2 crochets ). La pâte doit être homogène et brillante .
Préchauffer le four à 180°.
Garnir une poche munie d’une douille unie de 20 mm et garnir une plaque à pâtisserie de papier sulfurisé. Déposer des boudins de pâte en une forme cylindrique de 13 cm de long et couper le bout avec un ciseau.
Enfourner les éclairs pour 50 mn.

Retirer du four et laisser refroidir .
Couper les éclairs en 2 avec un ciseau .

Faire fondre le fondant blanc sur feu très doux ( pas plus de 35° sinon le brillant va disparaitre ) avec une cuillère à soupe rase de cacao non sucré.
Tremper le dessus des éclairs dans le fondant et poser sur une grille. Laisser refroidir.
Garnir une poche à douille avec la crème pâtissière et garnir l’autre partie des choux.
Refermer les écairs.
Ils se conservent au frigo et doivent se manger dans la journée .

Financiers au chocolat et fruits secs

J’ai fais une petite infidélité à mon chouchou Philippe Conticini en achetant le livre  » Pâtisseries  » et en réalisant les financiers au chocolat de Christophe Felder. Personnellement je réalise toujours mes financiers en montant les blancs d’oeufs à part et en les ajoutant à ma poudre d’amandes mais il donnait une autre méthode et du coup j’ai voulu tester .
J’ai trouvé la texture un peu différente , moins spongieuse que les miens, ça m’a fait plutôt pensé à des muffins au chocolat .
L’ajout des fruits secs sur le dessus a donné un peu de croquant et je dois vous avouer qu’avec un petit thé c’était parfait !

_MG_4920

Financiers au chocolat et fruits secs

Pour une vingtaine de financiers

150 g de beurre
160 g de chocolat noir (60 à 70° de cacao)
100 g de sucre glace
120 g d’amandes en poudre
50 g de farine
5 blancs d ‘oeufs
40 g de noisettes
40 g de pistaches non salées sans la peau ( ici des pignons )
40 g d’amandes
25 g d’amandes effilées

Mélanger ensemble le sucre glace avec la farine et la poudre d’amandes ( si possible tamiser le tout ).
Ajouter délicatement les blancs d’oeufs avec une spatule et mélanger.
Faire fondre le beurre avec le chocolat pendant 2 – 3 mn au micro-ondes ( ou sur feu doux à la casserole ) jusqu’à obtenir un mélange lisse et brillant.
Verser le chocolat sur les blancs d’oeufs. Bien mélanger jusqu’à obtenir une pâte homogène.
Beurrer des moules à financiers ( ou comme ici à muffins ) et remplir les moules aux 3/4.
Concasser grossièrement les noisettes, les amandes et les pistaches. Saupoudrer les financiers avec les fruits secs et les amandes effilées et enfoncer un peu avec une spatule plate.
Cuisson 15 à 20 mn ( suivant la grosseur des moules ) à four 180 ° ou thermostat 6. Vérifier la cuisson en enfonçant un pic à brochette , il doit ressortir sec.
Déguster froid.

Crumble poires – bananes chocolat

Quand je prépare ce crumble à la maison, mon petit dernier mange à lui seul une bonne partie du plat. Il faut donc soit le cacher, soit en manger aussi une bonne partie avant qu’il ne rentre de l’école ! Il faut dire que l’association poires – bananes chocolat même si elle est assez banale et pas très innovante est toujours aussi délicieuse et rend même un peu addict je dois avouer … En plus avec les amandes effilées et son petit côté croquant sous la dent,  c’est juste irrésistible !
J’avais posté cette recette il y a longtemps longtemps, au tout début de mon blog ( presque 2 ans maintenant ) quand mes photos étaient bien moches et ne rendaient pas forcément honneur à la recette alors je la remonte et vous la fait partager à nouveau …

_MG_4646

Crumble poires, bananes  chocolat

Pour 6 – 8 personnes

4 bananes
5 ou 6 poires mûres ( suivant la grosseur )
150 à 200 g de chocolat noir pâtissier ( suivant votre degré de gourmandise )
200 g de farine
130 g de sucre roux
130 g de beurre
50 g de poudre d’amandes
50 g d’amandes effilées

Au fond d’un plat disposer les bananes coupées en lamelles pas trop fines puis les poires pelées en morceaux ( on peut utiliser des poires au sirop).
Mélanger les fruits.
Concasser le chocolat en morceaux ( je le fais avec un pilon ) puis les répartir sur les fruits.
Préparer la pâte à crumble: Faire fondre le beurre une minute au micro-ondes. Ajouter le sucre, la farine et la poudre d’amandes.
Malaxer avec le bout des doigts afin d’obtenir la consistance d’un gros sable.
Couvrir les fruits de pâte à crumble.
Enfourner pour 20 mn à 180°  puis répartir sur toute la surface du crumble les amandes effilées et continuer la cuisson environ 10 -15 mn.

Cannelés façon profiteroles

Ces cannelés façon profiteroles est un dessert proposé dans certains restaurants sur Bordeaux et notamment sur le bassin d’Arcachon où je l’ai découvert. C’est carrément une tuerie . C’est une douceur assez sucrée j’avoue , mais une tuerie.
Petite parenthèse, vous pouvez avoir la meilleure recette du monde de cannelés , le croustillant caramélisé qui fait sa particularité est obtenue grâce à ses moules en cuivre ( les puristes les graissent même avec de la cire d’abeille ) et sa longue cuisson d’une heure environ à plusieurs températures . Bien que je vous l’ai déjà dit, on obtient de bons résultats grâce aux moules en silicone. Perso, je vais bientôt investir dans ceux en cuivre car j’en réalise souvent mais si vous n’en faites qu’une fois de temps en temps ce n’est pas la peine , ils sont quand même relativement chers. Ici pour la recette , j’ai pris celle de Thierry Marx .
Et comme je vous parle de ce grand chef que l’on peut retrouver en ce moment sur M6 ( Top chef ) , j’en profite pour faire une transition appropriée .
Je vous ai dit dernièrement que j’avais quitté mon poste de vendeuse pour rouler vers de nouvelles aventures . En fait j’attendais une réponse pour faire une formation qui s’appelle  » La cuisine nomade  » et qui a été mise en place par le chef Thierry Marx . Il n’y avait que 7 places alors je n’étais vraiment pas sûre d’être sélectionnée après un passage auprès d’un jury.
Convaincu que la « street food » s’impose peu à peu dans nos modes de vie et constitue la meilleure alternative possible à la malbouffe, Thierry Marx a créé en septembre 2009 un « Atelier de cuisine nomade » près de Bordeaux. Bien qu’il n’intervient pas directement lors des cours , ce sont ses techniques qui sont enseignées et il passe au moins une fois voir et conseiller ses stagiaires ( je veux oui !!! ).
Cette formation étalée sur 5 mois comprend une partie théorique dans un lycée hôtelier, une formation pratique au sein du premier restaurant solidaire de cuisine nomade ( « l’Atelier » à Blanquefort ) où les élèves peuvent présenter et vendre leur menu ( je sens que je vais m’éclater ), un accompagnement à la création d’entreprise assuré par une association ( l ‘ADIE ), des cours en hygiène et en comptabilité ainsi qu’un stage de notre choix à se trouver . A la clé, une super aventure et un CQP  ( Certificat de Qualification Professionnelle ) en restauration.
De quoi être suffisamment armée pour aborder une nouvelle vie professionnelle car j’aimerai pour tout vous confier, ouvrir un camion snack  et proposer des menus à emporter. Un grand virage pour moi mais j’ai vraiment envie de me lancer . On verra bien.
A partir de mi-mars je serais sans doute moins présente sur ce blog mais j’espère pouvoir continuer à poster régulièrement…

_MG_4447

Ingrédients pour 10 cannelés ( gros format )

1 gousse de vanille
1 cuillère à soupe de rhum
1 œuf
2 jaunes d’œuf
½ litre de lait
180 g de sucre semoule ( 200 g si vous réalisez les cannelés seuls )
125 g de farine tamisée
20 g de beurre pommade
1 cuillère à soupe d’huile d’arachide

Pour le nappage et le fourrage :

100 g de chocolat noir
5 cuillères à soupe de crème fleurette
10 petites boules de glace à la vanille
Quelques amandes effilées

Mélanger les 2 jaunes d’œuf avec l’œuf entier et le sucre semoule à l’aide d’un fouet. Incorporer ensuite le lait.
Transvaser cette préparation dans une casserole, y ajouter la gousse de vanille fendue en 2 dans la longueur et grattée pour récupérer les graines, et faire bouillir tout en remuant régulièrement à l’aide d’un fouet afin qu’elle n’accroche pas au fond de la casserole.
L’ébullition obtenue ( juste lors des premières bulles, il ne faut pas que ça cuise ), verser la préparation avec la gousse de vanille dans un récipient, et la laisser refroidir à température ambiante. La crème doit avoir une consistance granuleuse en refroidissant.
Incorporer au fouet successivement, dans la préparation froide la farine tamisée, l’huile et le rhum.
Mettre la pâte au frais pendant plusieurs heures ( TRES IMPORTANT ), une nuit si possible …
Remuer la pâte ( vous verrez qu’elle a changé d’aspect, comme une pâte à crêpes elle a épaissi )
Beurrer généreusement 10 moules à cannelés à l’aide d’un pinceau, puis les entreposer au réfrigérateur quelques minutes, le temps que le beurre durcisse.
Préchauffer le four à 200°C. Garnir les moules à cannelés en laissant environ 1,5 cm des bords, les glisser dans le four pour 30 minutes, baisser le four à 180 ° puis remettre encore 30 minutes de cuisson. Suivant la grosseur de vos moules ( ici ce sont les plus grands cannelés ) , il faudra faire cuire un peu moins longtemps ( environ 40 minutes pour les petits et 50 minutes pour les moyens ).
La cuisson terminée, laisser les cannelés refroidir un peu avant de les démouler. Puis les laisser tiédir avant de les déguster.
Faire fondre le chocolat doucement dans une casserole avec la crème fleurette .
Découper un chapeau aux cannelés puis les creuser avec une cuillère parisienne ( pour les petites boules de melons ) ou une petite cuillère, les remplir avec un peu de glace à la vanille et napper de chocolat juste fondu.
Saupoudrer d’amandes effilées.

Biscuit noisettine et chocolat marbré

Comme bon nombre de mes copines blogueuses culinaires, j’ai pris la bonne résolution de ne plus acheter de magasines, ni de livres de cuisine car mon étagère ( un pan de mur tout de même ) consacrée à ma passion croule sous le poids . Résolution que je ne tiens pas bien sûr car je craque souvent quand je me trouve dans une librairie ou un kiosque à journaux (oui je sais je suis faible mais c’est mon seul défaut … ).  Cette fois j’ai littéralement fondue devant les recettes du grand Philippe Conticini quand j’ai ouvert son livre tout de rose vêtu :  » La pâtisserie des rêves « . Après une expérience réussie suite au gâteau Basque du même Monsieur, j’avais hâte de rentrer pour tout tester .
J’ai commencé mes essais par ce marbré que j’ai réalisé en version mini. Un biscuit fondant au bon goût de noisettes et de pépites de chocolat avec son coeur noir très parfumé . Des grains de sucre perlés ( qui se trouvent au fond du marbré dans la recette originale, mais bon vous savez bien que j’ai dû mal à ne rien changer ) pour le croquant , ce gâteau est vraiment un pur délice.
Si tout le livre donne des résultats aussi bons, la suite promet d’être très prometteuse et gourmande …

_MG_4229

 Biscuit noisettine et chocolat marbré

Pour 4 mini -cakes ou un petit cake

2 blancs d’oeufs
90 g de cassonade
85 g de beurre + un peu pour le moule
90 g de poudre de noisettes
1 oeuf entier
1/2 jaune
30 g de sucre glace
45 g de farine
2 pincées de fleur de sel
1 c.à café rase de levure chimique
15 g de cacao noir en poudre non sucré
70 g de carrés de chocolat noir grossièrement concassés
20 g se sucre perlé ( pas indispensable )

Battre les blancs en neige doucement avec 30 g de cassonade dès le début. On doit obtenir une neige pas trop ferme mais mousseuse.
Mélanger la poudre de noisettes avec le reste des 60 grammes de cassonade, le sucre glace et la fleur de sel.
Ajouter l’oeuf entier, le demi jaune ( petite astuce : vous mettez l’oeuf dans un bol et vous coupez à l’aide d’une cuillère à café ) et fouetter vivement pendant 30 secondes.
Dans une casserole, sur feu doux, faire fondre le beurre et poursuivre la cuisson sans cesser de remuer 1 à 2 minutes jusqu’à ce qu’il prenne une jolie couleur noisette ( les ferments lactiques vont devenir bruns ). On appelle ça un beurre noisette et ça accentue le  goût du beurre dans le gâteau .)
Verser le beurre obtenu dans l’appareil précédent ( le mélange avec la poudre de noisettes ) puis ajouter la farine et la levure tamisées en 2 fois.
Incorporer délicatement les blancs battus à la pâte à l’aide d’une spatule de façon à obtenir un mélange souple et aérien ( soulever les blancs d’oeuf comme lors de la fabrication d’une mousse au chocolat pour ne pas les  » casser » ).
Prélever un quart de la pâte à la cuillère, verser dans un bol et incorporer délicatement le cacao en poudre à l’aide d’une spatule souple .Mettre cette pâte dans une poche à douille.
Dans la pâte nature à la noisette , incorporer doucement les carrés de chocolat grossièrement concassés.
Préchauffer le four à 170°.
Beurrer et fariner un moule à cake ou un cercle à gâteau de 16 à 18 centimètres de diamètre posé sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Ici j’ai utilisé une plaque en silicone à mini-cakes .
Saupoudrer le fond de sucre perlé ( ou comme ici après ), verser la pâte à la noisette et aux pépites de chocolat.
A la poche à douille, déposer dessus et en spirale un gros filet de pâte cacaotée (perso la prochaine fois , je le mettrai un peu plus à l’intérieur ).
Enfourner environ 30 minutes. Le temps de cuisson dépend du four ( la pointe du couteau doit ressortir sèche).
Laisser tiédir 5 minutes avant de démouler.
Déguster froid .