Muffins aux lardons, butternut et Comté

Au départ je n’avais pas prévu de publier cette recette. Du coup on a tout mangé englouti à l’apéro avec des amis et je n’ai pas pris de photo. Mais ils ont eu tellement de succès, ils étaient  tellement moelleux, tellement parfumés que je me suis dit qu’il fallait que je partage avant d’oublier les proportions !
Je suis arrivée à faire ces muffins parce que j’avais une courge butternut depuis quelques temps et je ne savais pas comment la cuisiner pour changer un peu. J’ai farfouillé sur le net et pris quelques idées.
Je vous avais déjà proposé des muffins à la butternut mais en version sucrée avec de la pomme et des épices et grâce à elle j’avais acquis une  » fan  » ( Manue si tu passes par ici je t’embrasse… ). J’espère que ces muffins salés vous plairont tout autant !

muffins-butternut-comté
Crédit photo : Pixabay

Muffins aux lardons, butternut et Comté

Pour 12 muffins

200 g de courge butternut ( testé aussi avec de la carotte, c’est très bon ! )
100 g de farine
1 sachet de levure
3 œufs
50 g de beurre fondu
100 g de lardons ou de dés de jambon
1 oignon
50 g de Comté ou d’un autre fromage râpé
Quelques feuilles de persil

Peler et couper la courge en gros dés. Les mettre dans une cocotte avec de l’eau à hauteur. Saler et porter à ébullition pendant environ 10 mn. Pour vérifier la cuisson, planter un couteau dans la chair, elle doit être tendre.
Egoutter avec une écumoire, mettre dans une assiette et écraser à la fourchette. Réserver.
Hacher l’oignon ( je ne m’embête pas je le fais au mixer ) en petits morceaux et le mettre dans une poèle avec les lardons. Faire dorer .
Dans un saladier, tamiser la farine . Ajouter la levure et mélanger. Râper le Comté et ajouter avec les oeufs . Mélanger.
Ajouter l’oignon rissolé avec les lardons, le beurre fondu puis la courge butternut et le persil haché. Mélanger. Déposer des caissettes en papier dans un moule à empreintes à muffins et verser la pâte aux 3/4.
Enfourner pour 20 / 25 minutes. Vérifier la cuisson en plantant un pic à brochette, il doit ressortir sec.
Servir tiède ou froid .

Rôti de porc séché aux herbes et piment d’Espelette

Voilà deux semaines que je ne suis pas venue poster. Le temps me manque et en plus je suis comme les ours, j’hiberne en ce mois de décembre que je n’aime pas du tout ! Si je pouvais le faire physiquement, je suis prête à investir dans une couette méga moelleuse et une cheminée qui se recharge en bois toute seule .
J’aurai sous le lit tout un tas de nourriture non périssable comme quelques tablettes de chocolat noir et ce rôti de porc séché aux herbes . Bien sur il me faut un Opinel et une planche de bois.
Vous ne saviez pas que c’était aussi facile de faire sa charcuterie maison ? Et bien pourtant rien de compliqué . Il faut juste un frigo, un torchon, un peu de gros sel et un soupçon de patience…

lomo-séché

Rôti de porc séché aux herbes et Piment d’Espelette

1 rôti de porc fermier ou Label rouge
Gros sel ( 1 paquet )
Herbes de Provence
Piment d’Espelette en poudre

Mettre le rôti au sel : déposer du film alimentaire dans un plat en verre puis verser une bonne couche de sel au fond. Poser le rôti et le recouvrir complètement de gros sel. Filmer avec du film alimentaire et serrer bien en formant un boudin pour que le sel recouvre bien le rôti sur toutes ses faces. Laisser la viande « cuire » pendant 3/4  jours dans le bas du réfrigérateur. Perso j’ai retourné plusieurs fois mon boudin pour que le sel adhère bien sur tout le rôti.
Après ces 4 jours, rincer la viande sous l’eau en enlevant bien tout le sel. Sécher et  essuyer le rôti. Préparer le mélange d’épices et d’herbes. Frotter la viande avec les épices. On peut être généreux avec la quantité pour que le rôti soit bien enrobé.
Après ces 4 jours, rincer la viande sous l’eau en enlevant bien tout le sel. Sécher et bien essuyer le rôti. Mélanger les herbes de Provence avec le piment d’ Espelette. Frotter la viande avec ce mélange. Il faut mettre la quantité pour que le rôti soit bien enrobé.
Enrouler la viande dans un torchon propre et sec et mettre dans le bas du frigo pendant 15 jours à 3 semaine le temps que le rôti sèche bien.

Cake aux coeurs d’artichauts, pignons de pin et chèvre

Quelquefois votre fierté peut dégringoler comme un château de carte avec une toute petite phrase. En moins d’une minute vous pouvez passer de la cuisinière que vous pensiez être à…. rien du tout en fait.
J’avais décidé de ne plus trop parler de ma fille sur ce blog car à chaque fois elle me réclame des droits d’auteur en Kinder maxi ( et en prime elle tronche ) mais il faut que je vous raconte mes chers lecteurs. Que vous compatissiez un peu. J’ai besoin de soutien ( comment ça je suis longue dans mon entrée en matière ??? )
Bon alors voilà : 3 ans et demi de blog à tester des recettes plus alléchantes les unes que les autres ( oui je me lance des fleurs et ça fait du bien en ce moment ) , toutes ces années à passer des heures en cuisine, à leur faire découvrir des nouvelles saveurs ou les richesses de la cuisine Française pour s’entendre dire au final :  » Moi mon plat préféré, c’est de la semoule et des Knacki  » et bien ça fiche un coup au moral ! Surtout que je n’achète jamais de Knacki !
Bande d’ingrats… La colère me fait m’égarer car il n’y a aucun rapport avec ce cake que vous grignoterez à l’apéro avec qui vous voulez mais moi personnellement sans mes morveux ( n’hésitez pas à me rejoindre sur le groupe  » Je prend l’apéro avec mes copines et je m’éclate «  ).
Ce cake est très moelleux , pas du tout étouffe-chrétien , c’est un vrai régal que j’ai trouvé sur le joli blog de Royal Chill. J’ai juste remplacé les tomates par des coeurs d’artichauts et c’était parfait.

cake-artichauts-chèvre

Ce cake a été cuit dans un moule Panibois ( modèle  » Archiduc  » )

Cake aux coeurs d’artichauts, pignons de pin et chèvre

160 g de farine
1 sachet de levure chimique
Une cuillère à café de bicarbonate de soude
50 g de d’emmental râpé
Une bonne poignée de basilic frais haché
20 g de parmesan râpé
3 œufs
130 g de yaourt nature ou de faisselle (ici du fromage blanc )
6 cuillères à soupe d’huile
1 petit bocal de coeur d’artichauts au naturel ( 240 g )
100 g de fromage de chèvre ( ici en bûche )
50 g de pignons de pins
Feur de sel et poivre du moulin
Une cuillère à café rase d’herbes de Provence
Une cuillère à café rase de paprika

Préchauffer le four à 180 °C .
Dans un récipient, mélanger les ingrédients secs : la farine, le bicarbonate, la levure, les pignons, le parmesan et l’emmental râpé.
Dans un autre récipient, battre les œufs avec le yaourt ou la faisselle ou le fromage blanc et l’huile.
Poivrer et saler selon vos goûts, ajouter le paprika, les herbes et le basilic frais haché.
Réunir les deux préparations en mélangeant le moins possible pour que la pâte conserve tout son moelleux ( même principe que les muffins ) mais il faut que le mélange soit homogène quand même et y incorporer  délicatement les coeurs d’artichauts bien égouttés et le le chèvre coupés en morceaux .
Déposer la pâte dans un moule beurré ( ou utiliser les moules Panibois avec la feuille de cuisson sans ajouter de matière grasse ).
Enfourner pour pour 50 mn environ. Enfoncer la lame d’un couteau au milieu du cake ou un pic à brochettes, elle doit ressortir sèche.
Déguster tiède ou froid.

Rillettes aux 2 saumons

Le temps défile à toute allure depuis que j’ai commencé mon nouveau job de food- truckeuse ( si chéri lit ça, il va me dire que j’emploie le mot à la mode / donc que je suis passée du côté obscur de la Force )  et je dois vous avouer que vous me manquez. Poster des articles et partager avec vous pendant 3 ans a crée des liens avec de nombreux lecteurs et vos petits mots pour me souhaiter bonne chance m’ont beaucoup touché !
Pour vous donner quelques nouvelles, l’activité démarre tranquillement mais sûrement. Il faudra sans doute du temps pour me faire connaître, comme d’ailleurs tous les commerçants qui débutent sur les marchés . Rome ne s’est pas faite en un jour ( comment ça je me mets à parler comme mes parents ? /  Ok, un an de plus et j’écoute radio Nostalgie )
En plus des marchés, je serai ponctuellement amenée à faire de l’évènementiel et je démarre samedi 6 juin sur le parking de Dafy Moto à Bordeaux Lac pour faire des crêpes .
En attendant de revenir ici plus régulièrement, voici une recette de rillettes aux 2 saumons ultra facile et super bonne pour accompagner tous vos apéros printaniers.
Attention je vous aurai prévenu mes petits lapins, quand on commence … on finit le pot !

rillettes-aux-2-saumons

Rillettes aux 2 saumons

Pour 1 petit bol

100 g de saumon fumé
1 pavé de saumon frais de 130 g environ
60 g de fromage type St Morêt
Le jus d’un 1/2 citron vert assez gros
1 bonne cuillère à soupe de persil ou ciboulette hachée fraîche
8 tours de moulin à poivre ( ici poivre blanc et noir )

Faire cuire le saumon au micro-ondes dans un récipient adapté 1 ou 2 minutes, il doit être juste cuit, encore un peu rosé.
Dans un bol, détailler le saumon fumé en petits dés à l’aide d’un ciseau. Ajouter le saumon cuit et continuer de hacher au ciseaux. Incorporer le St Morêt, le jus du citron et le poivre et le persil ou la ciboulette à l’aide d une fourchette. Ecraser et mélanger .
Ne pas saler, le saumon fumé et le fromage le sont déjà.
Mettre au frais au moins 2 heures avant de servir.
A déguster avec du pain ou des crackers.

Pain faluche ( pour pan Bagnat et autres sandwichs )

J’attend le retour de la chaleur ( il est où le printemps ? ) pour vous proposer des vrais Pan bagnat sur les marchés où je travaille avec Capucine . Attention pas le pan Bagnat avec de la mayonnaise ( non ça c’est pour les touristes) l’authentique, le traditionnel, avec du pain imbibé à l’huile d’olive et une salade Niçoise à l’intérieur.
Pour la petite histoire, les ménagères et notamment les femmes des marins utilisaient des morceaux de pain rassis qu’elles imbibaient d’eau, de jus de tomates ou d’huile d’olive pour les plus riches ( Pan Bagnat signifie  » pain mouillé  » ) , avant de les placer avec leur salade de thon dans un récipient en plastique frotté avec une gousse d’ail. De là est né le célèbre sandwich vendu à Nice sur toute la côte d’Azur.
J’ai trouvé que le pain faluche ( je sais il y a plus glamour comme nom / ça fait un peu paluche , allez on dira que ce pain est une grosse paluche ) qui est un pain traditionnel du Nord pas de Calais était idéal  pour la confection du Pan Bagnat  car c’ est un pain blanc, moelleux et un peu dense. Il n’est ni vraiment rond, ni vraiment plat, il ressemble d’ailleurs un peu à un ballon de football écrasé…
Et pour la recette du Pan Bagnat, c’est par ici

pain-faluche

Pains faluches

Pour 5 pains

600 g de farine
1 cuillère à café de sel
25 g de levure de boulangerie fraîche ( ou 3 cuillère à café de levure sèche)
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
180 ml d’eau
180 ml de lait

Mettre les ingrédients dans la MAP et lancer un programme  » pâte  » ( s’il y a un temps de préchauffage, mettre le sel au dernier moment quand les pâles de la machine commencent à tourner ), ou mélanger tous les ingrédients dans un saladier (ou au robot ) jusqu’à obtenir une pâte souple et homogène. Laisser lever 1h30.
Verser la pâte sur un plan légèrement fariné, la diviser en 5 et faire des boules. Aplatir avec la paume de la main. Laisser lever de nouveau une bonne heure.
Badigeonner à l’huile d’olive délicatement, saupoudrer d’un peu de farine puis enfourner dans un four préchauffé à 180°C pendant 15 / 18 minutes environ (les faluches doivent rester blanches).
Laisser refroidir , les couper en 2 et les garnir au choix.

Cake à la roquette, noix et pistache

Pourquoi il est tout vert ton cake maman ? Parce qu’il y a de la roquette dedans. De la quoiii ? J’ai hésité à leur dire que c’était un gnome avec une tête de lapin qui était descendu d’un objet volant non identifié et qui me l’avait offert pour tester leur force mentale comme dans Koh Lanta quand ils mangent des vers, mais je n’ai pas osé. C’est susceptible un pré-ado ( et là j’ai deux beaux spécimens ) et ça n’a pas beaucoup d’humour surtout quand ce n’est pas lui qui rit bêtement.
Je vous laisse imaginer leurs têtes qui ont pris plusieurs expressions en quelques secondes ( ils peuvent postuler au livre des records / ou à l’école des mimes, au choix ) : l’étonnement ( sourcils en accents circonflexes et sans faute d’orthographe ), la stupéfaction ( une bouche entrouverte et le menton qui perd un étage  ) et une petite grimace que j’ai pris de manière objective pour un début de sourire.
Je ne vous dit pas qu’ils ont adoré et qu’ils m’ont demandé de les resservir à cors et à cris ( les friiites de Mamie Louise ! ) mais ils ont tout mangé sans recracher derrière la chaise. Bon, il faut dire qu’il y avait des invités et qu’ils savent se tenir un minimum à table.
Et bien moi personnellement j’ai beaucoup aimé et avec une petite sauce au yaourt, c’était très sympa !

cake-a-la-roquette
Source : Le livre 750 g de plaisir { Apéro dinatoire }

Cake à la roquette, noix et pistache

130 g de gruyère râpé
100 g de roquette
50 de cerneaux de noix
50 g de pistaches sans la peau
150 g de farine tamisée
3 oeufs
1 sachet de levure chimique
4 cuillères à soupe de lait
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 pincée de noix de muscade
1 cuillère rase à café de sel

Mélanger la farine, les oeufs, l’huile, le sel, la levure et la noix de muscade. Ajouter le lait et le gruyère râpé.
Hacher la roquette finement au robot sans le réduire trop avec les noix et les pistaches. Ajouter au mélange .
Verser la pâte dans un moule à cake aux 3/4 et enfourner pour 30 à 35 minutes. Enfoncer un couteau ou un pic à brochette , il doit ressortir sec.
Il est important de la déguster de suite, juste tiède . C’est à ce moment là qu’il est le meilleur.
Sinon il faudra le repasser quelques minutes au four.

Guacamole

A moins que vous n’habitiez sur la côte d’Azur qui a eu un petit coup de mou aujourd’hui ( mais on ne peut pas tout avoir , hein ? ), le soleil a brillé partout, il a fait très chaud ( surtout chez moi à Bordeaux ) et du coup on a pu remettre ses tongs à pompons et rouler les cheveux au vent dans la voiture. Je ne vous parle pas de décapotable, il suffit juste d’ouvrir la fenêtre et de sortir sa belle crinière . Si vous avez la boule à zéro ça marche aussi d’ailleurs, tout est dans la fierté du menton !
Et cette ambiance printanière m’a donnée envie de baignade ( on va attendre un peu quand même, ou alors l’orteil droit ), escapade, glissade, roucoulade, sérénade, citronnade, marmelade, galéjade et surtout tartinade…
Je vous conseille vivement ce guacamole qui est une version 100% personnelle mais que je préfère par dessus tout ce que j’ai déjà testé .
J’en mets dans mes wraps, dans mes rouleaux de printemps ou tout simplement avec des tortillas à l’apéro , c’est juste terrible !

guacamole

Guacamole

Pour un bol

2 avocats mûrs ( pour le choisir, tâter le bout en haut. Il faut qu’il soit mou. Même si le reste est dur, l’avocat sera à point )
Le jus d’un gros demi-citron vert ( on peut mettre un peu plus selon les goûts )
2 cuillères à soupe de ketchup
Quelques gouttes de sauce Worcerter
Quelques gouttes de Tabasco vert ou une bonne pincée de piment d’Espelette.
Fleur de sel
( On peut mettre aussi de la coriandre hachée, c’est très bon )

Perso je mixe le tout car je préfère une texture lisse mais certains le font à la fourchette.
Mixer la chair des avocats avec le jus de citron, le ketchup, le tabasco et de la fleur de sel.
Goûter pour rectifier l’assaisonnement selon vos goûts et mettre au frais pendant 2 heures minimum avant de servir .

Croque-monsieur au piquillos et fromage de brebis

Ce n’est pas tous les jours que l’on se retrouve avec un sanglier qui vous charge dans le jardin . C’est pourtant ce qui m’est arrivé cette semaine ! Bon il ne m’a pas vraiment attaqué, ça c’est pour mettre un peu de suspense à  mes trois lecteurs, j’avoue.
Le plus étrange dans cette histoire ( vraie, je vous assure ), ce n’est pas la bête en elle-même ( j’habite derrière des bois ) mais c’est la réaction de ma voisine que j’ai avertie et qui s’inquiétait pour mon chat qu’elle adore. Je ne suis pas sûre qu’à elle, en plus de se faire câliner le poil, il lui ramène des souris vivantes. Hummm, bref …
Du coup j’ai sorti mon lasso pour le capturer mais il a été plus rapide que moi. J’ai deux hypothèses à cela : soit il a reconnu la folle dont toute la forêt parle puisqu’il s’ est quand même barré en emportant le grillage ( j’ai même crû entendre «   kaï-kaï « / quoique c’était peut-être le chat ), soit il était sur-entraîné ( j’opte pour la deuxième solution ).
Bien sûr il n’y a aucun rapport avec la recette d’aujourd’hui puisque je ne peux pas vous proposer mon fameux ragoût de sanglier mais je vous promets de faire mieux la prochaine fois !

croque-monsieur-bacon-moutarde

Croque – monsieur au piquillos et fromage de Brebis

Pour 2 croques monsieur :

4 tranches de pain de mie ( recette ici de ma copine Cathy de chez Kaderick en kuisinn )
2 petits piquillos
4 tomates cerises
2 bonnes tranches de fromage de brebis (  type Ossau Iraty ) de la grandeur du pain de mie ( ou râper un morceau )
2 tranches de jambon Serrano ( ou de sanglier, c’est vous qui voyez )
4 cuillères à soupe rases de crème fraîche
2 cuillères à soupe rases de moutarde à l’ancienne

Préparer le pain de mie maison ( j’ai utilisé la recette de ma copine Cathy à la machine à pain, en mettant 470 g de farine au lieu de 450 g. Sinon il était parfait et il a beaucoup gonflé ! ) ou utiliser un pain de mie du commerce .
Couper la croûte du pain de mie pour faire faire 4 belles tranches égales. Dans un bol, mélanger la crème fraîche avec la moutarde. Tartiner l’intérieur des pains.
Egoutter les piquillos et les couper en lanières fines. Couper aussi les tomates cerises en fines tranches.
Placer la tranche de jambon, du piquillos, de la tomate et le fromage. Refermer avec le pain ( moutarde – crème à l’intérieur ) et placer dans un appareil à croque monsieur chauffé ou un grill.

Ps: si vous voulez un aspect doré à l’extérieur, il faut huiler au pinceau et à l’huile d’olive l’extérieur du croque monsieur.

Fromage de chèvre frais aux figues et noix

Si un jour on m’avait dit que je ferais du fromage de chèvre plus tard , je vous aurais répondu d’arrêter de fumer la moquette. Est-ce que sérieusement  j’ai la tête de Caroline Ingalls ( «  La petite maison dans la prairie «  / Je vous parle d’un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître ) en train de traire la biquette avec mon seau en bois et mes crocs roses à moumoute ( oui  d’accord mes sabots )?
Mais les choses ont changé ( que les fleurs ont fané / que le temps d’avant, c’était le temps d’avant ) , le home made bat son plein, on a envie de manger plus sain, de tester des petites choses soi même et en plus le lait de chèvre se trouve maintenant en grande surface !
J’ai trouvé cette recette chez Chef Nini qui recommande de le déguster avec un filet de sirop d’érable . Personnellement j’ai préféré nature ( même si je suis une grande fan du sucré-salé ) car les figues sucrent déjà pas mal …

chèvre-frais-figues-noix

Fromage de chèvre frais aux figues et noix

Pour 1 chèvre de 200 / 250 g environ :

1 litre de lait de chèvre ( en magasin bio si possible ou la marque Lactel en grandes surfaces )
6 cuillères à soupe de jus de citron (ou 3 cuillères à soupe de vinaigre de cidre)
1 cuillère à café rase de sel
1 figue séchée
6 cerneaux de noix

Pour déguster :

Fleur de sel
Poivre du moulin

Verser de l’eau dans une casserole et l’ égoutter sans l’essuyer ( ainsi le lait ne va pas s’accrocher ).
Faire chauffer le lait à 82° (on trouve des thermomètres de cuisine à une dizaine d’euros dans toutes les grandes surfaces ).
Baisser le feu au minimum et verser de suite le vinaigre ou le jus de citron. Mélanger et faire chauffer encore 2-3 min sur feu moyen pour faire monter la température à 90° environ.
Eteindre le feu, retirer et couvrir la casserole. Laisser complètement refroidir à température ambiante sans y toucher pendant plusieurs heures.
Lorsque la préparation est froide, vous allez voir une dissociation entre un liquide transparent d’un côté ( il s’agit petit lait ) et une masse blanche (le caillé).
Préparer une passoire ( type passoire à pâtes , chinois ou passoire à poignée ) et recouvrir de carrés de gazes ( que l’on achète en pharmacie ). Déposez la passoire sur un récipient plus grand.
Versez le contenu de la casserole dans la passoire. La masse blanche a beaucoup réduit et est très liquide, c’est normal.
Laisser le caillé complètement s’égoutter ( il faut retirez le petit lait au fur et à mesure pour ne pas qu’il ne touche la passoire) pendant plusieurs heures au frigo.
Une fois que le caillé a bien perdu toute son eau, rabattre les bandes de gazes et presser au maximum.
Verser le fromage dans un bol, saler et ajouter les cerneaux de noix concassés et torréfiés et la figue hachée en petit morceaux. Mélanger à la fourchette.
Préparer un cercle à pâtisserie individuel ( ou un autre récipient si vous ne voulez pas le démouler par la suite ) et le poser sur une assiette.
Verser le fromage dedans et tasser avec le dos d’une cuillère.
Recouvrir d’un film alimentaire et laisser au frigo encore quelques heures.
Passer la lame d’un couteau le long du cercle afin de démouler le fromage ou le servir dans le récipient.
Déguster bien frais avec de la fleur de sel et du poivre .

Un conseil : Ne jetez pas le petit lait , il peut servir à faire de la pâte à pizza croustillante ( en remplacement de l’eau ), de la pâte à crêpes , etc …

Boulettes de viande aux olives { Albondigas }

Depuis quelques jours j’ai un nouvel ami. Il ne s’appelle pas Thomas, Antoine ou Hugo, c’est un robot. Un petit robot ménager qui hache merveilleusement bien ( enfin qui fait son boulot correctement mais je suis d’humeur enthousiaste ! ).
Après la  » roll – addiction  » ( je peux même rouler une tranche de cake ), je réduis en miettes fruits secs, viandes et tous les autres aliments qui me passent par les mains.
J’avais bien hérité d’un vieux Thermomix des années 80 que ma môman avait acheté un bras et à crédit sur trois générations, mais avec ses 18 kilos, il n’était pas aussi pratique à dégainer de l’étagère du cellier au plan de travail.
Et puis en ce moment j’ai des envie de boulettes de viande. C’est juste un plat qui non seulement plaît à tout le monde ( tu connais toi quelqu’un qui n’aime pas les boulettes ? ) mais qui en plus laisse place à de nombreuses possibilités entre les viandes, les épices, les herbes et tous les ingrédients que l’on peut ajouter dedans .
C’est une version Espagnole tirée du livre  » Cuisiner les tapas  » que je vous livre aujourd’hui avec la traduction dans la langue en plus pour épater vos invités : Albondigas con aceitunas abiertas … Olé !

boulettes-de-viande

Boulettes de viande aux olives

Pour 30 petites boulettes

250 g de viande de porc hachée
250 g de viande d’agneau hachée
5 cuillères à soupe de chapelure ( je mixe du pain sec tout simplement )
1 oignon haché
1 échalote hachée
3 gousses d’ail hachées
1 cuillère à café de cumin en poudre
1 cuillère à café de coriandre en poudre ( j’ai mis 2 cuillères à soupe de coriandre fraîche hachée )
1 œuf
400 g de tomates concassées en boîte
5 cuillères à soupe de xérès sec ou de bon vin rouge
1 cuillère à café rase de paprika doux
1 pincée de sucre
175 g d’olives vertes sans noyau ( ici olives farcies aux poivrons du rayon apéro )
Farine
Huile d’olive
Sel, poivre

Dans un saladier , mettre les viandes hachées avec la chapelure, l’oignon, 2 gousses d’ail, le cumin, la coriandre, l’œuf, du sel et du poivre . Mélanger avec les mains.
Façonner 30 petites boulettes avec des mains farinées.
Chauffer un peu d’huile d’olive dans une poêle et faire cuire les boulettes par petites quantités . Quand elles sont bien dorées de tous côtés, les réserver dans un plat à part.
Mettre l’échalote  dans une cocotte anti adhésive avec un peu d’huile . Faire dorer . Ajouter l’ail et faire dorer une minute. Ajouter les tomates au naturel, le xérès ou le vin rouge, le paprika, le sucre, du sel et du poivre.
Porter à ébullition, couvrir et laisser mijoter environ 10 minutes. A l’aide d’un mixeur plongeant, réduire la préparation en purée. Mettre les boulettes dans la cocotte avec la sauce, ajouter les olives coupées en lamelles et laisser chauffer le tout sur feu doux.