Fajitas au boeuf

Nom d’une cornemuse enragée ( je sais que cette expression ne veut rien dire ) quel temps pourri aujourd’hui ! Je vous disais pourtant que le printemps était arrivé, que les oiseaux chantaient, que les papillons papillonnaient, que mon acné cerisier bourgeonnait, que le casse-noix se remettait à courir après les souris (  mon chat, alias le lynx ne chasse pas l’hiver, ça gèle les moustaches ), mais tout ça c’est fini.
Depuis ce matin, pluie, vent gelé, la galère quoi. Et quand on bosse dehors avec un food truck, ça devient vite LA grosse galère.
Donc en rentrant, histoire de me réchauffer et de mettre un peu de soleil et de couleur dans les assiettes, j’ai dégainé mes galettes Old el chouchie et je me suis mise aux fourneaux. Enfin aux fourneaux, c’est tellement simple et rapide à préparer que vingt minutes plus tard c’était prêt.
En plus les jours de fajitas à la maison, c’est la grosse fiesta ( il leur en faut peu je sais ). Ils sont  tellement contents qu’ils sont capables de mettre chacun un sombrero et de chanter Mexicoooo ( non ma famille est complètement normale, pourquoi ? ).  Et je peux vous dire qu’avec un peu de piment en plus dans la viande, ça réchauffe bien les papilles !

fajitas-au-boeuf

 

Fajitas au boeuf

Pour 8 / 10 fajitas

8 à 10 galettes à fajitas
800 g de boeuf haché
1 boîte de tomates pelées et concassées au naturel
1 cuillère à soupe de paprika
1 cuillère à soupe d’épices Indiennes ( mélange tout fait vendu dans le commerce )
Sel
1 petite pincée de piment ( facultatifsi vous aimez piquant )
3 bonnes cuillères à soupe de sauce barbecue
Persil frais haché ( 1 poignée )

Pour le guacamole :

2 avocats mûrs ( pour le choisir, tâter le bout en haut. Il faut qu’il soit mou. Même si le reste est dur, l’avocat sera à point )
Le jus d’un gros demi-citron vert ( on peut mettre un peu plus selon les goûts )
2 cuillères à soupe de ketchup
Quelques gouttes de sauce Worcerter
Quelques gouttes de Tabasco vert ou une bonne pincée de piment d’Espelette.
Fleur de sel
Coriandre hachée

Pour accompagner :

1 bol de sauce salsa pour fajitas
1 bol d’emmental râpé
1 bol de salade

Préparer le guacamole :

Perso je mixe le tout car je préfère une texture lisse mais certains le font à la fourchette.
Mixer la chair des avocats avec le jus de citron, le ketchup, la sauce Worcerter, le tabasco et de la fleur de sel.
Goûter pour rectifier l’assaisonnement selon vos goûts et mettre au frais le temps de préparer la viande .

Dans un wok mettre la viande hachée, commencer à faire dorer puis ajouter en cours de cuisson les tomates pelées, les épices, le piment, du sel, la sauce barbecue et le persil haché. Faire cuire sur feu doux en remuant régulièrement.
Faire réchauffer les galettes de fajitas 1 mn au micro-ondes ou quelques minutes au four avec une feuille de papier aluminium sur le dessus.

Mettre une galette dans une assiette, verser de la viande hachée, de la sauce salsa, de l’emmental râpé, du guacamole et de la salade.
Fermer la galette et déguster de suite.

Lasagnes de Ravioles du Dauphiné aux épinards

Encore une petite recette facile et qui régale les papilles même de ceux qui n’aiment pas les épinards. On tente ? Ne me regardez pas comme si j’avais dis un truc de fou, si je vous dis que c’est possible, c’est que c’est possible.
La seule difficulté ici c’est de décoller les plaques de Ravioles. Donc mesdames si ce n’est pas votre jour, que vous avez vos ragnagnas ou si vous êtes énervées parce que votre chéri n’a pas fait la vaisselle alors que vous avez bossé toute la journée et qu’il a préféré se muscler les pouces à jouer à Play ( vous c’est la Xbox ? / chacun ses problèmes, hihi ), ne vous lancez pas !
Allez prendre un bon bain chaud ( avec des sels parfumés? / vous mettez ce que vous voulez dedans / je peux finir l’article, oui ? ) et revenez cuisiner après.
Bien sûr si vous avez aimé, vous pouvez prendre un beau stylo, écrire  » Lu et approuvé  » en bas de la recette et apposer votre plus belle signature . Et on s’applique les enfants …

lasagnes-de-ravioles-de-roman-et-epinards

Lasagnes de Ravioles du Dauphiné aux épinards

Pour 6 personnes

2 paquets de Ravioles de Romans
400 g d’épinards frais ( jeunes pousses )
1 noix de beurre
500 ml de béchamel maison
Emmental râpé
1 pincée de noix de muscade
Sel, poivre du moulin

(J’ai utilisé 2 plats à gratin, donc 4 plaques à ravioles par plat 
)

Préparer la béchamel et ajouter la noix de muscade. Saler, poivrer.
Faire réduire les épinards dans une cocotte anti-adhésive avec le beurre jusqu’à ce qu’ils aient perdu toute leur eau.
Mettre une couche de béchamel au fond d’un plat à gratin, décoller les plaques de Ravioles ( c’est le moment délicat ) et déposer une première plaque puis un peu d’épinards puis la béchamel. Faire ainsi 4 couches et finir par un peu de béchamel et saupoudrer d’emmental râpé.
Enfourner à 180° pour 25 à 30 mn.
Dorer ensuite au grill quelques secondes.

Tarte au thon, oignons et épices

Non ce n’est pas une simple tarte au thon !  Elle est même assez surprenante avec ses épices, ses raisins secs et sa coriandre ( et non ce n’est pas un tajine ). Je serais sans doute passée à côté  si ce n’était pas la recette de mon chouchou, Philippe Conticini.
Vous saviez que chaque blogueuse a son chef préféré ? Certaines ne jurent que par Christophe Felder ( toujours content sur les photos / pas comme certains /  petit message perso ), d’autres par Cyril Lignac ( hashtag regard qui tue suivi d’un Ouh là là c’est bon ça / avé l’accent ), d’autres encore par Pierre Hermé ( the king of macarons ) ou Michalak ( Christophe , pas Frédéric / faut suivre un peu ). Et bien moi c’est Fifi…
Tirée de son livre  » Le thon c’est bon  » ( vous ne verrez plus jamais la boîte de thon qui traîne dans votre placard de la même manière ), cette recette est simplissime mais mérite qu’on la goûte .

tarte-au-thon-et-épices

Tarte au thon, oignons et aux épices

Pour la pâte brisée :

200 g de farine
90 g de beurre ramolli ( pas fondu )
1 oeuf
1 pincée de sel
20 ml d’eau

Pour la garniture au thon :

400 g de thon au naturel égoutté
250 g d’oignons ou d’échalotes émincés
40 g de raisins secs blonds ( si vous n’aimez pas le sucré-salé, n’en mettez pas )
1 demi cuillère à café de cumin en poudre
1 demi cuillère à café de gingembre en poudre
2 cuillères à café de zaatar  (ou 2 pincées de thym en poudre et 2 pincées de graines de sésame )
2 cuillères à soupe d’huile d’olive
1 cuillère à soupe de coriandre fraîche hachée
20 cl de crème fraîche ( ou de soja cuisine )
3 oeufs
Poivre du moulin
( pas besoin de sel, le thon est suffisamment salé )

Préparer la pâte brisée : au robot avec la feuille ( ou à la main ), sabler la farine avec le beurre ( action d’incorporer le beurre à la farine en malaxant du bout des doigts jusqu’à l’obtention d’un sable grossier ). Ajouter ensuite l’oeuf , le sel et l’eau ( ajouter l’eau progressivement et en filet, suivant les farines, il en faudra un tout petit moins ou un peu plus … ). Dès que la pâte forme un ensemble compact, arrêter le robot ( moins on pétrit la pâte et moins elle se rétracte à la cuisson ).
Etaler sur un plan de travail fariné et la déposer dans un moule à tarte ou comme ici un cercle de 24 cm de diamètre. Placer au frais au minimum 1 heure .
Hacher les oignons ou les échalotes en petits morceaux. Les faire revenir dans une poêle avec l’huile d’olive, les raisins secs et un filet d’eau. Quand ils sont dorés, éteindre le feu, ajouter les épices, la coriandre ciselée et un peu de poivre . Mélanger . Laisser refroidir.
Ajouter le thon égoutté et écrasé à la fourchette puis mélanger.
Déposer le mélange thon – oignons – raisins secs sur la pâte.
Battre les oeufs avec la crème et verser sur le dessus .
Enfourner pour 40 mn à 180°. Le dessus doit être bien doré.
A déguster tiède ou froide ( j’ai préféré froide ).

Ficelles Picardes

Avant de recevoir des commentaires du comité de la ficelle Picarde , je tiens à préciser que je SAIS que la véritable recette ne contient pas de béchamel, mais on m’a soufflé dans l’oreillette qu’on pouvait en mettre à la place de la crème fraîche alors j’ai décidé de mettre les deux ( crème fraîche  + béchamel  / vous me suivez ou bien ? )
Toujours plus je sais, mais on ne va pas chipoter avec ce qui est bon !

ficelles-Picardes

Ficelles Picardes :

Pour une dizaine de crêpes :

Pour la pâte à crêpes :
250 g de farine
1/2 l de lait
3 oeufs
1 pincée de fleur de sel

Pour la Duxelles de champignons :
500 g de champignons de Paris frais
1 échalote ou un oignon haché
20 g de beurre
1 pincée de fleur de sel, poivre

Pour la garniture :
6 tranches de jambon de Paris
10 cuillères à soupe de béchamel maison
Emmental râpé
Crème fraîche

Préparer la pâte à crêpe en mélangeant les œufs avec la farine tamisée, et diluer avec le lait. Assaisonner avec la pincée de sel. S’il y a des grumeaux, donner un petit coup de mixer à bras.
Laisser reposer la pâte à crêpe et préparer la duxelles de champignons : laver les champignons et les hacher au mixer. Faire revenir dans le beurre l’échalote ou ciselée l’oignon haché, ajouter les champignons. Assaisonner avec le sel, le poivre et laisser cuire à feu moyen en remuant afin que les champignons rendent toutes leur eau. Une fois la duxelles cuite, ajouter la béchamel et vérifier l’assaisonnement.
Faire cuire les crêpes dans une poêle légèrement huilée en les laissant légèrement dorer.
Pour le montage des ficelles picardes il faut étaler une crêpe, y déposer la farce aux champignons puis rouler la crêpe et la déposer dans un plat à gratin. Procéder ainsi avec toutes les crêpes. Verser dessus de la crème fraîche et de l’emmental râpé.
Enfourner dans le four sur position grill jusqu’à ce que le dessus soit bien doré.
Servir bien chaud avec une salade.

Potimarron rôti au zaatar

Ce n’est pas parce que les températures jouent au yoyo et qu’on a eu la semaine dernière plusieurs journées d’été Indien qu’il faut oublier les légumes d’automne. Et je déclare officiellement le potimarron roi des courges ! Ben quoi c’est mon blog et je sacre qui je veux ( vous pouvez contester sur www.jepréfèrelacitrouille.com ).
Pour sublimer ce délicieux légume dont je raffole, pas besoin de faire compliqué et rien de mieux qu’un petit tour au four avec un filet d’huile et quelques épices. Ici j’ai mis du zaatar, ces épices Libanaises très parfumées à base de thym, de sumac, origan et de graines de sésame mais vous pouvez mettre d’autres épices, ça marche aussi !

potimarron-roti-au-zaatar

Potimarron rôti au zaatar

1 potimarron
Huile d’olive ( 1 filet )
Beurre ( quelques copeaux )
Fleur de sel
Zaatar ( en épicerie Libanaise, sur internet ou chez Metro )

Couper le potimarron en deux et retirer les pépins ( je prends un grand couteau et je tape sur la lame avec un pilon en bois comme avec un marteau, c’est très facile à couper avec cette méthode ! ). Couper le potimarron en gros morceaux et le peler ( il existe des économes pour peaux dures, ils sont dentelés et c’est un jeu d’enfant du coup. On les trouve en magasin spécialisés ). On peut aussi laver le potimarron et laisser la peau. Recouper les morceaux en tranches puis les disposer dans un plat assez large ( tapissé de papier sulfurisé ) pour que les tranches ne se chevauchent pas trop.
Arroser d’un filet d’huile d’olive , de noisettes de beurre, de fleur de sel et parsemer le dessus d’épices zaatar.
Enfourner à 180° pour 30 à 40 mn en remuant régulièrement.
Servir de suite.

One pot pasta aux cèpes et lardons

La phrase que j’entend le plus à la maison, c’est évidemment  » Maman queskon mange ? Comme j’ai trois enfants et un chéri, je l’entend au minimum 16 fois par jour ( oui 2 fois par personne, midi et soir … pas compliqué ), surtout en ce moment où je n’ai pas le répit de la cantine.
Après avoir répondu inlassablement  » de l’arigardéousse à la compote de pommes  », ce qui signifie en Patois … pas grand chose en réalité mais on fait diversion comme on peut, je me mets aux fourneaux.
J’avais acheté il y a quelques temps un petit bocal de cèpes séchés et je ne savais pas quoi en faire. Mais pour ceux qui me suivent vous savez que je viens de lire deux livres sur les One pot pasta et j’ai vu qu’une des recettes utilisait des cèpes séchés.
Mais que c’est génial ! ( les cèpes séchés, pas les one pot pasta / quoique… ). Les cèpes, je dois vous avouer que je ne suis pas une grande fan. A part les petits bien fermes qui ne lâchent pas une tonne d’eau et qui ne sont pas caoutchouteux après cuisson ( mais ceux là tu ne les trouve JAMAIS dans les bois, les promeneurs qui se lèvent à l’aube – avant 11 heures, quoi – les ont déjà raflés ), je n’aime pas. Ici pas de soucis et pas de perte, ça parfume du tonnerre !  Cela marche sûrement aussi dans les risottos d’ailleurs …
Et pour répondre à ma copine de Cuisimiam , non les one pot pasta ne font pas de la bouillie de pâtes. Enfin pas ici. Il faut avoir la bonne recette ma poupoule ( oui on aime bien se donner des petits surnoms elle et moi ).
Comme sur la version des carbonara, j’ai bidouillé à ma sauce et je n’ai eu que des compliments de mes 4 ventres ambulants ( 5 avec le chat ) . Hé, hé, elle est pas belle la vie ?

one-pot-pasta-cepes

One pot pasta aux cèpes et lardons

Pour 5 personnes

500 grammes de pâtes sèches ( ici des mini conchiglie rigate )
2 gousses d’ail hachées
10 à 20 grammes de cèpes séchés
250 grammes de champignons de paris émincés
200 grammes de lardons allumettes fumés
2 échalotes hachées finement ( ou 1 gros oignon )
30 centilitres de crème liquide épaisse légère
Parmesan râpé ( ici environ 5 / 6 cuillères à soupe ) + un peu pour servir
Sel, poivre du moulin
Vin blanc ( 4 / 5 cuillères à soupe )
Eau ( une certaine quantité )
1 cuillère à café de gros sel
Persil frais ( facultatif )

Dans une grande cocotte anti-adhésive, mettre à rissoler les échalotes avec les lardons, les champignons de Paris et l’ail. Quand les champignons ont bien réduits ( ils doivent rester un peu fermes ), ajouter le vin blanc. Remuer.
Verser les pâtes, les cèpes séchés, la crème et verser de l’eau à hauteur des pâtes.
Saler ( très peu ), poivrer et verser le Parmesan. Bien mélanger et faire cuire une quinzaine de minutes ( ça peut être un peu plus long car les pâtes ont moins de liquide pour cuire ) en remuant régulièrement et en ajoutant un petit peu d’eau si besoin. On peut couvrir pour que les pâtes cuisent plus vite. Goûter pour surveiller la cuisson et servir bien chaud . Parsemer de persil et de Parmesan.

One pot pasta { Carbonara }

Je suis très longue à me mettre aux modes culinaires. C’est pour cela que je viens juste de tester le concept venu tout droit des States ( dans ma bouche ce mot est ridicule mais bon … ) du One pot pasta .
Pour ceux et celles qui seraient passées à côté ( vous étiez sur quelle planète ces derniers mois ? ) je vous explique en quelques mots : au lieu de faire cuire ses pâtes et de préparer une sauce à part, on mets tous les ingrédients dans la même cocotte et on fait cuire tout en même temps sans se prendre le choux ( mais on peut en mettre dedans si on aime ) .
A la fin il ne doit en rester qu’un on obtient un plat de pâtes en sauce à la manière d’un risotto .
Les avantages :  c’est pratique, ça évite de la vaisselle et ça donne un résultat très oncteux.
Les inconvénients: ce n’est pas la cuisson des pâtes dans les règles de l’art et il faut touiller tout le temps. Mais bon on s’en fiche, seul le résultat compte !
Les déclinaisons et possibilités sont nombreuses. Je vous conseille juste de mettre des fromages qui ont du goût ( j’ai fais une version mozarella , tomates, bof bof ), d’utiliser des pâtes sèches ( sinon ça cuit trop vite ), des légumes qui ne nécessitent pas une trop longue cuisson ( brocolis, épinards … ) et de mettre les herbes fraîches ( ciboulette, persil, basilic ) plutôt en fin de cuisson ou après, ciselées dessus.
Les livres commencent à se multiplier à ce sujet et j’en ai lu deux qui prônent deux manières différentes de cuire les One pot pasta.
Dans le premier , il fallait simplement mettre tous les ingrédients crus dans la cocotte ( dans l’ordre indiqué, c’est important ) et mettre le tout à cuire lentement pendant 15 mn environ. C’est tout.
Dans le deuxième, la recette demandait de faire revenir les oignons ( ou échalotes, etc … ) dans un premier temps avec les lardons par exemple et d’ajouter ensuite le reste des ingrédients puis de faire cuire lentement une dizaine de minutes.
Dans tous les cas, la règle est de mettre une certaine quantité d’eau, pas plus au début car il doit rester un fond de sauce en fin de cuisson ( environ 2 cm ).
En ce qui me concerne j’ai mixé ici deux recettes, autant dans les ingrédients que dans la façon de procéder. L’ajout de vin blanc est personnelle.
Et je peux vous dire que j’étais ravie du résultat. Tout le monde a aimé, même ma fille qui n’aime pas les oignons d’habitude ( le fait qu’ils soient hachés et cuits au début donc très fondants y est pour beaucoup ), l’ajout des oeufs a donné une consistance onctueuse et le vin blanc et le parmesan ont donné un goût délicieux !

one-pot-pasta-carbonara

One pot pasta – Carbonara -

Pour 4 personnes

2 oignons moyens
200 g de lardons ( dés de bacon ou de pancetta )
Un peu de vin blanc
400 g de tagliatelles sèches
2 oeufs
20 cl de crème fraîche
5 cuillères à soupe de parmesan râpé ( + un peu pour le service )
Poivre du moulin
90 cl d’eau

Peler et hacher les oignons en petits dés ( je mixe au robot ), les faire revenir avec les lardons sans matières grasses pendant quelques minutes. Ajouter un fond de vin blanc. Faire réduire.
Ajouter les pâtes puis l’eau. Remuer régulièrement. Au bout de quelques minutes (7 minutes environ ), ajouter la crème fraîche, le parmesan et les oeufs. Bien mélanger et poursuivre la cuisson en remuant tout le temps et en ajoutant un peu d’eau ( pas beaucoup ) s’il le faut ( j’en ai rajouté plusieurs fois ) pendant encore 7 / 8 minutes environ. Vérifier la cuisson. Parsemer de poivre du moulin et servir aussitôt avec un bol parmesan.

Flamiche au Cantal et aux poireaux

Cela faisait bien longtemps que je ne vous avait pas posté de recette de tarte salée ! Bien que la flamiche ne soit pas vraiment une tarte. Mais si on rentre dans le débat, ce n’est pas une quiche non plus. Enfin pas ici car il n’y a pas de crème fraîche. On peut en mettre d’ailleurs, chacun ses goûts…
C’est pareil pour les lardons, chacun fait ce qu’il veut. On peut remplacer par des dés de poulet ou ne pas en mettre du tout .
Vous pouvez aussi mettre des chaussettes pour dormir, faire des selfies en tirant la langue, vous doucher plutôt le soir que le matin et éplucher des légumes en écoutant Zazie à fond la caisse. Parce que   chacun fait, fait, fait , ce qu’il lui plait , plait , toutes les étoiles qui brillent

flamiche-aux-poireaux

Source : Magazine Marmiton

Flamiche au Cantal et aux poireaux

200 g d’allumettes de lardons fumés
500 g de blancs de poireaux
250 ml de lait
3 oeufs
75 g de Cantal ( ou d’emmental râpé, c’est moins fort )
1 pâte brisée ou feuilletée maison si possible
4 cuillères à soupe de farine
Sel, poivre

Nettoyer les poireaux sous l’eau. Emincer les blancs finement et les blanchir 10 mn dans de l’eau bouillante salée. Egoutter.
Faire revenir les lardons dans un wok ou une sauteuse . Ajouter les blancs de poireaux. Poivrer.
Verser la farine, mélanger et ajouter le lait sur feu doux pour obtenir une sorte de béchamel épaisse.
Séparer les blancs des jaunes. Ajouter les jaunes aux poireaux et mélanger.
Monter les blancs en neige et ajouter à la préparation aux poireaux avec 15 g d’emmental râpé.
Foncer un moule avec la pâte . Etaler les poireaux et parsemer le reste du fromage.
Enfourner pour 30 mn environ à four 180°. Le dessus soit être doré.
Personnellement on préfère cette version tiède , voir froide. Mais chaud c’est bon aussi …

Les marinades bluffantes ( 2ème volet ) : cuisses de poulet au coco, curry et coriandre

Je vous avais promis quelques recettes de marinades bluffantes et je ne vous ai pas oublié ! La preuve voilà le deuxième volet de cette saga. Moins surprenante que les grillades de boeuf au Whisky ( à chaque fois que je dis le mot  » Whisky  » je pense à la petite fille dans l’émission  » L’école des fans  » qui avait balancé innocemment :  » ma mamie, elle boit du visky avec ses voisines  » ) mais délicieuses quand même, moelleuses, parfumées… bref, à refaire d’urgence .

poulet-curry-lait-de-coco

Cuisses de poulet au curry, lait de coco et coriandre

Pour 4 personnes

4 cuisses de poulet
2 cuillères à café rases de curry jaune doux
1 cuillère à café rase de gingembre en poudre
2 cm de gingembre frais râpé
4 gousses d’ail
1 citron bio ( vert ou jaune )
Un petit bouquet de coriandre fraîche
Une boîte de crème de coco ( ou lait de coco )

Dans un bol, mélanger le curry avec le gingembre en poudre et le gingembre frais râpé finement, les gousses d’ail hachées, le zeste et le jus du citron, les feuilles de coriandre hachées au ciseau et la crème ou le lait de coco.
Enduire les cuisses de poulet sur toutes ses faces, filmer le plat et mettre au frais pour plusieurs heures .
Faire griller le poulet au barbecue en le retournant régulièrement et en l’enduisant de toute la marinade petit à petit.

Les marinades bluffantes (1er volet ) : grillades de boeuf avec sa sauce qui déchire et poivrons à la plancha

Pour mon retour, j’ai le titre le plus long de toute l’histoire de ce blog.
Avis à la populatione ( prononcez à l’Espagnole sinon ça n’a aucun intérêt, même si dans ce cas c’est poblacion avec un accent sur le o mais j’ai pas trouvé pour l’écrire ), je ne suis pas disparue au coin de ta rue .Je manque juste un peu de temps et quelque peu de motivation, soyons honnête pour poster aussi régulièrement qu’avant . Mais je continue à cuisiner toujours autant et on a tellement adoré ces grillades que je ne pouvais pas vous laisser sans partager cette recette !!!
Tirée d’un ancien numéro de  »  Femme actuelle  » concernant plusieurs recettes de marinades bluffantes, originales et goûteuses, c’est la première d’une série que je commence ici.
Parce que c’est l’été, parce qu’il fait chaud, parce que c’est le temps des grillades, des planchas et du chabada bada. Et parce qu’avouons, une bonne viande marinée, c’est meilleur et ça en jette plus qu’une pauvre petite chipolata ou qu’une merguez qui éclate son jus sur ta belle robe, non ?

boeuf-mariné-au-whisky

Faux filet au Whisky

Pour 4 personnes

4 tranches de faux filet ( ou 4 petites entrecôtes ou une belle côte )
100 ml de Whisky ( ici du Ballantines au citron vert )
100 ml de sauce soja salée
2 cuillères à soupe de moutarde ( ici à l’ancienne )
2 cuillères à soupe de sauce Worcertershire
1 gros oignon nouveau ( ou 3 petits )
40 g de miel
Des poivrons ( vert, jaune, rouge ) épépinés et émincés
Huile d’olive
Poivre et sel du moulin

Hacher très finement l’oignon en petits morceaux.
Dans un bol, mélanger le Whisky avec la sauce soja, la moutarde, la sauce Worcertershire, le miel, l’oignon et le poivre.
Mettre la viande dans un récipient et verser la marinade dessus. L’enrober de sauce et placer au frais plusieurs heures.
Huiler une plancha, la faire chauffer et déposer la viande quand elle est bien chaude. Verser la marinade dessus.
Mettre les poivrons à côté , verser un peu d’huile dessus et un peu de sel et de poivre.
Faire cuire la viande selon les goûts en la retournant plusieurs fois avec la marinade et faire sauter les poivrons quelques minutes jusqu’à ce qu’ils soient tendres.
Servir de suite .